Search
jeudi 21 oct 2021
  • :
  • :

Un nouveau collectif contre les incivilités créé à La Mauselaine

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Screenshot_20210709-072717_MessagesC’est un nouveau collectif qui s’est créé à la Mauselaine,  matérialisé par une banderole dans le grand virage à gauche menant aux pistes de ski de descente. Suite à l’incendie du chalet de location il y a 3 semaines, 40 habitants du secteurs ont signé une pétition contre la multiplication des incivilités croissantes sur le coteau gérômois.  Une délégation des signataires sera reçue par le maire la semaine prochaine afin d’envisager les semaines à venir notamment dans le cadre de l’installation des vacanciers.

IMG_95881




36 réactions sur “Un nouveau collectif contre les incivilités créé à La Mauselaine

    1. Bio

      Quelle image donne Gerardmer avec toutes ces banderoles. Effectivement le pouvoir de la mairie doit s’exercer avec la même rigueur que celle développée pour les affichages commerciaux.

      répondre
      1. david michel

        Bonjour,

        Pour faire appliquer les arrêtés qui ne sont pas respectés sur la commune
        il va falloir que la police municipale travaille 7jours sur 7 et 24 heures sur 24 car il y a du boulot en retard…..
        Personnellement j’attends depuis plus de 10 ans le respect de l’arrêté
        qui concerne les plantations qui gênent la visibilité dans les intersections.
        ( chemin des Granges Bas -chemin de la Cleurie par exemple)
        Alors quelques calicots (JUSTIFIES) c’est de la rigolade à coté du reste.
        DAVID Michel

        répondre
    2. Fr. Laubacher

      Vous êtes donc sûr de ne craindre aucune menace de construction sous vos fenêtres ?
      Seriez vous de mèche avec les promoteurs destructeurs du Gérardmer qu’on aime ?
      Seriez-vous de ceux, peu nombreux…, qui pensent que Gerardmer a tout à gagner à se transformer ainsi ???

      répondre
    3. Gascoin

      Monsieur nous comprenons bien les intérêts financiers qui vous motivent. Étant vous-même propriétaire d’une location saisonnière avec sauna et spa sur les hauteurs des Xettes, certainement productrice de tapage nocturne tous les weekends et en saison, il est normal que vous vous sentiez agacé !

      répondre
    4. ANDRE Baptiste

      M. Chevrier,
      vous êtes dans votre droit de demander le respect de cet arrêté municipal.
      Celui-ci s’applique également (par exemple) pour les panneaux publicitaires faisant la promotion de ces chalets de locations si ils ne sont pas déclarés et ne respectent pas la charte (assez complexe) de celui-ci.

      Mais il y a également des lois qu’il serait bon de faire appliquer au même titre !
      Et nous sommes dans notre droit par exemple :
      de demander le droit à la tranquillité publique (cf Code général des collectivités territoriales (CGCT) et du Code de la santé publique (CSP)).

      https://www.bruit.fr/images/stories/pdf/guide_maire_bruits_voisinage.pdf

      https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guid06.pdf

      Pour des questions de santé publique et d’écologie, nous sommes aussi dans notre droit à demander le respect des règles sanitaires relatives aux spa, jacuzzi et assimilés qui sont réglementés comme les piscines.
      Hé oui, dans une eau qui n’est pas traitée comme il se doit, mijotant à 40° ou plus, bonjour le nid à bactéries, que les vacanciers peuvent aller disséminer un peu partout ensuite…

      Pour ne citer que quelques unes de ces règles :
      – déclaration obligatoire en mairie avant l’ouverture des équipements au public et de justifier du respect des normes d’hygiène et de sécurité.
      – règlement intérieur affiché de façon visible à tous les usagers.
      – contrôle sanitaire mensuel assuré par l’Agence régionale de santé (ARS).
      – surveillance quotidiennement la qualité de l’eau et analyse biquotidienne : l’eau du spa doit être filtrée et désinfectée.
      Conformément à la circulaire du 27 juillet 2010, les spas publics doivent être vidangés toutes les semaines.
      – Vidanges réglementées (bassin de décantation, évacuation dans les eaux usées…etc…)

      Si les propriétaires sont de vrais professionnels, ils font le nécessaire auprès de leurs locataires pour que tout se passe bien.
      Mais quand ce sont seulement des propriétaires qui ne s’intéressent qu’à l’aspect pécunier à court terme de leur affaire et qui souvent n’habitent pas ici, et bien cela leur est bien égal qu’il y ait des nuisances ou que le spa ne soit pas irréprochable!!

      Quand les propriétaires n’encouragent pas à la fiesta (en affichant clairement que les fêtes sont autorisées ou en mettant à disposition tout le matériel nécessaires), il n’y a pas de débordements et tout le monde est content !
      Des touristes contents de leur séjour et des Gérômois content de conserver une belle économie locale grâce à eux !

      A partir de là, avec un tourisme respectueux, raisonnée et citoyen, je suis persuadé que les banderoles disparaitrons d’elles même, comme elles sont venues !! Et on entendra plus parler de nuisances, comme c’était le cas il y a moins de 10 ans…

      La balle est bien dans le camp des propriétaires, qui ne comprennent pas qu’en continuant de développer ce type de tourisme, ils se tirent une balle dans le pied. (Tourisme inexistant il y a quelques années et qui, lui, n’a pas construit la renommé nationale de Gérardmer)
      Pour preuve, raz-le-bol général !!
      Vous êtes déjà sur la pente descendante et si vous ne corrigez pas le tir, vos belles locations grandes capacités et grand luxe ne seront plus rentables bien longtemps…

      En attendant cette prise de conscience, (pas demain la veille à mon avis vu les discours qui sont tenus par certains),
      j’attends, comme vous, une réaction du maire pour faire respecter les lois avec les moyens qui sont associés à sa fonction en tant que premier Officier de Police Judiciaire de la ville.

      répondre
      1. Schmit

        Tout est dit! Et dans un avenir proche, le manque d’eau annoncé !
        Alors que spa et autres piscines sont accolées à ces chalets grande capacité, sachant que la population triple en saison haute, par manque d’eau, on puisera l’eau de notre lac qui est déjà en mauvais état ? L’avenir de notre perle tourne au sombre…

        répondre
  1. Michèle Valence

    Je voudrais également faire part du tapage nocturne généré impunément toutes les nuits par des braillards avinés sur les quais du lac et le parc du Trexeau
    Que je regrette le confinement !!

    répondre
  2. Rollin

    Un peu tard pour réagir…
    Il y a eu des élections municipales il y a 1 an.
    Les Geromois ont validé la politique actuelle en connaissance de cause.
    Faut pas venir se plaindre ensuite…

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Merci aux donneurs de leçon mais voilà plusieurs années que nous tirons la sonnette d’alarme …
      On a, nous (GPN), parlé du PLU bien avant les élections… en vain…
      La sonnette d’alarme fut tirée mais non entendue dès 2015 oui oui 2015 !… par Laurence DENIS qui ….quitta Gerardmer pour cette raison consciente du tsunami qui se profitait…
      On y est !…..

      répondre
  3. Gaston

    Moi j’accueille avec bienveillance les touristes situé près de chez moi, je leur fait déguster un petit alcool local à base de fruit en guise de bienvenue, 22h ils sont au lit. Problème résolu.

    répondre
    1. jean-paul petit

      Je reste dubitatif devant cette solution originale. Voulez-vous dire qu’il faut gaver les « touristes » avec de la gnôle bien de chez nous comme on gave les oies avec du maïs ?
      Il est vrai que dans les deux cas, c’est le foie qui morfle.
      Sauf que le foie des fêtards alcoolisés qui se font passer pour des touristes (quelle escroquerie !) est tout sauf comestible. La preuve, les Gérômois les vomissent.

      répondre
  4. Robert

    Il est temps de dire les choses parce que je fais partie des géromois qui commence à en souper de ces querelles de riches : quelle hypocrisie !
    Les biens-nés c’est à dire ceux qui possèdent des immeubles de rapport, des gites, des meublés, des chalets, des hôtels, des terrains provenant des leurs successions heureuses, de leurs travails parfois et qui ont la main mise sur une partie du tourisme depuis longtemps ne veulent pas partager le gâteau ! C’est tout!
    Pas tous heureusement: les silencieux de cette industrie savent encore grâce à qui ils vivent !
    Dans ces associations ou collectifs enlevez ceux qui possèdent des gites, des meublés, des chalets, des hôtels, qui vivent de près ou de loin du tourisme et il ne vous reste plus grand monde!
    Si ! Il vous reste quelques géromois qui au gré des successions, des histoires de familles n’ont pas eu le terrain constructible qu’ils convoitaient au profit du frère, de la soeur, du cousin, de la cousine et qui sont finalement habités par la rancoeur car le frère, la soeur, le cousin ou la cousine a revendu à prix d’or le terrain à un promoteur ou tout simplement à un artisan qui a ainsi placé ses économies pour sa retraite!
    Et peut etre quelques purs et durs qui ne sont là que pour la préservation de leur environnement mais ceux ci sont bien minoritaires!
    Toutes ces associations finalement confisquent la parole!
    Qu’en pense d’après vous l’ouvrier de l’artisan maçon, de l’artisan peintre, de l’artisan charpentier, l’employée de conciergerie qui loue un appartement auprès des bailleurs sociaux et pour qui la construction des ces « immondes » chalets ou bâtiments n’est que le gagne pain?
    Parce que c’est sûr : sans cela il serait au chômage!
    Et bien je crois qu’il s’en fiche ! Ou plutôt non! Il a du travail grâce à ça ! On peut le regretter mais c’est ainsi : il n’y a quasiment plus d’autres industries à Gérardmer que celle du tourisme.
    Cela ne veut pas dire qu’il faut faire n’importe quoi. Oui des erreurs ont été faite! Oui il faut modifier le PLU! Oui il faut encadrer les évolutions !
    Mais il n’est pas trop tard : il reste encore de la verdure. Mais ça dépend du point de vue : depuis le milieu du lac c’est carrément encore archi vert aujourd’hui, depuis certaines habitations c’est plus compliqué quand on ne voit plus le lac qui était votre vue depuis toujours. Et depuis le centre ville, depuis le Bergon ou Kleber c’est comment?
    Et ces banderoles? Alors là non! C’est pas possible!
    Quelle image pour nos visiteurs? Quel accueil pour ceux ci !
    Nous ne sommes pas loin de « Gerardmer aux géromois » qui ressemble étrangement à « La France aux français » ! C’est certainement la prochaine étape : on commence d’ailleurs par les tourismes non bruyants, et certains me semble-t-il, étaient lors des dernières élections municipales, pour un tourisme plus élitiste par opposition au tourisme d’aujourd’hui sensé être de masse! Belle perspective!
    Les incivilités : parlons en ! Oui, lorsque des hommes et des femmes se retrouvent en famille, entre amis ils font plus de bruit que quand ils sont seuls! Qui, encore une fois, sur les coteaux de la ville n’a jamais fait un repas à l’extérieur, dans la douceur de la soirée géromoise avec une dizaine d’hôtes et donc fait du bruit pour ses voisins ? Qui ? Car c’est une notion bien floue que le bruit, elle varie selon la position de chacun. . .
    Ah! Autre chose : les banderoles sont des incivilités puisque interdites. . .
    C’est quand même étrange toutes ces positions car au fond les libéraux regrettent la loi du marché et les gauchistes regrettent l’absence de la force publique !
    Bref réfléchissez donc à votre position, à votre façon de vous comporter avant de faire des leçons et de stigmatiser les geromois qui ne pensent pas comme vous et nos visiteurs.
    Allez je souhaite une belle saison d’été à tous parce que si on se prend deux mois comme les quinze derniers jours et un hiver sans neige à la suite on pourra reparler du tourisme voire du sur tourisme . . .

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Bravo pour ce « Robertamalgalimatia » , fiançailles de la carpe et du lapin où effectivement tout est dit ….
      Merci pour les vœux de bonne saison à tous et idem pour vous Robert.
      Retenez que nous sommes nombreux à votre disposition pour vous aider à voir un peu plus clair dans cette affaire de destruction du Gerardmer sans doute trop aimé de tous mais qui court à sa perte s’il continue ainsi …

      répondre
      1. Mauvaise langue

        Seuls les différents quartiers où vous avez (collectif…) des intérêts personnels vous intéressent . Le bord du lac est inexistant pour vous apparemment. C’est pourtant ce qui fait la beauté de Gérardmer!!!!
        En tout cas je n’ai jamais une ville accueillir les touristes de cette manière.

        répondre
        1. Fr. Laubacher

          Merci « Mauvaise langue » pour votre jugement qui n’engage que … vous!
          Le bord du lac fait également partie de nos soucis que les 3 lettres G.P.N. regroupent bien sous les 3 mots GERARDMER PATRIMOINE NATURE.
          Je vous engage à découvrir les multiples actions de cette association aux nombreux adhérents sur son site ad hoc.
          Et puis lisez ce qui s’écrit tant sur Gérardmer Info que Epinal info que sur le site de GPN …au sujet de tous les points chauds de la ville …ça ne manque pas!
          Vous apercevrez également certains responsables montrés du doigt et vous pourrez vous faire une certaine idée de la gravité du problème.
          Au sujet des points que nous oublierions ou aurions oublié…
          Pas plus tard qu’hier et ça ne s’invente pas, excusez-moi pour le magnifique à propos… Le « Chemin des Oubliés », petit chemin de la ville de Gérardmer était le principal souci de cette association…

          répondre
          1. Mauvaise langue

            Merci Mr Laubacher de me signaler le chemin des oubliés mais j’ai déjà suivi. j’ai fait l’effort de regarder le site suggéré et malheureusement je ne vois rien concernant véritablement les bords du lac (bord de l’eau).
            Vous êtes toujours dans vos chemins et rues sur les pentes!

    2. Ced

      Tout ceux qui sont contre ses constructions ne sont pas propriétaires de gîtes ou d’hôtels comme vous dites.
      Il y’a aussi des geromois qui pourront pas construire ou acheter sur Gerardmer. Car de miser tout sur le tourisme fais monter le prix des terrains et le.prix des maisons.
      Et ne parlons pas des prix des loyers.
      Donc ceux qui cautionnent toutes ces constructions, cautionnent le fait que les geromois doivent partir s’installer ailleurs. Et qu’ils souhaitent que les geromois se cassent. Et qui dis aller s’installer ailleurs, dis aussi que les enfants ne seront pas scolariser à Gerardmer.
      Quand les écoles seront fermées par manque d’élèves, j’espere que les personnes la prendront leur responsabilité.
      Ce dont je doute.
      Et quand il y’aura plus de neige, ou quand on aura puiser tellement d’eau dans le lac, qu’on pourras plus s’y baigner, et que les touristes viendront plus, la on va rigoler.
      Et concernant les nuisances, dans les Alpes, certains propriétaires signalent qu’ils gardent les cautions si la gendarmerie se déplace pour tapage nocturne.
      Mais ici se sera jamais mis en place.
      Et pour information, les touristes viennent ici pour retrouver de la verdure et de la nature. Et pas pour voir du béton partout. Ils en voient déjà assez chez eux. Et bientôt les jonquilles seront plus qu’un mauvais souvenir.

      répondre
        1. ANDRE Baptiste

          Non seulement c’est limite légal d’empocher la caution par ce que ses locataires ont fait trop de bruits et ont eu la visite de la gendarmerie, mais il ne manquerais plus que ça !!
          Que les propriétaires, déjà bien peu souscieux du calme ou de l’impact sur la vie locale, reprennent une ralonge monétaire par ce que leurs locataires sont trop bruyants !!

          A eux de faire le nécessaire en amont pour que la situation n’arrive pas ! :
          – éviter la tentation avec toutes sortes d’activités (notamment aquatiques) en extérieures
          – éviter les boites de nuit ou sono surpuissantes
          – ne pas autoriser les fêtes (EVG, EVJF etc…)
          – etc etc

          Par contre, ce qui se fait, et je l’ai vu : certains propriétaires installent un système de décibelomètre (ou sonomètre) relié à un disjoncteur.
          Si le niveau sonore dépasse celui autorisé ou toléré, plus de courant… (un zonage est possible comme par exemple le courant à l’extérieur et la musique uniquement…)

          Mais sans en arriver jusque là, je connais plusieurs propriétaires (Gérômois) chez qui il n’y a rien à dire en terme de nuisances (noctures ou diurnes). Preuve que cela est possible.
          Tout est question de volonté, de respect et de bien vivre ensemble…

          répondre
    3. Jacques Valentin

      Bonjour Monsieur Robert, bonjour Monsieur intéressant,
      Avec tout le respect que je vous dois, je vous prie d’arrêter de stigmatiser les associations comme notre association GPN. Pourquoi ?
      Le problème du bruit et des incivilités ne date pas d’aujourd’hui. Faites une simple recherche sur gerardmerinfo avec le mot bruit. Vous tomberez sur de nombreux articles et en particulier celui du 20 juillet 2019, donc il y a 2 ans. L’association GPN n’existait pas. Les collectifs n’existaient pas.
      Le lien est https://gerardmerinfo.fr/2019/07/location-saisonniere-bruit/
      Vous pourrez lire 53 commentaires, particulièrement édifiants. relisez les c’est facile.
      Vous pourrez lire dans l’article le texte suivant :
      « La Commune est saisie de plus en plus souvent de requêtes de gérômois se plaignant du bruit occasionné par l’occupation des locations saisonnières dans leur voisinage, notamment le week-end et pendant les vacances. Les élus appellent les propriétaires et les gestionnaires d’hébergement touristique à établir un règlement intérieur en la matière et à le faire respecter pour que la tranquillité des habitants permanents soit préservée. »
      « Plus globalement, la tranquillité publique doit être de mise entre 22h et 7h et tout tapage nocturne constaté dans ce créneau horaire est punissable. »

      Rien ne change, nous sommes en 2021, mais les problèmes non seulement persistent mais s’amplifient. Voilà pourquoi des associations et collectifs se créent, et les banderoles se multiplient. C’est vraiment dommage d’en arriver là alors qu’un vrai dialogue aurait pu se créer.
      En 2018, il y avait un article :
      https://gerardmerinfo.fr/2018/08/gerardmer-est-elle-en-surtourisme/

      répondre
  5. nouvelle

    Alors pour donner du grain à moudre à tous ces gens: le camping de Ramberchamp serait en passe d’être vendu pour permettre un tour du lac « convenable » pour les familles. Donc un nouveau parking(béton), peut-être un hôtel, une friterie, etc…. Tout cela à la place d’un espace qui soyons honnête même si c’est un camping ,est un espace vert en bordure du lac.
    Peut-être y retrouvera t ‘on une plage …..!!!!!!

    répondre
  6. intéressant

    A la lecture des divers commentaires et au regard des dossiers GPN, il me semble qu’il y a plus d’intérêts financiers en jeu que d’intérêts touristiques ou naturels .
    En plus simple et en résumé certains ont peur de perdre du fric!!!!!!

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Il serait judicieux d’expliquer et d’étayer votre jugement si vous voulez qu’intéressant il demeure.
      Il suffit du moindre micro trottoir, il suffit de s’installer sur site et laisser les gens parler, des touristes aux autochtones pour constater que la parole est libre les langues se délient sans aucun intérêt que celui de la beauté du Gérardmer qu’on aime et du bien vivre qu’on connaissait jusqu’à une date pas si éloignée…
      Boileau disait que tout ce qui se conçoit bien s’énnonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément…
      A vous d’être vraiment intéressant….

      répondre
    2. Jacques Valentin

      Bonjour Robert, bonjour intéressant,
      Avec tout le respect que je vous dois, je vous prie d’arrêter de stigmatiser les associations comme notre association GPN. Pourquoi ?
      Le problème du bruit et des incivilités ne date pas d’aujourd’hui. Faites une simple recherche sur gerardmerinfo avec le mot bruit. Vous tomberez sur de nombreux articles et en particulier celui du 20 juillet 2019, donc il y a 2 ans. L’association GPN n’existait pas. Les collectifs n’existaient pas.
      Le lien est https://gerardmerinfo.fr/2019/07/location-saisonniere-bruit/
      Vous pourrez lire 53 commentaires, particulièrement édifiants. relisez les c’est facile.
      Vous pourrez lire dans l’article le texte suivant :
      « La Commune est saisie de plus en plus souvent de requêtes de gérômois se plaignant du bruit occasionné par l’occupation des locations saisonnières dans leur voisinage, notamment le week-end et pendant les vacances. Les élus appellent les propriétaires et les gestionnaires d’hébergement touristique à établir un règlement intérieur en la matière et à le faire respecter pour que la tranquillité des habitants permanents soit préservée. »
      « Plus globalement, la tranquillité publique doit être de mise entre 22h et 7h et tout tapage nocturne constaté dans ce créneau horaire est punissable. »

      Rien ne change, nous sommes en 2021, mais les problèmes non seulement persistent mais s’amplifient. Voilà pourquoi des associations et collectifs se créent, et les banderoles se multiplient. C’est vraiment dommage d’en arriver là alors qu’un vrai dialogue aurait pu se créer.
      En 2018, il y avait un article :
      https://gerardmerinfo.fr/2018/08/gerardmer-est-elle-en-surtourisme/

      répondre
  7. Fanny

    Allons Robert…vous savez bien que ce n’est pas le problème et que le « gâteau » comme vous dites se partage aisément. C’est même mathématique. Plus il y a de capacité de logement, plus il y a de monde, plus il y a besoin de logements, car le monde attire le monde et c’est partout ainsi. Alors il est temps de mettre de côté cette façon de voir les choses car il n’y a pas d’hypocrisie. Ne vous fondez pas dans une masse qui n’existe pas. A tendre l’oreille partout dans Gérardmer, la cloche sonne plutôt dans la direction du « y’en a marre » que l’inverse.
    Je suis une vieille gérômoise, j’ai bien vu l’évolution. Il y a 10 ans, et même 5, la capacité d’accueil était raisonnable et permettait un équilibre entre habitants et vacanciers. Les Vosges étaient une destination de plein air familiale et tout le monde y trouvait son compte. Maintenant que les Nancéens, les Strasbourgeois, les Luxembourgeois et autres régionaux fortunés veulent faire fructifier leurs économies, c’est le bazar, car on détruit notre décor merveilleux pour y construire des chalets grande capacité certainement très rentables, qui attirent une clientèle qui jusque là snobait notre vallée trop planplan, cette clientèle qui chaque week-end sait mettre en veille le sommeil des habitants de tous les coteaux, y compris la Trinité maintenant ! Demandez aux vendeurs de linge, de miel, de glaces, même aux restaurateurs, si cette clientèle leur rapporte quelque chose ?
    La gestion se fait de loin, les chalets ne sont même pas décorés pour les fêtes. Alors quant à punir les bruyants quand on n’est pas sur place pour gérer les débordements…
    Je comprends parfaitement que des collectifs se créent, et il s’en créera d’autres car les problèmes sont larges. Et regardez de plus près, Robert, regardez les commentaires sur les pages Facebook de « Gerardmer Info » ou « Tu sais que tu as habité Gérardmer si » : eh oui, quelques artisans, des peintres, des menuisiers, des plombiers….qui commentent dans ce sens que vous décriez tant. La construction les fait vivre, mais si c’est pour passer des nuits blanches ils sont prêts à bosser moins et à vivre mieux, je peux vous en présenter quelques uns.
    Et en passant, regardez les enseignes des artisans qui oeuvrent sur ces gros chantiers : Saint Amé, Saint Nabord, Luxeuil, Vesoul, Maxéville, Chavelot, Golbey…Nos artisans sont débordés, leur planning est plein sur un an. Il faut faire appel à l’extérieur, eh oui. Votre raisonnement est à revoir Robert.
    Demain je mettrai une banderole sur mon terrain. Je serai « hors la loi » peut être, mais tant qu’on laissera faire et les malconstructions, et les fêtards avinés, et les motos au pot troué, eh bien je la laisserai !
    Et j’expliquerai bien à notre maire le sens des priorités.

    répondre
    1. Schmit

      Bien résumé Fanny ! Comme le dit M Laubacher, la colère couvait depuis un moment… Mais en fait, le ras le bol n’a vraiment éclaté que depuis peu (2/3 ans??) depuis que des chalets très grande capacité se sont construits occupés par des fêtards dont les beuveries sont visiblement leur seule « détente » et gâchent la vie des locaux! Doit on touyt accepter
      Avant il y a toujours eu des chalets de locations, mais occupés par des familles venues chercher le calme et la détente et la cohabitation se passait très bien !

      répondre
    1. Fr. Laubacher

      Entre la risée …..
      Qui passera….
      Et la ruée ….
      Qui dans le bruit tous nous Entassera…
      Et pas que pour demain….

      A chacun …
      De faire son choix…

      Quelques banderoles et caliquots
      Pour retrouver la paix…
      Faible prix à payer
      Pour un été à Gérardmer….

      Seule question en suspend…
      Cela sera t-il suffisant ???

      répondre
  8. Fr. Laubacher

    Bravo et merci Fanny d’avoir pris le temps d’écrire ce long billet … malheureusement débordant de vérité(s).
    Pour répondre à  » mauvaise langue » je pense qu’il ne veut parler que des nuisances sonores ….et bien créez votre collectif et utilisez votre langue à bon escient pour recruter…

    répondre
    1. mauvaise langue

      Je n’ai pas parlé de nuisances sonores dans aucuns de mes commentaires. Mais quand je parle d’intérêts financiers vous avez l’art de dévier vos commentaires vers autres choses .Bizarre, bizarre!!

      répondre
  9. EMBT

    Des questions simples: qui a vendu les terrains en connaissance de cause,
    qui a construit, qui a installé des spas, saunas ? Qui loue ces meublés ? Et qui se plaint du bruit ?
    Cela fait de nombreuses années que la ville change mais tant qu’il y avait de l’argent a retiré sans trop de nuisances peu de monde s’en est préoccupé . mais depuis le premier confinement où on a découvert que trop de monde signifiait trop de bruits « on » se réveille ? Un peu tard vous ne croyez pas . Vous pourrez tout au plus éviter certaines constructions , prendre quelques mesures contre les diverses nuisances et au bout du compte » critiquer » les touristes que « vous  » avez attirés . Pauvre « Perle des Vosges ».

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Je n’ai rien vendu je n’ai rien installé où que ce soit …voilà plusieurs années que le feu couve il éclate aujourd’hui , les causes défendues sont toujours aussi nobles de la nature au patrimoine en passant par une plus grande discrétion des « ébats » du WE . Je ne vois que des intérêts généraux.
      Je vois bien que certains cherchent à stigmatiser les vendeurs …ok mais une fois qu’on les aura bien montrés du doigt… on n’aura pas plus avancé…
      Quant à penser que nos rangs comptent nombre d’opportunistes qui mangeraient aux 2 râteliers je pense que vous avancez là 1quelque chose que vous souhaiteriez constater…

      répondre
  10. jean-paul petit

    Tudieu! Je suis allé me mettre au frais ce weekend afin de fuir les froideurs estivales de Gérardmer, et que vois-je en rentrant au bercail?
    La guerre des banderoles! Si! Un vrai village gaulois en pleine zizanie! Le regretté Uderzo en eût fait des bulles à faire pâlir de jalousie le savon de Marseille.
    Eh ben, faut reconnaître: la palme de l’intervention qui décoiffe, on doit l’attribuer à notre Robert franco de port et d’emballage.
    Je ne saurais dire, rapport aux pseudos, à l’anonymat et tout ça, si ce Robert là est le même que celui qui s’exprime souvent sur ce média avec un bon sens et une sagesse qui l’honorent, mais, bon sang de bois, quelle fougue, et quelle injustice en même temps!
    On fête chaque année le Beaujolais nouveau en novembre. En juillet, il semble qu’on fête ici le nouveau Robert. Quand on porte le nom d’un si prestigieux dictionnaire, on se doit d’y aller de sa définition.
    Ainsi les « riches ». « Querelles de riches », d’héritiers chanceux ou malchanceux au gré des successions. Bon. On comprend qu’un riche, c’est quelqu’un qui a plus d’argent que moi. D’où il ressort qu’un pauvre, c’est quelqu’un qui a moins d’argent que moi. Binaire, mais efficace. Le vieil antagonisme de classe ressuscité. Exit les classes moyennes. T’as une maison, t’es riche. T’es locataire, t’es pauvre. La merveilleuse civilisation inventée par Marx et Lénine a de beaux jours devant elle.
    On est bien content d’apprendre que les Gérômois propriétaires d’une maison sont quasi des grands bourgeois du CAC40. Cela ne m’avait pas sauté aux yeux, comme on peut se tromper.

    Moi qui ai travaillé toute ma vie pour acquérir une maison et la rendre agréable à vivre, qui n’ai hérité de quasiment rien (du moins si on ne parle que d’héritage pécuniaire), je me sens, Robert, un peu pris à rebrousse-poil par votre charge héroïque.
    Et je crois sincèrement que la plupart des habitants de cette commune qui déplorent les dérives de l’ensauvagement de notre cité sont dans ma situation. Ils aspirent à une vie paisible, entourés de voisins polis et éduqués, c’est le moins qu’on puisse attendre dans un pays civilisé.
    Cela n’en fait pas, Robert, des pétainistes obtus réclamant ‘la France aux Français et Gérardmer aux Gérômois ».
    Ce coup-là, reprenant la loi de Godwin, on nous l’a déjà fait, et ça n’a pas trop bien marché. D’autant que Gérardmer accueille chaque année de nouveaux concitoyens qui viennent chez nous pour cause d’origine familiale, de cadre de vie agréable, d’histoire d’amour ou de toute autre cause aussi honorable. Et ça ne crée aucun problème d’accueil à personne, bien au contraire.
    Alors c’est vrai, Robert, l’habitant de Kléber ou du Bergon a peut-être d’autres soucis que ceux du bétonnage et des incivilités. Cela reste d’ailleurs à prouver. Il faut toujours être prudent quand on prétend parler au nom des classes populaires. Tout ce qu’on peut leur souhaiter, c’est de devenir un jour acquéreur d’une demeure où ils pourront à leur tour profiter avec leur famille d’un bien-être, d’une quiétude et d’une sérénité qui soient le juste fruit d’une vie de labeur et de sacrifices.
    Pour finir en chanson, et en musique: qui n’a jamais fait une soirée entre amis, en famille, en extérieur? Parfaitement, Robert. Et même souvent, les voisins étaient invités. C’était une fois, deux fois par an, et ça se passait dans lune convivialité de bon aloi. Ce n’était pas tous les weekends, semaine après semaine, avec toujours les mêmes victimes. Oui, Robert, victimes, ça devrait appeler votre sollicitude.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.