Search
mardi 11 août 2020
  • :
  • :

Fête des Jonquilles : le gros point d’interrogation pour l’organisation et les constructeurs de chars Garder la motivation malgré les incertitudes

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

constructeur chars SDF FDJ

 

La première réunion dédiée aux constructeurs de chars a eu lieu vendredi soir dans les locaux de la Société des Fêtes (SDF) dont les chevilles ouvrières sont actuellement en phase de consultation. Aucune décision ferme est définitive n’a pour l’instant été prise concernant le maintien ou le report éventuel de la 50ème édition.

IMG_20200703_191413En effet, comme l’a clairement et simplement précisé Nicole Curtit, pour l’heure, « c’est le point d’interrogation car on ne sait tout simplement pas ce qui va se passer d’ici la fin de l’année 2020 et le début de l’année 2021, on ne peut pas le savoir. (…) Avec le maire, nous devons rencontrer la sous-préfète, mais ils n’en sauront probablement pas plus. C’est comme ça, ça (Le COVID-19 – NDLR) peut malheureusement repartir ! »  La présidente de la SDF et ses fidèles lieutenants sont donc dans l’expectative et étudient les diverses alternatives et options envisageables concernant la prochaine Fête. « Il y a un aspect financier que l’on ne peut bien évidemment pas négliger. Le budget de la fête s’élève à 650 – 700 000 Euros, il faut les trouver et des frais ont déjà été engagés, pourtant nous n’avons encore pas touché le moindre Euro de réservation. Les transporteurs et autocaristes commencent seulement à reprendre le mailing etc… Et je vous laisse imaginer, pour nous comme pour vous constructeurs, si on se lance en septembre-octobre pour finalement être obligés de tout laisser en plan… C’est un scénario que nous voulons éviter à tout prix. »

La SDF et les constructeurs de chars veulent donc se laisser encore un peu de temps pour prendre une décision définitive, mais quoiqu’il advienne,  il faudra forcément trancher car le temps joue en leur défaveur. A Gérardmer on le sait mieux que personne, une fête ça ne s’organise pas en deux temps trois mouvements et ce n’est pas le soir du nouvel an qu’il faudra encore se gratter la tête. On devrait donc laisser passer l’été du côté des anciens abattoirs, c’est déjà une certitude. En attendant, « on consulte un maximum de personnes » explique Nicole Curtit, à commencer par les constructeurs eux-même qui ont été invités à prendre la parole vendredi. Des constructeurs qui semblent pleinement conscients de la situation et prêts à essayer de s’adapter, y compris si l’option d’un report devait finalement s’imposer puisque l’on a évoqué les dates du 3 et du 24 avril 2022.

« Mais il y a une chose qui nous tracasse, c’est la motivation, votre motivation. On espère que si jamais on devait repousser la fête, ça ne vous démotivera pas. On sait que les grosses interruptions sont rarement bénéfiques, y compris pour le public d’ailleurs. Mais quoiqu’il arrive, cela restera la 50ème Fête. Et une fête au rabais n’est pas envisageable. Il y a une réputation à tenir, pour Gérardmer, pour la Fête des Jonquilles ! » C’est donc, finalement, la seule certitude qui demeure aujourd’hui : que ce soit en 2021 ou en 2022, ce sera une 50ème Fête digne de ce nom !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.