Search
dimanche 25 juil 2021
  • :
  • :

Domaine skiable alpin : les saisonniers dans le rouge

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

La situation devient critique pour beaucoup de saisonniers du domaine de la Mauselaine en ce début de saison, ou plutôt de non-saison marquée par le manque de neige et la fermeture des remontées mécaniques pour cause de pandémie de Covid-19. Pas de ski, pas d’exploitation et un peu moins d’une trentaine de travailleurs qui commence à être dans le rouge et à voir rouge. Rien à voir avec Saint-Nicolas ou Père Noël cependant. Beaucoup se demandent pourquoi ils ne bénéficient pas, à l’image de certaines stations des Alpes/Alpes Maritimes, du chômage partiel dans le cadre du dispositif mis en place par le Gouvernement. Le secrétaire d’État au tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a notamment annoncé une indemnisation en direction des remontées mécaniques fermées en décembre, y compris celles qui sont gérées par des régies municipales.

Dans un article du Figaro, il est précisé :

«Ce dispositif s’adressera tant aux structures privées qu’aux structures publiques», a précisé Jean-Baptiste Lemoyne, indiquant qu’environ «75 stations» ont confié la gestion de leurs remontées mécaniques à «des régies» – or jusqu’ici «les entités publiques concernées organisaient leur propre soutien» (…)

En ce qui concerne l’activité partielle, ce dispositif va être étendu aux entreprises du secteur des sports d’hiver, a annoncé le ministère du Travail ce même jour dans un communiqué. «Afin de permettre sans tarder aux professionnels du secteur de sécuriser les embauches de saisonniers, le gouvernement a décidé d’octroyer le bénéfice de l’activité partielle aux entreprises concernées jusqu’à la reprise d’activité dans les stations», a-t-il déclaré. Les travailleurs saisonniers peuvent bénéficier de ce dispositif s’ils ont déjà été embauchés la saison dernière et «font l’objet d’une reconduction du contrat de travail» ou s’ils disposent d’une promesse d’embauche signée avant le 1er décembre pour la saison 2020-2021.

Le recours à l’activité partielle «permettra ainsi de sécuriser les recrutements des saisonniers en vue de la réouverture des stations et de faciliter le redémarrage quand l’activité pourra repartir», a expliqué la ministre du Travail Élisabeth Borne.

Même son de cloche dans Capital et différents journaux nationaux.

« Nous ne comprenons pas pourquoi nous ne pouvons pas bénéficier du chômage partiel alors que ce sont les préconisations du ministère et que la station ne peut pas se mettre en exploitation. » explique un saisonnier « nous devrions être embauchés et pouvoir toucher 84 % de notre salaire, 16 % resteront à la charge de la commune. Ce qui représenterait au final une somme raisonnable à débourser. On peut bénéficier de mesures pour aider la station et limiter les dégâts, y compris chez les saisonniers alors pourquoi ne pas s’en servir ? Et ce d’autant plus qu’on a pas de neige actuellement et qu’on ne peut pas ouvrir de toute façon. C’est malheureux à dire et c’est un peu paradoxal… beaucoup de collègues saisonniers sont dans une situation très difficile actuellement, c’est comme si on existait pas. De plus, on a du mal à comprendre pourquoi l’ensemble des 14 salariés permanents continuent à travailler pleinement étant donné le contexte de ces dernières semaines. Il serait possible de faire des économies à ce niveau… ».

Des saisonniers qui, pour beaucoup, tirent la langue et craignent le pire si jamais l’ouverture des stations devait à nouveau être reportée.

Interrogé sur la question, le maire de Gérardmer a tenu à préciser  en ce qui concerne le chômage partiel : « Après le 31 décembre, il n’y a rien d’officiel, nous avons des annonces et des discours mais rien de confirmé. C’est pour cela que nous sommes frileux quant au fait de faire appel à ce dispositif et que nous ne voulons pas prendre le risque de ne rien toucher de la part de l’État. Le reste à charge de 20 % sur les salaires de la trentaine de saisonniers serait difficile à porter pour la commune, considérant le début de saison que nous vivons et sachant que la station est en fermeture administrative jusqu’au 7 janvier, rappelons-le. (..) J’ai d’ailleurs toujours dénoncé la démarche de la ministre qui incitait à engager du personnel mais, pour nous, sans garanties derrière. Nous sommes conscients que c’est compliqué pour nos saisonniers qui seront informés par courrier de la situation en leur stipulant notamment que ceux qui sont sans emploi par exemple, ont la possibilité de solliciter Pôle Emploi pour des aides complémentaires. »




8 réactions sur “Domaine skiable alpin : les saisonniers dans le rouge

  1. Valdache

    Ces sur Macron est ces sbir s’en foutent bien pas mal des petits gens du peuple.on a qu’à voir comment il a traité les gilets jaunes.la seul solution ces une révolution

    répondre
      1. MV

        Chacun est libre de s’exprimer à sa manière et l’orthographe n’a rien à voir avec les GJ que je présume être les gilets jaunes . Vous pourriez vous aussi vous exprimez un peu mieux à ce niveau.

        répondre
  2. defranould eric

    Pôle Emploi n’octroie pas d’aides supplémentaires : il gère les droits au chômage pour ce-lles-ux qui remplissent les critères, sinon il oriente les gens vers la CAF pour le versement RSA.
    De plus, le reste à charge pour la régie municipale n’est pas de 20 % mais de 16 % après versement du chômage partiel par l’Etat. Par rapport au budget des pistes de ski, c’est dérisoire.
    Ce n’est pas normal de laisser les saisonniers de notre commune dans la précarité !

    répondre
      1. Gilles.

        Yaka,faukon.

        Gérardmer dispose d’un service social qui fait ce qu’il peut en fonction des moyens dont il dispose
        Nous avons déjà un double souci.
        1er. Un niveau d’endettement record par Habitant.
        2 eme. Des recettes municipales très négativement impactées par le difficile hiver 2019/ 2020 ( perte d’environ 3.5 millions d’euros de chiffre d’affaire ). Ce qui n’est pas loin de représenter 10 % du budget général de la ville.

        répondre
  3. Floconette

    Je suis écoeurée devant le manque de solidarité de ce maire. En tant que représentant de l’Etat, il se dit « frileux » et mettrait ainsi en doute les paroles de la ministre du travail qui a annoncé clairement les aides gouvernementales pour les stations de ski…?! D’ailleurs, la saison 2019-20 n’est que le début d’une longue série d’hivers avec de moins en moins de neige vu le réchauffement climatique. La régie municipale devrait peut-être donc s’estimer heureuse de pouvoir toucher des aides à cause de l’épidémie covid et pourrait s’orienter vers une station multi-activités qui donnerait du travail à tout son personnel, et ce tout au long d’une année.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.