Search
samedi 16 jan 2021
  • :
  • :

« Spé Dating » à la Haie Griselle : rendez-vous avec l’avenir Les jeunes parlent aux jeunes...

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

La réforme du baccalauréat est passée et avec elle se sont envolées les sections L, ES et S qui ont laissé place à 7 spécialités que les lycéens doivent choisir à leur entrée en première. Afin qu’ils puissent faire un choix le plus éclairé possible, des journées de Spé Dating ont été mises en place à la Haie Griselle, accompagnées de petites présentations des spécialités par les enseignants.

C’était donc une première du côté de la Haie Griselle où près de 160 élèves ont pu bénéficier de cette opération mise en place sous l’impulsion de la CPE Sarah Suchetet et qui s’est déroulée sur 3 journées au total. En fonction des spécialités qu’ils souhaitaient découvrir, les lycéens de seconde avaient ainsi la possibilité d’assister à des mini conférences animées lors de la pause méridienne par les enseignants, ainsi qu’à des sessions de Spé Dating animées par des élèves de première. « Pour le Spé Dating, ils pouvaient prendre 3 ou 4 rendez-vous au choix. Ils ont ainsi le point de vue des professeurs, plus institutionnel, et celui des élèves, un petit peu plus personnel » explique Sarah Suchetet.

Parmi les élèves de première volontaires pour participer à ces entrevues, Marie et Esteban qui ont présenté leurs options et qui confirment que la proximité entre jeunes facilite la communication : « C’est plus facile pour eux (les élèves de 2de – NDLR) de nous parler, sans doute aussi parce qu’on est en petits groupes pour les entretiens. Ils nous posent  beaucoup de questions : est-ce que la spécialité est compliquée, est-ce qu’il y a beaucoup de travail à fournir, la spécialité est-elle vraiment utile pour les études supérieures, qu’est-ce qu’on gagne comme aptitudes en plus des connaissances etc. » précisent-ils. Des propos que prolongent Louane et Faustine, élèves de seconde : « Le contact est plus facile avec les élèves de première, et les adultes ont moins la notion de difficulté que les élèves qui le vivent pendant leur scolarité » ajoutent les deux copines. D’un côté comme de l’autre, c’est en tout cas une expérience particulièrement enrichissante et donc à renouveler.

Même son de cloche chez les enseignants des spécialités, à l’image d’Édith Claudel, professeur d’Anglais en charge de la spécialité LLCE : « Ça me permet d’insister sur le fait qu’il s’agit d’une option très polyvalente, qui correspond à de nombreux profils et peut compléter à merveille d’autres spécialités. Si un élève décide de la choisir, il aura 4 heures supplémentaires d’Anglais en première et 6 heures en terminale, ce qui lui permettra d’avoir des bagages vraiment solides en Anglais. » Idem pour les 6 autres spécialités qui permettent vraiment aux lycéens d’approfondir certains secteurs de l’enseignement afin de préciser et consolider leur futur parcours universitaire et professionnel.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.