Search
dimanche 16 mai 2021
  • :
  • :

Université : Jean Hingray parle de « non-assistance à génération en danger » Le sénateur propose la vaccination des jeunes et le retour en amphi

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

J. Hingray senat

Lors d’un débat au Sénat sur le thème du fonctionnement des universités lors de la crise de la Covid-19 et le malaise et les difficultés pour les étudiants, le sénateur Jean Hingray a appuyé l’idée d’une vaccination des étudiants et d’un retour des cours en amphi.

« Il faut ouvrir au plus vite les universités », a affirme le sénateur Jean Hingray, s’adressant à la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation Frédérique Vidal. « Trop de destins, trop d’histoires, trop de vies, trop d’avenirs sont en jeu (…) Les artistes, des chercheurs, des entrepreneurs, des praticiens en herbe sont en pleine régression, en pause prolongée ». L’élu vosgien a évoqué la situation de nombreux jeunes « en détresse, précarisés, hors sol, désorbités, sacrifiés » à l’occasion de cette crise.

« On préfère faire l’aumône d’un psy plutôt que l’offre d’un vaccin », affirme-t-il, évoquant une « non-assistance à génération en danger ». Jean Hingray propose donc une vaccination et un retour en amphi, avec respect des gestes barrières. « J’entends de grands médecins plaider pour une vaccination des étudiants », affirme-t-il. « Si le distanciel est devenu une modalité, voire une consigne, luttons de toutes nos forces pour que le présentiel demeure un acquis. C’est aussi la condition de la santé mentale de toute une génération en danger ».

Retrouvez l’intégralité de l’intervention sur vidéo.senat.fr




14 réactions sur “Université : Jean Hingray parle de « non-assistance à génération en danger »

  1. Gilles.

    Démagogie .
    Tout le monde sait que nous manquons de vaccins et que de fait, il y a un ordre de priorité donné d’abord aux plus fragiles, puis aux premières lignes ( soignants, enseignants,…).
    Donc chacun prendra son tour.

    répondre
  2. Fressy

    J’espère que vous attendez votre tour aussi monsieur ? Avez vous des enfants ? Oui on manque de vaccins on le sait , mais réagir de telle sorte !!! Moi en tant que maman je donnerai volontiers mon tour a ma fille pour qu’elle puisse de nouveau suivre ses cours en présentiel . Je ne suis pas a quelques mois près pour ce vaccin, pourtant j’ai eu des proches qui sont décédés de la covid 19. Nos jeunes sont tristes et doivent retrouver un équilibre et réapprendre à vivre normalement. Donc je suis d’accord pour le vaccin et le retour en Amphi.

    répondre
      1. jack

        En juin il y a de fortes chances pour qu’on se soit rendu compte qu ‘il y a encore un nouveau problème(approvisionnement, efficacité ,durée limitée de l’immunité, variants nouveaux et variés);mais bon gillou est costaud,c ‘est pas un rhume qui va lui faire peur, il en a vu d’autres

        répondre
        1. Gilles.

          Totafé d’accord avec vous Jaquouille.
          je crains malheureusement que le calendrier de vaccination annoncé soit difficilement tenu.
          Hé bien nous attendrons….

          répondre
  3. Georges

    Ma fille est à l’université, depuis mars l’année dernière est est allé juste de temps en temps pour quelques travaux pratiques en présentiel ou les partielles,le reste du temps à la maison à distance , c’est très dur surtout en niveau de master sciences comme elle, moralement aussi.
    Le sénateur a tout à fait raison, les étudiants sont l’avenir du pays,ne les oublions pas,il faut un juste équilibre, approchant la soixantaine,je suis prêt aussi à laisser ma place à un jeune le temps venu pour le vaccin, ne soyons pas égoïstes !

    répondre
    1. à ke kuku c'est joni.

      Votre point de vue se défend car pour beaucoup d’étudiants cette situation est vraiment catastrophique.
      J’émettrai néanmoins une petite réserve…
      La première chose que feront nombre d’entre eux sera d’aller s’empiler dans des soirées clandestines sans aucun respect du moindre geste barrière.
      En tenant compte de cette évidence constatée lors des derniers épisodes universitaires, le vieux que je suis hésiterais à sauter son tour..

      répondre
      1. Georges

        Ne prenez pas quelques cas de soirées pour une généralité,y’a pas que les étudiants qui ont fait des fêtes clandestines , les Trente quarante ans aussi, c’est facile de dire toujours c’est les jeunes,résonnement de vieux qui ont oublié qu’ils ont été jeunes .
        Et les gros beaufs qui étaient entassés sur la plage et camping cet été, c’est les jeunes peut être ?

        répondre
        1. à ke kuku c'est joni.

          La risque de contagion est incomparable.
          D’une part des personnes tranquilles , souvent en famille, en extérieur, à la plage ou en camping.
          D’autre part des personnes empilées, vociférantes ,alcoolisées, sans masques, dans un endroit festif et clos.

          répondre
  4. jean-paul petit

    Ce n’est pas le corona qui empêche les étudiants d’étudier, c’est le gouvernement qui applique des mesures « démesurées » et irrationnelles uniquement pour cause de pétoche.
    Le sénateur Jean Hingray, en bon démagogue, surfe sur la vague vaccinale pour se faire mousser. Ca ne mange pas de pain.
    Le sénateur Hingray veut-il faire oublier le mauvais coup qu’il vient de porter à l’Université avec l’amendement 150 qu’il a proposé au Sénat et qui a été adopté début novembre 2020 ?
    Ce mauvais coup consiste à ôter au Conseil National des Universités son rôle d’arbitrage dans la nomination des Maîtres de conférences et des Maîtres chercheurs à l’Université. Premier pas vers la suppression du CNU ? Mise au pas de l’Université ?
    Monsieur le sénateur Hingray a rendu un petit service au gouvernement, pour lequel il sera sans doute gratifié, mais c’est un bien mauvais service rendu à l’Université, et donc aux étudiants.
    Pas de félicitations, Monsieur le sénateur.

    répondre
  5. Fressy

    Toujours les jeunes dans les soirées clandestines ! Mais que vous a fait cette jeunesse.? Avez vous mal vécu la vôtre.
    Avec tout le respect que je vous dois monsieur .!

    répondre
    1. à ke kuku c'est joni.

      J’ai très bien vécu la mienne.
      Mais nous n’avions pas à l’époque de pandémie qui a déjà tué 82 000 personnes en 11 mois en France.
      Votre comparaison est donc ridicule.

      répondre
      1. Georges

        Non pas du tout, il a raison, ma fille est étudiante et n’a jamais été dans une fête clandestine ni sa promo d’ailleurs, les trentenaires et quadragénaires font aussi des fêtes clandestines , facile de dire toujours les jeunes, résonnement de vieux qui ont oublié qu’ils ont été jeunes et les gros beaufs qui étaient entassés sur la plage cet été, c’étaient des jeunes ?

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.