Search
vendredi 23 oct 2020
  • :
  • :

Covid 19 – le ras le bol généralisé

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

test-covid-PCR-800x533Si les Vosges sont encore préservées d’une nouvelle poussée de la Covid-19, les chiffres nationaux ont tendance à démontrer que la circulation du virus est plus plus en plus active dans l’hexagone. Les recommandations de l’état se multiplient avec des mesures sanitaires normalement adaptées à chaque département, mais pour l’instant, les contraintes liées aux comportements des populations n’aboutissent pas et surtout n’arrivent pas à convaincre. Et pour cause, on n’y comprend plus rien, mais rien du tout.  La communication de l’État via le ministère de la santé, l’ARS, Santé Publique France, entre autre, est un énorme loupé en terme de crédibilité jusqu’à sevrer les français d’informations capables de couper leur poste de TV ou de radio à l’heure des rendez-vous de l’actualité. On ne sait plus quelle attitude adopter, entre le port du masque dans les lieux publics et à l’extérieur, se faire tester ou pas, consulter un médecin pour un nez qui coule, recevoir un groupe d’amis, aller au restaurant… et tutti quanti. Autant de questions sans véritable réponse à moins de faire preuve de bon sens et de se prendre en main. Alors si la médecine épidémique doit aujourd’hui s’appuyer sur la responsabilité de chacun, le dossier coronavirus n’est peut-être pas près d’être refermé. La vilaine petite bête qui déstabilise la société a encore de beaux jours devant elle, à moins d’avoir muté et de devenir progressivement un virus des voies respiratoires commun,  sans gravité : c’est finalement ce que tout le monde espère. A ce sujet, le débat est ouvert comme il le fut avec l’hydroxychloroquine et la possibilité de l’installation d’une seconde vague. Forcément, les plus grands virologues, épidémiologistes, médecins, professeurs, chefs de service, voire philosophes vont poursuivre leur démonstration médiatique. Si l’état a largement contribué à créer le doute dans les esprits, le monde médical a poussé les français à saturation. Notre médecin traitant n’est pas en cause, mais c’est bien le gratin de la médecine qui est mis au pilori de la doxa à commencer par les membres du conseil scientifique. Les préconisations de l’équipe du professeur Jean-François Delfraissy ressemblent parfois à cette scène culte du film les visiteurs : « jour, nuit, jour, nuit, jour nuit« . Une foultitude d’atermoiements susceptibles de provoquer de belles migraines,  devenir insomniaque, un brin parano,  pour finalement poursuivre un chemin très personnel avec des œillères et des boules Quiès.




9 réactions sur “Covid 19 – le ras le bol généralisé

  1. PierreL

    Le ras-le-bol généralisé vient surtout de l’exploitation sur-médiatisée de polémiques aussi vaines que stériles.
    Un peu de bon sens, que diable !

    répondre
  2. stop-covid

    analyses antérieures supprimées, je reviens pour dire le bon papier du rédacteur. Le bon sens finira par l’emporter et contre toute cette « machination machiavélique »

    répondre
  3. COUTY

    Pour moi, la vie doit l’emporter sur la peur, donc ras-le-bol des annonces quotidiennes sur le covid et vivons.
    Je ne suis ni un anti-masques, ni un anarchiste ou autres, j’étais plutôt un mouton républicain, mais là, JE VEUX VIVRE quel que soit les risques.
    Heureusement que ce n’est pas la peste ou un autre virus 10 fois plus dangereux, que ferons-nous ?

    répondre
    1. Ouille.

      Lorsque l’on voit le relâchement de beaucoup, notamment parmi des jeunes qui savent ne pas risquer grand chose, les annonces permettent de conserver un certain niveau de précaution et de vigilance.

      On ne peut pas non plus comparer les épidémies de jadis avec ce que nous vivons actuellement.
      Ce qui était auparavant accepté par la force des choses ne l’est plus du tout dans notre monde moderne et de communication à outrance.

      répondre
      1. Lancelot

        Et pourquoi ne pas comparer les épidémies d’avant avec celle-ci, juste parce que l’on n’accepte pas la mort, je préfère vivre libre avec un risque que vivre comme maintenant….
        Je pense qu’il n’y a pas

        répondre
        1. Lancelot

          Je ne pense pas qu’il y a un relâchement, juste une envie de vivre.
          Continué a être des moutons,qui obéissent aveuglément sans réfléchir…
          Si le masque était si efficace, comme la majorité le mette, les cas devraient baisser, il n’en est rien, donc le port du masque ne sert à rien, point.
          Donnez-moi des preuves de l’inverse et je serais convaincu.

          répondre
          1. Ouille.

            L’ultra majorité des scientifiques s’accordent sur son efficacité.
            N’étant pas un éminent virologue, je me repose sur ce consensus.
            Et c’est bien, entre autres, parce que certains le porte mal, ou pas, que l’épidémie ne régresse pas.

          2. Schmit

            Posez plutôt la question aux chirurgiens qui mettent toujours des masques pour opérer….Ainsi qu’aux Personnels soignants…
            Ils sauront fort bien vous convaincre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.