Search
mercredi 12 mai 2021
  • :
  • :

À Belbriette, mon amour est mort !

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

fin4

« Depuis 4 ans que Gérardmer Info suit la destinée de l’étang de Belbriette, le temps nous a appris que sa disparition était inéluctable.  Non pas que la pièce d’eau était condamnée uniquement par  la puissance de dame nature, mais malheureusement par ordonnance des hommes. Paradoxe s’il en est, l’étang avait justement était créé des mains de nos ancêtres les sagards xonrupéens désireux d’actionner la lame de leur scierie. En un siècle,  la société a bien changé,  la force de l’eau a été supplantée par la force de l’électricité,  laissant presque normalement l’étang aux souvenirs de son ancienne fonction. Mais le petit joyau d’une rare  beauté, perdu quelque part dans la montagne, a subsisté jusqu’à sa mort annoncée l’automne dernier. C’était écrit. L’ONF n’avait pas les moyens d’entretenir le miroir d’eau d’environ deux hectares et la Police de l’Eau souhaitait que le lieu retrouve sa forme originelle, son tracé, une continuité écologique disparue et pourtant préconisée  il y a de nombreuses années avec la création entre autre d’une passe à poissons. Personne visiblement n’a pris conscience de la perte d’un tel écrin,  celle de voir disparaître ce petit géant aux pieds d’argile, cartographié, visité par les vosgiens et les vacanciers alors que des millions d’euros sont investis dans le tourisme vert…c’est à ni rien comprendre. Pourquoi ! Pourquoi ne pas avoir mutualité les forces institutionnelles autour d’un projet de maintien, d’entretien,  de survie. Il était sans doute possible, moyennant finance, de satisfaire au desiderata de tous les partenaires dans le respect d’un environnement trop souvent négligé.

Le glas a sonné, la lame de l’ancienne scierie est définitivement tombée sur le cou de l’innocence… A Belbriette, mon amour est mort ! »

Barthélémy Koenig




15 réactions sur “À Belbriette, mon amour est mort !

  1. Lochon

    Bonjour
    Cette retenue d’eau devait aussi avoir une fonction de régulation de débit du cours du ruisseau de Belbriette côté aval bien sûr.
    Paul

    répondre
    1. Hippolyte

      Bonjour,

      L’effacement de l’étang permet la mise en place d’une zone humide à la place. Les zones humides jouent le rôle de véritables éponges et ont une fonction bien plus importante dans la régulation du cycle de l’eau. Elles se gorgent d’eau en période humide et la restituent progressivement. Ainsi les haut débits sont diminués en aval et les débits d’étiage sont relevés.
      En ce qui concerne un étang, on observe le réchauffement des eaux de surface par leur stagnation et la diminution des teneurs en oxygène qui altère grandement les qualités physico-chimiques de l’eau retenue.
      Dans un contexte de changement climatique, il est essentiel d’agir pour préserver notre ressource en eau et ce projet s’inscrit dans cette démarche.

      Cordialement,

      Hippolyte

      répondre
  2. christian

    En tant que voisin et également amoureux de Belbriette à qui je rends visite très souvent, je n’ai jamais considéré l’étang comme le bijou du site.
    Belbriette ce sont sa tourbière, sa forêt, ses animaux ses ruines et son mystère.
    Chacun ses gouts, la subjectivité du cœur ! Pour moi l’étang qui dépassait rarement les demi ha avait un fond trouble et un volume sans (quasiment de) vie. Sans aller jusqu’à considérer qu’il faisait tache il n’était pas beau.
    J’ose espérer que la nature ayant repris ses droits la vraie vie et la vraie vue de Belbriette rendra le site au moins aussi charmant qu avant.

    répondre
    1. Machefer

      Entièrement d’accord avec vous ! L’étang de Belbriette n’est PAS Belbriette, qui est une tourbière et accessoirement on y avait fait une retenue d’eau qui, sans être franchement moche, n’avait qu’une présence accessoire.
      Pour l’esthétique, tous les goûts sont dans la nature, mais imaginons-nous d’ici une dizaine d’années, une fois que la zone humide aura pris une forme à peu près normale, ce sera très joli, à n’en pas douter. LA faune et la flore y seront très bien.

      Les râleurs qui pensent que la forêt vosgienne d’il y a 100 ans est la seule forme que notre environnement devrait avoir ont complètement tort : d’une part la forêt vosgienne « normale » n’est absolument pas cet amas d’épicéa en rang d’oignons, mais au contraire une forêt mixte, donc retrouver à certains endroit, comme à Belbriette, un peu de dynamique naturelle, ne fait pas de mal.

      Et effectivement, depuis que je connais l’endroit, je n’y ai jamais vu qu’une grosse flaque, avec presque rien de faune, à moitié ensablé. Le seul moment où cette retenue était à peu près jolie, c’était l’hiver, lorsque la surface était gelée, il y avait un petit charme…. m’enfin, pas de quoi s’extasier.
      Par contre, plus haut, sur la tourbière, de bon matin lorsque le brouillard se lève et quelques hérons s’y trouvent, on atteint une certaine forme d’esthétique très appréciable.

      répondre
  3. Tonele

    D’accord avec Christian. Enfin un commentaire qui tranche avec les éternels choeurs de « les écolos nous font … ».
    Belbriette pour moi aussi c’est autre chose qu’un étang. Par exemple, en amont, un glacis naturel exceptionnel qui vous transporte ailleurs, une évasion incroyable où on s’attend à apercevoir un cerf, un troupeau de bisons ou un dinosaure… J’exagère un peu pour les deux derniers mais ça restera chouette, même sans l’étang. Un peu différent sans doute. Et peut-être à long terme plus beau encore.
    Mais bon, pour ceux qui garent leur voiture et ne font que cent pas à proximité… je comprends qu’ils n’y ont vu qu’un étang…
    :o)

    répondre
    1. jack

      Tout à fait d’accord avec vous, belbriette c’est avant tout une ambiance , des paysages sauvages et mystérieux avec ces tourbières et clairières; des sentiers à parcourir ,depuis le grand valtin par exemple ,pour aller jusqu’ à balveurche et casser la croûte au bord du petit ruisseau éponyme; l’étang n’était plus très joli d’ailleurs, pas de regrets..

      répondre
  4. Houlà.

    En quoi l’étang de Belbriette dérangeait t’il ?

    Difficile sur le fond de comprendre une décision qui, entre autres conséquences, va faciliter l’écoulement de notre précieuse eau douce vers les océans.
    J’imagine que les responsables de cette décision loufoque font partie du même groupuscule que ceux qui ne veulent plus de sapins de noël
    puisqu’ arbres morts, ou de tour de France puisque celui ci serait source d’intense pollution…

    répondre
    1. Hippolyte

      Bonjour,

      Plusieurs articles sont parus explicitant tous les problèmes qu’engendrait la présence de l’étang qui n’a plus d’usage lié à l’eau depuis 1972:
      – Problème sécuritaire: barrage devenu vétuste, absence de moine, évacuateur de crue hors service et présence de fuites fragilisant l’ouvrage.
      – Problème règlementaire: le ruisseau de Belbriette étant classé en liste 1 et 2 au titre du code de l’environnement, les ouvrages infranchissables doivent être rendus franchissable et la continuité écologique doit être rétablie. La continuité écologique d’un cours d’eau est définie comme la libre circulation des organismes vivants et leur accès au zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation et leur abri ainsi que le bon déroulement du transport naturel des sédiments.
      – Problème écologique: Rupture de la continuité écologique, chute infranchissable de 2 mètres au niveau de l’exutoire, réchauffement des eaux par leur stagnation et diminution des teneurs en oxygène. Déséquilibre sédimentaire et granulométrique entre l’étang et le ruisseau en aval: accumulation de sédiments dans la retenue et absence de sable dans le lit en aval, réduction de la diversité des habitats aquatiques des deux côtés. Faune aquatique peu présente et peu diversifiée dans l’étang du fait de la dégradation de la qualité de l’eau.
      – Problème hydrologique: L’effacement de l’étang permettra la mise en place d’une zone humide. On le sait aujourd’hui les zones humides jouent un rôle bien plus important dans la régulation du cycle de l’eau. Elles se gorgent d’eau en période de crue diminuant les hauts débits et restituent progressivement l’eau en étiage relevant les débits minima. Le fonctionnement hydrologique du bassin versant est amélioré.

      Cordialement,

      répondre
        1. Machefer

          Effectivement, et il est bien dommage de voir uniquement en commentaire ce type d’information très intéressante, et parfaitement compréhensible. Si Gerardmer-info prétent faire un travail un minimum journalistique, il serait bien de faire un article objectif exposant les choses de manière contradictoire, c’est-à-dire d’un côté une sorte de nostalgie (point de vue tout à fait défendable) et de l’autre des arguments techniques (eux aussi tout à fait légitimes). Au lieu de cela, depuis qu’il est question de Belbriette sur ce site, on n’a droit qu’à une sorte de longue plainte réactionnaire… « c’était mieux avant »…

          répondre
          1. Gérardmer info

            Monsieur Machefer relisez tous les articles consacrés à Belbriette depuis plusieurs années et vous aurez les informations nécessaires à
            la compréhension du pourquoi et du comment. De plus nous ne sommes pas présents sur la toile pour proposer des solutions et réflexions techniques mais pour sensibiliser les lecteurs à un événement que vous pouvez considérer comme majeur ou mineur. Pour conclure nous avons été en contact permanent avec Hippolyte afin d’amener une information correcte aux lecteurs : ce dernier nous a d’ailleurs remercié sur le contenu de nos articles, accessibles au grand public, sans prise de position. Si vous estimez que notre travail journalistique n’est pas réalisé, c’est votre droit d’ouvrir nos sites ou non. Et entre nous, pas la pleine de vous faire du mal et de continuer à nous lire.
            https://gerardmerinfo.fr/2020/10/belbriette-retrouve-lit-initial/
            https://gerardmerinfo.fr/2019/07/letang-de-belbriette-pourrait-etre-sauve/

  5. michel marchal

    à lochon
    visiblement non…il n y en a pas plus de la part des disciples de saint Pierre à propos des barrages des castors sur La chapelle, La

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.