Search
jeudi 29 juil 2021
  • :
  • :

Suivi climatique national & fonctionnement des lacs : une bouée installée sur le lac de Gérardmer Un dispositif de sondes enregistreuses installé pour 5 ans par le CEN Lorraine

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

bouée gerardmer posée

Un dispositif et une bouée qui ont été installés sur le lac en accord avec la commune de Gérardmer.

Après Longemer et Retournemer, le Conservatoire d’Espaces Naturels de Lorraine (CEN) vient d’installer une nouvelle bouée sur le lac de Gérardmer à laquelle est rattachée un dispositif de sondes enregistreuses de températures.

Un dispositif qui est installé à l’un des endroits les plus profonds de notre lac puisque les sondes descendent jusqu’à 35 mètres de fond et son espacées d’un mètre sur les 10 premiers mètres, puis de 4 mètres jusqu’au fond afin de pouvoir sonder/mesurer l’ensemble de la colonne d’eau du lac. L’objectif de l’opération est d’étudier de manière précise l’influence du climat sur le fonctionnement des 3 lacs de la vallée. En effet, ce dernier a une influence considérable sur les mélanges biannuels des eaux des lacs, qui sont eux aussi un élément clé. De fait, ces mélanges sont conditionnés par la température de l’air qui modifient les températures de l’eau et créent ainsi des mouvements dans l’eau. De ces mélanges ou brassages qui s’opèrent au printemps et à l’automne, dépend l’oxygénation du lac. Une redistribution en oxygène qui est indispensable, notamment en profondeur, et doit être optimale. Et sans oxygène, pas de vie possible. Par ailleurs, chaque espèce a également une température idéale pour son environnement lui permettant de vivre correctement.

Mathilde Esselin et Luis Hermon.

Mathilde Esselin et Luis Hermon.

Pour résumer, le climat a donc une influence considérable sur la santé des lacs et grâce à ce dispositif, le CEN va pouvoir évaluer l’impact du changement climatique sur sur l’évolution de la température des eaux, mais aussi que les mélanges/brassages s’opèrent toujours, à quelles périodes de l’année et à quelle profondeur. Cette démarche s’opère en lien avec un dispositif de suivi climatique national animé par le Pôle ECLA (Pôle écosystèmes lacustres) de l’Office Français de la Biodiversité. « Le pôle ECLA aide les gestionnaires comme le CEN à travers un appuie scientifique spécifiquement sur la gestion des eaux. Il nous met à disposition un programme de suivi climatique, des ressources et des connaissances pour décliner localement un protocole national. La bouée et le dispositif sont donc installés pour 5 ans, ce qui est le minimum pour ce type de protocole » précise Louis Hermon, chargé d’étude territoriale au CEN Lorraine et animateur projet Lacs Vosgiens.

Un projet qui est né d’un constat : la dégradation de la qualité des eaux des 3 lacs, de la diversité de la faune et de la flore. « Cela fait près d’une quinzaine d’années que différents types d’analyses nous permettent de constater cette dégradation. Mais pour l’instant, il n’y a eu que des analyses partielles permettant de constater l’évolution des températures. Ces dispositifs permettront d’améliorer les connaissances sur les températures des lacs pour mieux envisager des actions dédiées à leur préservation » ajoute Mathilde Esselin, apprentie mission scientifique et territoriale. Cette dernière ajoute que l’installation des dispositifs sur les lacs est assortie d’une signalétique : des affiches seront mise en place afin de sensibiliser le public et ainsi éviter la dégradation du matériel « Nous allons également en donner aux clubs nautiques, aux campings, aux bateliers et à tous les usagers du lac. Des petits formats vont aussi être collés sur les pédalos pour informer un maximum les vacanciers. » Et bien entendu, si vous souhaitez en savoir plus sur cette démarche, vous pouvez vous rendre sur le site du CEN Lorraine : https://www.cen-lorraine.fr/

Pose bouée à Retournemer

Pose de la bouée à Retournemer




5 réactions sur “Suivi climatique national & fonctionnement des lacs : une bouée installée sur le lac de Gérardmer

  1. Georges

    L’initiative est très bien mais seulement avec le tourisme de masse, la surpopulation en période de vacances, les centaines de véhicules qui débarquent chaque weekend et les constructions qui se multiplient, le tout néfaste à l’environnement , c’est plutôt une bouée de sauvetage qu’il faut pour la ville de Gérardmer !

    répondre
      1. Georges

        Ce nullement une occasion pour râler mais un constat de faits justifiés, dommage que vous n’en soyez pas conscient.
        A cause de gens comme vous, nous allons droit dans le mur et merci pour les prochaines générations !

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.