Search
mardi 22 juin 2021
  • :
  • :

C’était au temps des rallymen gérômois Retro'stalgie

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Il fut un temps où la course automobile était une véritable histoire d’amour avec les français.  La montagne des Vosges était le théâtre de multiples épreuves, véritable vitrine de l’industrie automobile d’après guerre jusqu’à la fin des années 2000. Cinquante ans de bonheur pour les amoureux de vitesse,  de belles mécaniques aujourd’hui  contraints aux souvenirs la société ayant changée de dimension et surtout d’orientation politique.  Certes, il reste l’installation du Rallye Vosges Grand Est, un plateau d’exception en termes de pilotes, de voitures et d’organisation, mais les nostalgiques ont encore en mémoire un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître. Toute une époque où fumer ne provoquait pas de cancer, où boire était un rituel d’homme, les vrais, rouler vite était réservé aux audacieux avisés et surtout la pollution n’existait pas. Les Vosges regorgeaient de pilotes amateurs tous aussi doués les uns que les autres. C’était le temps sur les bords du lac de Gérardmer de l’éclosion de rallymen tels que Pilou Meny, Pierrot  Golly, Christian Hot, Maurice Yung, Jean Yves Chipot avec pour copilotes Jeff Lieneré, Christian Martin, Gilles Chipot, Pascal Goury, Jean-Sébastien Hot… C’était le temps de la course de côte du Phény, des slaloms au centre ville, sur la place du Tilleul ou de la gare , chose qui semble invraisemblable aujourd’hui.  Pour revivre ce que l’on peut considérer comme les plus belles années des sports mécaniques,  l’association Gérardmer Auto Passion organisatrice du Salon de la Voiture de Course remet en scène, sur sa page Facebook, des voitures, des faits de course et des pilotes via des photos d’hier publiées pour beaucoup par le photographe Roland Mougel : mais pas seulement. Le rendez-vous web est une petite mine d’or pour ceux qui pensent que c’était mieux avant.  La machine à remonter le temps fonctionne à merveille. Les voitures ont bien changé,  les visages de certains aussi, mais la plongée dans les senteurs virtuelles de gomme et d’huile de ricin excite la curiosité. Alors….un détour s’impose.




2 réactions sur “C’était au temps des rallymen gérômois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.