Search
vendredi 3 déc 2021
  • :
  • :

PLU – Gérardmer Patrimoine Nature revient sur les conclusions du commissaire enquêteur datant de 2015 Communiqué de l'association

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

marche silencieuse Gérardmer Patrimoine nature (3)

PLU 2015 et modification 2021- il faut assumer, ne pas reproduire les erreurs et jouer la transparence.

Nous avons demandé en décembre 2020 au service de l’urbanisme le rapport du commissaire enquêteur du PLU de 2015. Début février 2021, il nous a été répondu : « Les élus ont dit non ».

La sous-préfecture nous l’a transmis le 25/02/2021. Le contenu est stupéfiant.

Toutes les problématiques que nous avons soulevées depuis des mois étaient abordées dans le rapport du commissaire enquêteur de 2015.

Le Commissaire de l’époque, Monsieur Bernard Lalevée, a produit un travail remarquable, consciencieux, méthodique, tenant compte des multiples cadres juridiques (loi Montagne, loi Grenelle II, loi SRU, loi Paysages, loi sur l’eau et les paysages aquatiques… et la fameuse loi ALUR, et le code de l’urbanisme). On aurait pu croire que ce rapport n’avait pas d’intérêt, qu’il ne contenait pas de recommandations au vu du résultat de ce PLU, alors que c’est tout le contraire ! Tout au long de l’épais rapport, il est fait état de la nécessité de préserver le cadre naturel de la ville, de tenir compte des zones humides dont la carte « manque de lisibilité et non répertoriées à l’échelon parcellaire » ( « je recommanderai une étude précise, de façon à ce que les documents d’urbanisme soient délivrés en toute connaissance de cause, et non pas après vérification des services de la police des eaux au coup par coup comme c’est le cas à l’heure actuelle ». Mr Lalevée, 2015)

Certes l’enquête publique de l’époque avait été montée en toute hâte, sachant que le PLU sur lequel elle portait était une copie pure et simple du document de 2013 qui avait été annulé par le Tribunal Administratif. Aucun problème de fond n’était réglé et les mesures exigées par la loi sur l’eau depuis 2012 n’étaient même pas intégrées. Mais pour qu’un PLU existe enfin, la Préfecture et les services de l’Etat ont été contraints de valider ce dossier incomplet et inadapté.

Monsieur Le Maire, relisez donc les quelques extraits tirés du rapport. Ce ne sont pas nos mots, mais ceux que vous avez lus, certifiés avoir reçus, et signés le 10 mars 2015.

Extraits du rapport téléchargeable ici : Extraits du rapports du commissaire enquêteur en 2015

CCF_000007

Après l’échec de la procédure de 2015, il faut changer de méthode !

La modification du PLU a été votée à l’unanimité le 15 janvier 2021. La concertation publique a été lancée rapidement par votre lettre. Il faudra être transparent sur la suite, en particulier sur le compte rendu et l’analyse des réponses, avec un calendrier précis. Vous avez beaucoup insisté sur la démocratie participative. Allons-y !

A ce stade, Monsieur le Maire, voici les questions que nous nous posons :

  • Combien de réponses avez-vous reçu à lors de cette concertation qui aura duré un mois ?
  • Seront-elles portées à la connaissance du public et d’association telle que la nôtre ?
  • Comment envisagez-vous d’analyser ces réponses et quand pensez- vous publier le résultat de cette analyse ?
  • A partir de ces résultats, comment envisagez-vous de mener la procédure de modification du PLU que vous vous êtes engagé à mener sous 12 mois ?
  • Quel est le calendrier que vous envisagez sachant que deux mois sont déjà écoulés ?
  • Comment envisagez-vous d’associer la population et des associations telles que la nôtre, à cette démarche ?

Tout l’intérêt d’une concertation repose sur l’implication de la population afin d’obtenir son adhésion sur des sujets complexes qui ont un fort impact sur leur vie quotidienne.

Elle exige :

  • une totale transparence afin de gagner la confiance des participants,
  • de la pédagogie car c’est un sujet compliqué qui doit être expliqué,
  • une écoute bienveillante pour aboutir à un consensus,
  • la volonté d’aboutir à une vision claire de l’urbanisme que mérite Gérardmer

Sur tous ces points notre association milite depuis un an pour sensibiliser la population de Gérardmer aux enjeux considérables que posent les règles d’urbanisme car elles engagent l’avenir de Gérardmer pour des décennies.

Nos publications ont prouvé le sérieux de notre action. Le savoir-faire que nous avons acquis, Monsieur le Maire, nous sommes prêts à le mettre à votre disposition si vous acceptez de nous associer à cette concertation.

Dans l’attente de vos réponses que nous espérons constructives,

Gérardmer, le 18/03/2021                                                                                                                                     Anne Huart, Jacques Valentin

 




22 réactions sur “PLU – Gérardmer Patrimoine Nature revient sur les conclusions du commissaire enquêteur datant de 2015

  1. Fr. Laubacher

    J’envisageais dans un post précédent…une durée d’une gestation d’une Maman éléphant…

    Espérons que celle ci n’aille pas au delà car le travail et les manœuvres obstétricales seront alors difficiles et douloureuses et sans doute inefficaces….,

    Espérons, de pair, que cette gestation ne se termine pas par un minable avortement…. ou alors ….

    D’une minuscule souris accouchée par…. notre si belle montagne….

    répondre
  2. James Mesgenoux

    Les montagnards ont pour devise »savoir reculer ». Tenir compte de la difficulté, de la météo, de l’environnement. Et ce n’est pas faire preuve de faiblesse, au contraire

    répondre
  3. jean-paul petit

    « Les élus ont dit non ».
    Comment cela, ils ont dit non?
    Et au nom de qui, ils ont dit non?
    Et pour quelles raisons, ils ont dit non?
    Le rapport du commissaire enquêteur est-il un document public ou un document secret réservé à un public d’initié?
    La sous-préfecture aurait-elle fauté en fournissant ce document?

    Plus préoccupant: existe-t-il à Gérardmer un ministère de la Vérité occulte, chargé de publier ou de dissimuler le Mensonge au gré des caprices de la chefferie? Sommes-nous entrés depuis 2015 dans le monde d’Orwell?
    Ou dans le monde de Kafka, comme ce malheureux arpenteur égaré dans le labyrinthe du Château, à la recherche désespérée d’un interlocuteur introuvable, chargé d’une mission dont il finit par douter de la réalité?
    Ou encore, plus grotesque, c’est Ubu roi qui a pris les commandes. « J’ai le pouvoir, je fais ce que je veux, et silence dans les rangs ». Jarry en rit, Gérardmer en pleure.

    Toujours est-il que les extraits de ce rapport sont accablants, car ils mettent en lumière l’impéritie avec laquelle la municipalité précédente a rédigé ce PLU.
    6 ans après, on constate le désastre annoncé dès 2015.
    Question à l’association GPN. Est-il possible de se procurer l’intégralité du rapport du commissaire enquêteur? Et de quelle façon? Merci d’avoir révélé son existence, ça évitera aux Géromois curieux de mourir idiots.

    répondre
    1. Gilles.

      Je préfère 100 fois la gêne relative occasionnée par nos amis visiteurs
      ( une soixantaine de jours par an..), à la certitude de rejoindre les dizaines de bleds vosgiens tristes et en totale déshérence.
      D’autant que pendant ces périodes d’affluences, il suffit de faire un kilomètre pour trouver le calme des chemins et sentiers.
      Mais sauf instaurer des visas, cette affluence ne risque heureusement pas de ralentir.
      Je plains donc nos grincheux..

      répondre
      1. EMBT

        Donc quand vous faites un kilomètre vous êtes heureux de trouver le calme et les sentiers qui se trouvent dans les bleds vosgiens tristes et en déshérence . Heureusement que ces » bleds » vous ont pour sortir de temps en temps de leur si grand malheur de voir peu de touristes!!!!!!!
        Ce n’est plus 60 jours par an mais au moins 200 jours si pas plus.
        Alors le grincheux que je peux paraître ne vous envie dans votre orgueil d’habitant d’une ville trop touristique. A chacun ses goûts!!!!!
        Remarquez que je n’utilise pas de mots tels que les vôtres pour décrire « Gérardmer ».

        répondre
        1. Jacques Litaize

          Vous trouvez que les touristes, trop nombreux, pourrissent votre vie autrefois paisible d’autochtone. Ok. Supposons que vous soyez chargé de la conduite des affaires de la commune. Comment faites-vous pour empêcher ces affreux touristes de venir : vous instaurez un péage à chaque entrée de la ville ?

          répondre
      2. jean-paul petit

        J »entends bien, Gilles, la déshérence de nos bourgades. Celle-ci est-elle due à l’absence de tourisme?
        Non, bien entendu. C’est la destruction systématique de notre tissu rural et industriel qui a causé la perte de ces cités, et ce n’est certes pas la manne touristique qui les sauvera.

        Maintenant, s’il faut que notre ville se transforme en parc d’attraction pour amuser le boboïde urbain, je ne suis pas prêt à me déguiser en singe à qui l’on jette des cacahuètes ou des popcorns. Vous non plus, je présume?

        répondre
        1. Gilles.

          Mr Petit,

          Nous sommes parfaitement d’accord sur le fait que la destruction du tissu rural et industriel est la cause de l’effondrement économique ( puis social ) de nos campagnes.
          Mais je ne suis pas tout à fait d’accord lorsque vous dites que ce n’est pas le tourisme qui sauvera à lui seul Gérardmer.
          Je pense qu’il contribue très sensiblement à garder notre ville vivante et en évolution.
          Sans les très nombreux emplois ( publics et privés ) qui découlent directement ou indirectement de l’économie touristique, notre ville, comme de très nombreuses autres communes vosgiennes, serait en totale perdition…

          répondre
  4. Vive Gérardmer !

    Une seule chose à faire pour éviter le tourisme de masse :
    Augmenter les prix !
    Glace à 10 euros
    Chambre à 200 euros
    Burger à 25 euros
    Oups ! C’est déjà fait ?
    Ok, je sors de la discussion…
    C’est vrai que le tourisme de masse a évolué…
    Désolé, pas de solutions…

    répondre
    1. Conseils rêveurs

      Et ajoutez à tout cela le parking payant ?????? Avec une carte spéciale géromois bien sûr!!
      Cela ferait un peu de  » tunes  » !!!!!

      répondre
  5. Ruer

    Gilles, arrêtez de penser qu’a part vous tous les opposants à vos idées sont contre le tourisme, lisez entre les lignes et SVP enlevez votre casque de chef de chantier.

    répondre
  6. Jean-Claude Crouvezier

    Bonjour,
    L’afflux touristique profitant à la très grande majorité des Gérômois, il est normal que ceux-ci acceptent les petites contraintes liées à une densification des constructions qui bien sûr est le seul moyen de sauver l’économie locale.
    Alors oui, continuons à encourager, comme le fait la municipalité depuis plus de 5 ans, une spéculation immobilière salutaire qui met Gérardmer dans le peloton de tête des destinations touristiques prisées.
    Il faut s’en féliciter et applaudir à cette évolution favorable plutôt que de se plaindre de la destruction des paysages, de la dégradation du cadre de vie, d’un coût de la vie augmentée, des incivilités, du bruit, de l’exclusivité donnée aux promoteurs et autres financiers qui n’ont que la volonté de sauver Gérardmer de la ruine, de la désertification, d’une mort lente.
    Passée l’ironie, j’invite celles et ceux qui sont favorables à un essor touristique sans mesure à se promener, en ouvrant grand leurs yeux, dans tous les lieux, en ville comme sur coteaux, pour ensuite pouvoir expliquer aux grincheux, les yeux dans les yeux, que leur mécontentement n’a aucune raison d’être.

    répondre
  7. jean-paul petit

    Pour répondre à Gilles, je reconnais volontiers que le tourisme, et depuis très longtemps, est un facteur déterminant de l’activité de notre ville.
    Il fut un temps, pas si lointain, où Gérardmer se distinguait par son dynamisme industriel. Rappelons nous les belles affiches SNCF, « le linge blanchi sur pré ». Nos belles industries contribuaient largement à l’aura de notre vallée.
    Si elles se sont effondrées, ou transformées en « usines Potemkine », ce n’est pas la faute à pas de chance. Partout sur notre territoire de France, c’est une politique délibérée de liquidation menée par des politiciens malfaisants qui a délocalisé nos entreprises loin de chez nous.
    On voit aujourd’hui le beau résultat de leur action criminelle contre notre nation: nous sommes devenus infoutus de faire des masques, de faire des respirateurs, de faire des tests, de faire des vaccins. Infoutus de quoi que ce soit.
    Alors non, Gilles, je ne me résous pas à cette régression. Nous ne sommes ni plus bêtes ni plus paresseux que les Chinois. Nous pouvons rétablir nos industries, c’est une question de volonté.
    Ou alors, il faudra consentir à nous déguiser en singes auxquels des charters de touristes chinois viendront jeter des cacahuètes.

    répondre
    1. Gilles.

      Préparons nous alors à manger des cacahuètes car nous avons voulu le beurre et l’argent du beurre et la relance de notre industrie me parait bien compliquée.

      En cause et dans le désordre, moults raisons assez spécifiques à notre pays.

      Syndicats politisés, obtus, archaïques.
      Course au social non financé.
      Niveau de charges et d’impôts parmi les plus élevés du monde.
      Baisse de niveau de nos élèves.
      Cout élevé de notre main d’œuvre.
      Code du travail digne de l’encyclopédie Larousse.
      Perte de notre savoir faire industriel.
      Complexité à trouver des personnes formées et motivées.
      Contraintes environnementales.
      Accords de libre échange internationaux avec des pays à faibles couts.

      répondre
      1. jean-paul petit

        Ben voilà, Gilles, on progresse bien, ces constatations de bon sens pourraient constituer le départ d’un contre programme.
        Oui sans doute, notre pays cumule les tares que vous évoquez, oui le redressement sera compliqué.
        Est-ce pour cela qu’il faut renoncer? Souvent dans notre histoire la France s’est réveillée alors qu’elle était au fond du trou. Nous y sommes. Pas de cacahuètes, Gilles. Du courage.
        On s’éloigne du PLU, non?

        répondre
  8. Fr. Laubacher

    Le sujet de cet article est la modification du PLU et rien de plus…

    Si, pourtant on doit parler de la fréquentation excessive du massif en général et de Gérardmer en particulier …(en effet « du massif » convient bien car … les cols, les crêtes, par exemple, qui sont toujours à plus d’un kilomètre de Gérardmer … ne sont souvent pas (plus) l’éden dont parle Gilles plus haut …,

    A moins d’envisager un fantaisiste retour des octrois aux entrées de notre ville … il est effectivement impossible d’endiguer le flot excessif des touristes… Dont Acte !

    Regardons pourtant ce qui se fait ailleurs dans pareil cas où le bât blesse (le bâtit aussi…!)

    Voyons ainsi ce qui a été mis en place en Suisse où, depuis 2017 une loi interdit toute construction nouvelle (ex nihilo) de résidences dites secondaires dans toutes les communes où leur taux dépasse 25 % du bâtit …
    Sauf erreur ce taux dépasse largement les 50 % à Gérardmer…

    En ce qui concerne les habitants qui fuient Gérardmer ne pouvant plus s’y loger en raison des prix…(N’oublions pas que la population n’est pas en croissance …) contrairement à ce que laisse supposer la fréquentation des WE et des vacances …

    Voyons encore ce qui se fait à Chamonix où la volonté de créer des habitations pour autochtones est manifeste au travers, entre autre, des quotas de surfaces devant être obligatoirement proposées à la location permanente dès 300 m2 de surface habitable …. exemples à suivre … !
    On nous rapporte de Chamonix qu’aucune opposition tant politique qu’administrative ou judiciaire… n’est venue entraver ces décisions municipales chamoniardes qui pour certaines ont déjà plusieurs années…

    Ces mesures, c’est sûr, seront mal acceptées par ceux qui pensent que leurs moyens pourront tout leur permettre…
    Ces mesures, c’est sûr ne plairont pas à une poignée d’investisseurs aveugles…
    Mais ces mesures ne seront que le reflet d’une réelle volonté politique voulue et non subie !

    Aux décideurs de choisir si tant est qu’un choix soit encore possible… !
    J’entends par là l’évidence de la réponse aux demandes de modification de PLU, la prise de conscience de l’urgence (déjà dépassée en certains endroits) de la situation si … la volonté est que… le tourisme dure et perdure et non pas dépérit et se meurt faute de région dévastée et de disparition définitives des beautés à voir et à vivre …!

    répondre
    1. Schmit

      Bien d’accord avec vous M Laubacher… Quand il n’y a aucune volonté de la part de nos élus de modifier le PLU autrement dit;  » Essayer de faire boire un âne qui n’a pas soif », c’est juste désespérant autant de mauvaise foi…
      Comme vous le soulignez, l’exemple de Chamonix est intéressant et Monsieur le Maire devrait bien s’en inspirer…..

      répondre
  9. Georges

    Merci MRS Scmit et Laubacher pour vos commentaires intelligents et raisonnés, ce qui est possible à Chamonix est possible à Gérardmer car c’est le même pays, c’est juste une volonté municipal depuis quelques années de vouloir le maximum de monde à Gérardmer.
    La démographie baisse , ça fera comme a Menton, une ville de personnes âgées , moi je suis parti dans une autre vallée, j’ai vendu ma maison à cause des terrains octroyés à des promoteurs autour de chez moi pour construire des résidences où l’on entasse du monde tous les weekends, ça devenait insupportable, des fêtes toute la nuit, actuellement, on est plus tranquille mais c’est un sacrifice ,on a laissé tous nos souvenirs de l’époque où l’on a acheté parce qu’il y avait la forêt autour , une qualité de vie proche du centre ville, aujourd’hui tout est rasé , des chalets partout,quel gâchis !

    répondre
    1. Bingo.

      Si on enlève les emplois liés au tourisme sur la vallée de Chamonix et les bourgades attenantes ( Les Houches, Argentiere, Le tour , Vallorcines), on peut tout raser et créer un parc naturel .

      répondre
      1. Fr. Laubacher

        Et une fois que l’on a dit cela ….
        On a bien avancé…
        N’est-ce pas Monsieur Bingo ?????…
        Peut-être savez-vous, …
        Monsieur Bingo que …
        C’est un vosgien né à … Gérardmer qui est à l’origine du…
        Parc National de la Vanoise, …
        Il fut, lui, maire de Bonneval sur Arc pendant…. plus de 30 ans …

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.