Search
jeudi 29 juil 2021
  • :
  • :

Route des crêtes : la méthode « nudge » pour réconcilier motards et promeneurs ?

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

La cohabitation entre les différents usagers des routes des cols vosgiens représente un enjeu important tant pour la préservation du site que pour la sécurité et la sérénité des promeneurs, motards et automobilistes. L’an dernier, le trafic moto sur la route des crêtes a notamment entraîné des nuisances qui ont fait l’objet de plaintes émanant d’usagers et d’associations.

Face à ces problématiques, des mesures informatives ou coercitives existent mais les mesures « classiques » visant à l’adoption de comportements plus adaptés ne sont pas assez efficaces. Alors comment faire ?Il a été décidé d’expérimenter une approche basée sur les sciences comportementales : le nudge. Le nudge, « coup de pouce », en anglais, est une méthode d’incitation douce et peu coûteuse pour inciter à la bonne décision et encourager un individu à faire de meilleurs choix et à adopter des comportements plus vertueux pour l’intérêt général ou pour sa propre sécurité. Des suggestions indirectes qui peuvent, sans forcer, influencer les motivations. Exemple : les petites mouches dans les urinoirs.

Après la réalisation d’une étude exploratoire qui a permis de déterminer des freins aux comportements souhaités, notamment en terme de conduite, des ateliers de « co-création » de solutions, composés des représentants des différentes parties prenantes, ont eu lieu ce lundi pendant toute la journée à la Maison de la Montagne à La Bresse. L’objectif affiché : proposer des solutions innovantes. Se sont ainsi rassemblés des représentants de la Fédération française des motards en colère (FFMC) des Vosges, des gendarmes, des membres de SOS Massif des Vosges. Le préfet Yves Séguy a participé à la clôture de ces ateliers.

Les désaccords entre les participants sont évidents. Mais tous essaient de s’entendre pour proposer des solutions pour garantir « la route du respect ». Une application, des ateliers, des points d’info, des sets de table dans les restaurants, des portiques sonomètres, des panneaux d’évaluation « sourires », des moyens d’incitation à la contemplation, du stationnement pour les motards, des effet d’illusion de gravillonnage pour limiter la vitesse… tout un tas d’idées proposées pour améliorer la tranquillité sur les hauteurs, particulièrement en période estivale. Un compte rendu va être réalisé à partir de cette grande séance de « brainstorming » et des solutions devraient être testées et évaluées. Aucun calendrier n’est encore avancé.

« La route des crêtes est une route mythique », affirme Yves Séguy. Cette voie a été quelques temps une frontière, et se situe au cœur d’un espace écologique majeur. Il convient donc de « trouver la meilleure manière de partager ce bien d’exception ». Selon le Préfet, il est préférable de limiter la réglementation. « Point trop n’en faut ». Contrairement notamment à ce qui se fait outre-Rhin, dans la forêt noire, qui n’est pas franchement le paradis des motards. « Je suis de ceux qui considèrent qu’on ne pourra pas tout faire par la réglementation », affirme Yves Séguy. « Je crois beaucoup à la médiation et aux actions partenariales ». Pas question donc de « stigmatiser » les motards. Et pourtant, « il y a des zones qui appellent à un respect tout particulier ». Il convient donc de « se modérer », que l’on soit motard, automobiliste, ou même cycliste ou promeneurs.

Les nuisances sonores pour les habitants et promeneurs sont évoquées, ainsi que l’impact sur l’environnement. Si l’objectif affiché est la recherche de consensus, des points de vue opposés sont exprimés. Dominique Humbert, président de SOS Massif des Vosges, demande lui plus de contrôle routier sur les routes des hauteurs vosgiennes, car il y aurait selon lui « une totale impunité dans ce domaine ». Il faudra encore un peu de travail pour garantir entre tous une bonne cohabitation.




18 réactions sur “Route des crêtes : la méthode « nudge » pour réconcilier motards et promeneurs ?

  1. michele

    ben moi le seul problème je le dis et redis c’est le bruit ,le bruit, le bruit de ces motards tous fous de sortir leurs engins un weekend et venir sur nos routes nous éclater les oreilles là je dis stop . Je ne suis pas anti motard loin de là chacun sa passion j’ ai des amis motards ok mais j’ aimerais que la loi sois pot- d échappement silencieux pour tout le monde

    répondre
    1. Didier

      Je suis un motard et toute l’année je visite des sites incroyables et sur des routes sinueuses ( Pyrénées, Vercors,espagne ect… )c’est un moment de liberté personnellement je ne roule pas beaucoup plus vite que les voitures mais la majorité des cyclistes prennent la route pour eux et les camping malgré leurs faible vitesses cherche leurs emplacements et deviennent des danger public en tournant au dernier moment bien souvent sans clignotants
      Concernant le bruit des motos elles vendu avec un échappement d’origine je ne voit pas l’intérêt dans mettre un plus bruyant il n’avanceront pas plus vite a par pour épater les autres usager!!!
      Que tout le monde respectent un minimun le code de la route qui nous appartient à tous✌️

      répondre
  2. jean-paul petit

    Au petit déjeuner, une tartine de « nudge » avec un bol de « brainstorming », c’est un peu indigeste.
    Ce qu’il y a de bien dans ces réunions de « debriefing », c’est que l’utilisation de vocables anglo-saxons, ça donne une touche de compétence qui impressionne moult le péquin. Les bonnes gens qui causent si savamment ont forcément raison.
    La langue française me chaut davantage, tel celui qui boit l’eau claire: ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément.
    J’ai donc traduit que cette remarquable réunion a parfaitement rempli son office: on a décidé de ne rien décider. C’était tout de même essentiel..

    répondre
    1. Jy

      Mr JPP, j’aime vos commentaires sur ce site, ils sont toujours courtois et frappés du bon sens…
      En effet, je suis d’accord avec vous, ce « brainstorming » ne sert à rien, sinon à se rencontrer une prochaine fois pour une nouvelle « réunion »…
      Ou plutôt pour un « débriefing » avec les mêmes…dans deux ans…
      Moultes idées seront peut-être passées dans les esprits…

      répondre
    2. Jacques Litaize

      Excellent, Monsieur Petit. J’ajoute que même en restant dans la langue française, il eut été bien préférable de dire « face à ces problèmes » plutôt que « face à ces problématiques ». Sinon, pour les nuisances sur la route des Crêtes ou ailleurs, point de salut sans répression.

      répondre
      1. Giacomo Agostini.

        Bien d’accord avec vous.
        Les spécialistes de l’essorage de poignée et de l’échappement débridé ne se calmeront qu’ avec des contrôles et des sanctions.

        répondre
      2. jean-paul petit

        J’ai beau me relire, frère Jacques, je ne me trouve pas de problème à tiques.
        Bien qu’elles me compliquent la vie dans mon jardin. Mais s’il n’y avait plus que ces toutes petites bêtes comme parasites, auprès de mon arbre, je vivrais heureux.

        répondre
          1. jean-paul petit

            Oui, j’ai vu ça en relisant l’article. Vous avez raison, le français contemporain, mais ce n’est pas nouveau, est plein de ces tics de langage qui ont diverses fonctions: ou le mot est destiné à impressionner par sa complexité, ou il sert à dissimuler la vacuité du propos, ou il déguise volontairement une situation désagréable qu’on a peur de nommer.
            Car nommer correctement les choses, c’est leur donner un début de solution. Je ne donne aucun exemple pour ne pas susciter une nouvelle polémique, je suis certain, qu’il vous en vient à foison à l’esprit.

    3. jack

      Bon résumé et compte rendu fidèle de ladite réunion: des gens plus ou moins élus , plus ou moins fonctionnaires ,plus ou moins représentants de quelque association ,ont parcouru plus ou moins quelques dizaines de km pour se retrouver ,autour d’une grande table ,avec pour chacun une chaise et une bouteille d’eau .Après avoir rempli leur fiche de défraiement, ils ont parlé de ces problèmes, connus depuis des lustres: les motos , le bruit , la vitesse, tout ça c’est plus possible ,vraiment il faudrait songer à faire quelque chose ,mais bon pas trop quand même parce que le tourisme , l’économie locale etc….et après une bonne heure de vains bavardages , chaque participant a sorti son agenda pour noter la date de la prochaine réunion

      répondre
  3. Schmit

    Tout comme Michèle, je ne suis pas anti motard, mais je déplore le bruit insupportable de certaines motos (pas toutes) qui nous pourrit la vie..
     » Pour la FFMC, (fédération française des motards en colère) concernant un CT les motos, ces propositions n’auront aucun impact, l’association soulignant ainsi que les motards qui font du bruit « ont besoin d’éducation et pas d’un CT »,
    Tout est dit !! L’éducation pour le bien vivre ensemble!
    Les motards qui font hurler leur machine le font pour être vus ! rien d’autre! Tout de même ce sera long jusqu’à 2023 pour que le CT motos soit appliqué au même titre que les voitures.
    Pourquoi verbalise t’on une voiture dont le pot d’échappement fait du bruit et pas une moto ??

    répondre
    1. Solexine pour grimper toutes les belles collines.

      Allez donc faire un tour à Longemer en période de beau temps.
      On n’y entend ni les tracteurs, ni les poids lourds, mais que des motos . Notamment les miaulements des 10 000 tours / minute des japonaises, italiennes, autrichiennes et leurs 120 decibels.

      répondre
      1. Hervé

        Donc si je comprends bien, on ne contrôle que les motos et pas les autres véhicules parce qu’ils ne dérangent pas à Gérardmer …
        J’ignorais que la France se limite à ce patelin …

        répondre
        1. Giacomo Agostini.

          Vous comprenez parfaitement bien.
          On ne va pas s’amuser à contrôler des véhicules qui ne dérangent personne.
          La cible ,c’est la minorité de kékés montés sur des bécanes qui défoncent les oreilles du haut vosgien.

          répondre
    2. Schmit

      Vous plaisantez ? Les nouveaux camions sont soumis à un règlement strict au sortir des usines concernant le bruit moteur. Ils font bien moins de bruit et sont moins polluants que certaines voitures et surtout les 2 roues ! Quant aux tracteurs, ils sont utilisés avant tout pour le travail et ils ne dérangent pas grand monde comparés aux motos et mobylettes bruyantes qui sillonnent les routes toute l’année avec un peu de répit quand il neige !!!
      Nos oreilles se reposent ….

      répondre
  4. étonné

    J’étais premier de la classe à l’ école primaire ,mais , au vu du niveau actuel du Français actuel , je me suis à niveau depuis fort longtemps, y en a marre de tous ces gens qui critiquent tout et rien , tout le monde râle , gueule après son voisin, tout le monde et le con de l’autre, pas foutu de réfléchir plus loin que le bout du nez, nous sommes dans un monde d’ égoistes, de parvenu , aucun respect des autres, la plupart ,même pas d’ eux même, salut à tous , bonne nuit.du brainstorming , j’en ai bouffé pendant 20 ans , çà ne sert à rien , juste à faire pâlir les idiots qui écoutent la bouche bée………

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.