Search
samedi 26 sept 2020
  • :
  • :

Départ du médecin Chef de service SNP/SMUR à compter du 05/09/2020 Communiqué de l'hôpital

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

centre hospitalier logo hopital

Le maintien de l’activité de l’hôpital de Gérardmer est un point sensible à l’échelon de la commune et de ses environs. Suite au départ  du chef de service des urgences appelé SNP Soins Non Programmés et des rumeurs sur son fonctionnement, la direction de l’établissement a souhaité communiquer

La Direction du Centre Hospitalier de Gérardmer informe les usagers du bassin Géromois du départ du médecin chef du service de Soins Non Programmés et de l’antenne SMUR en faveur d’un exercice privé.
Afin d’offrir une réponse de qualité aux besoins de la population du secteur et de ses vacanciers et notamment sur les périodes d’affluence touristiques et fréquentation des sports d’hiver, l’établissement s’organise pour assurer une présence médicale et maintenir la prise en charge de proximité.
Compte tenu de la démographie médicale mais fort d’appartenir à une communauté d’établissement, le Centre Hospitalier a d’ores et déjà pris attache et s’est mobilisé de façon coordonnée et élargie pour assurer la continuité de service dans l’attente d’un recrutement médical.
Le SNP du Centre Hospitalier de Gérardmer reste ouvert de 9h à 19h, 7jours/7.




16 réactions sur “Départ du médecin Chef de service SNP/SMUR à compter du 05/09/2020

  1. On se moque de qui ?

    Je ne pense pas que le départ du chef de service soit à l’origine du déclin de ce service de soin mais bel et bien la conséquence d’une succession de directeur n’ayant pas su gérer les problèmes d’un hôpital très fragile . Le départ du chef de service n’est autre que la conséquence d’un relâchement administratif pour faire perdurer l’activite de façon pérenne…

    répondre
    1. Caroline

      Tout à fait d’accord Dr Chahbi a passé 13 ans dans ce service avec un grand dévouement pour permettre à la population geromoise de de bénéficier de soins de qualité et de proximité . Quelle dommage ….

      répondre
  2. Mathilde

    On ne peut dire qu’une seule chose: une véritable perte pour la ville de Gérardmer, perdre un médecin qui s’est tellement impliqué pour l’hôpital et les patients.
    Malgré un drame familial qui l’a touché il y a quelques années au cours justement d’un trajet travail domicile, il a continué à assurer ses fonctions.
    Alors la question que je me pose c’est qu’à t’on fait pour le retenir ou le convaincre de rester ? visiblement pas grand chose !
    Merci monsieur le Directeur ! car son départ annoncera le déclin de l’hôpital.

    répondre
    1. JDN

      Tel le Titanic …les cales sont remplies sombrage imminent !!!

      Sans capitaine je préfère prendre le 1er canot de sauvetage.

      Peut être aurais je un article pour dire que je suis parti dans le privé pour ne pas dire que je n’avais pas d’autre choix pour sauver ma peau …

      répondre
  3. Véronique Thiriet

    Un seul mot pour résumer ces13 années en équipe avec vous d r chahbi
    MERCI
    Toutes ces années tellement riches professionnellement et humainement
    Non seulement je perds un chef de service mais encore un homme humain
    Je lui dois énormément sur le plan professionnel et relationnel
    Toutes ces années sont sinonymes d abnégation dévouement sacrifices de votre vie privée pour le bon fonctionnement de notre service
    Que de bons ou parfois durs moments passés à vos côtés
    Encore merci et au revoir je vais vous regretter

    répondre
  4. Maxime dumay

    Quelle tristesse de voir partir un médecin de ce rang… Il eu, durant toutes ces années, un engagement sans faille envers la population Géromoise ! Une grosse perte pour l’hôpital et pour la ville !

    répondre
  5. Voinson Edith

    Médecin ; Très humain,des soins de grande qualité et très proche du patient. Un vrai médecin rassurant choisissent pas ce métier sur le seul critère de la rentabilité. Je n’en dirai pas de même d’un de ses collègue urgentiste, et d’un aide soignant en dessous de tout avec une mentalité décevante triste constat. Les dérives du secret médical bafoué qui sont des droits fondamentaux du patient.
    Le docteur Chahbi mettait l’humain au centre de ses préoccupations.
    : »le piètre médecin soigne la maladie,le bon médecin soigne le malade,le grand médecin soigne la société. Aujourd’hui nous assistons
    au suicide de la médecine Française .Alors que dire quand s’y ajoute la tragédie de l’erreur médical ? ainsi que le je m’en fout? c’est la loi du silence.Bonne route à vous docteur et merci encore pour vos bons soins.

    répondre
  6. Florence

    Je me suis présentée aux urgences de Gerardmer pour une morsure de chien au visage.
    Je ne remercierai jamais assez le docteur Chabbi pour son grand professionnalisme et son côté humain. Je n’ai plus aucune trace au visage malgré les cinq points de suture. Merci pour votre intervention remarquable.
    Je vous souhaite plein de bonnes choses dans vos nouvelles fonctions.

    répondre
  7. Lucette Aubry

    voilà une bien triste nouvelle. Le docteur Chabbi m’a soigné à deux reprises. Un homme compétent et humain. Quelle grande perte pour notre hôpital déjà en mauvaise posture, nous perdons en tant que géromois et environs un grand médecin et un grand soutien.
    Bonne chance dans votre nouvel emploi docteur

    répondre
  8. serge

    Moi et d’autres lui devons de nous avoir sauvé la vie.
    Le docteur Chabbi a accompli ce genre de miracles, tout simplement et grand professionnalisme car c’est dans ses hautes compétences et dans sa nature et son tempérament de combattant pour la vie. Mais, comme tous les grands médecins et personnels soignants, il se soucie plus de celle des autres que de la sienne. Alors, s’il souhaite rester dans le service des urgences de Gérardmer et s’il faut pour cela lutter contre une bureaucratie écrasante et incompétente, c’est alors à nous de le faire…pour lui, pour nous et pour le bien de tous.
    Si on peut le faire, on doit le faire.

    répondre
  9. Francois

    Tout a fait d’accord avec vous Serge !!! Je pense qu’il est grand temps de réagir et surtout De demander à Mr le Maire son implication dans ce dossier !!! Il en va de la survie de cet hôpital pour lequel Dr Chahbi s’est battu de longues années . On laisse des pouvoirs décisionnaires à des personnes carriéristes qui ne sont hélas que de passage. Quand le mal sera fait il sera trop tard… c’est de suite qu’il faut agir !!! Peut être reste t’il un petit espoir mais il faudra l’aide de la municipalité de toute évidence . Pourquoi ne pas entamer une discussion entre personnes compétentes !! Y a t’il dans cette ville des personnes capables de se mobiliser pompiers, libéraux, associations, commerçants, hôteliers pour la sauvegarde d’un service d’urgence digne de ce nom !!!

    répondre
  10. serge

    Les personnels soignants sont nécessaires et savent gérer un hôpital. C’est une incohérence totale (pour ne pas dire inconsistance) de les remplacer par des personnels administratifs qui ne savent pas soigner et qui gèrent un budget qu’ils sont les premiers responsables à creuser. On voit cela dans les hôpitaux, dans les ministères, dans les écoles, les lycées et les universités. C’est général. Quand on en avait les moyens, on laissait faire…mais quand les moyens baissent, il faudrait se concentrer sur l’essentiel et ne pas le balancer à la poubelle. Les piliers doivent rester en place pour qu’une construction ne s’écroule pas. On a rajouté des étages supérieurs pour des cadres inutiles qui décideraient de raser les piliers…c’est intelligent ça ?

    répondre
  11. Francois

    Le personnel administratif est nécessaire ainsi qu’une direction dans cet établissement hélas ceux ci sont dépourvus de lucidité et de clairvoyance !!! Abattre les piliers sur une structure fragile était bien sûr la dernière à chose à faire … peut être que le but est tout simplement de fermer une structure devenue trop coûteuse ????

    répondre
    1. serge

      Alors quand sauver une vie devient trop coûteux…on laisse tomber ?
      Je veux bien que cette logique puisse s’appliquer à un commerce…mais certainement pas à un service hospitalier.

      répondre
      1. serge

        Et il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’aux considérations de vie et de mort.
        S’il faut donner tous les moyens nécessaires pour soigner un simple bobo, et bien il n’y a même pas à discuter…on le fait. La santé n’a pas de prix. Que ceux qui pensent le contraire et raisonnent comme des jeunes diplômés d’HEC pour gérer économiquement un service de soins comme si c’était une entreprise en cherchant à tout prix (sur la vie) la rentabilité se confrontent à la souffrance de la longue maladie…ils verront et comprendront. L’empathie n’est pas enseignée à HEC…ça devrait.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.