Search
mardi 20 oct 2020
  • :
  • :

Message des professionnels de la restauration- « Laissez nous bosser » Pas de Covid dans nos assiettes

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

IMG_20201002_140431La colère par l’image parle parfois plus que de longs discours. Dans le cadre du mouvement de contestation contre la fermeture des restaurants suite au rebond de la pandemie de Covid-19, les professionnels emmenés par le chef de cuisine Philippe Etchebest et l’UMIH Union des Métiers de l’Insdustrie Hôtelière ont toute la journée manifesté leur mécontentement. Comme ce fut le cas à l’hôtel de la Jamagne avec un double panneau significatif installé devant l’entrée du lieu de villégiature. « laissez nous bosser. Pas de Covid dans nos assiettes »

Le message est passé.




9 réactions sur “Message des professionnels de la restauration- « Laissez nous bosser »

  1. PierreL

    Avec la pandémie qui redémarre de plus belle, quoi de plus normal que de prendre toutes les mesures adéquates ?
    Les restaurants et les bars sont des clusters potentiels dont il faut se protéger.
    La fermeture temporaire de ces établissements est donc normale au vu de la gravité de la situation.
    D’ailleurs nombre de clients, conscients du danger, s’abstiennent de les fréquenter.
    Et il vaut mieux, pour la santé publique, que les inconscients trouvent porte close.

    répondre
    1. G Chipot.

      Le tout est de trouver la juste mesure entre risque sanitaire et risque social. Sachant qu’en finalité, le deuxième risque est sans doute pire que le premier.

      De mon coté je pense que la fréquentation des restaurants avec les mesures sanitaires déjà misent en place ( distance entre les clients, masque lors des déplacements dans l’établissement ) ne constituent pas un grand danger de propagation.

      répondre
      1. Ouille.

        C’est dans les villes universitaires ou l’on trouve la plus forte propagation du virus.
        Les soirées étudiantes avec des gardes fou qui sautent au fur à mesure que l’horaire avance, et avec des jeunes qui se savent presque à l’abri de cette maladie, sont sans doute parmi les principales causes de cette reprise.

        répondre
  2. Marie

    SOLIDARITÉ AVEC LES SOIGNANTS ET L’HÔPITAL PUBLIC !
    Je n’ai pas vu de cafetiers ou restaurateurs participer le 16 juin dernier à la manifestation à Epinal pour l’hôpital public ! C’était pourtant peu de temps après le confinement.

    On n’en serait peut-être pas là si l’hôpital mobilisait etavait mobilisé davantage de manifestants.
    Sans vouloir monter les uns contre les autres, il me semble qu’il y a des priorités.

    répondre
      1. Marie

        Ouille : c’est une chose d’être solidaire des soignants dans un moment difficile, c’en est une autre de se mobiliser contre la casse de l’Hôpital public à l’oeuvre depuis au moins 2 décennies

        répondre
        1. Ouille.

          Je pense que beaucoup de Français n’ont pas encore réalisés que les trente glorieuses sont terminées depuis longtemps.
          On ne peut avec une économie en cours de destruction, être le pays le plus dépensier au monde en terme de social, et vouloir conserver des services publics de qualité.

          répondre
          1. Schmit

            Effectivement, beaucoup de Français ne veulent pas voir que nous sommes le pays probablement le plus généreux en cadeaux sociaux de toit poil…. Pourtant, certains manifestants veulent toujours plus….. L’hôpital gratuit, les prises en charges à 100 pour 100 pour des maladies graves…. Comme vous le soulignez, on ne pourra pas,garder ce service public encore très longtemps avec une telle qualité!
            A trop vouloir, en ce qui concerne la santé, c’est tout le système qui risque de s’effondrer….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.