Search
mardi 21 sept 2021
  • :
  • :

Avant-première du film « La Course » à la MCL : le Massif Vosgien sous son meilleur jour Un Stéphane Brogniart plus contemplateur que compétiteur ?

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print
Pierre Médy & Stéphane Brogniard lors de l'avant-première à la MCL de Gérardmer.

Pierre Médy & Stéphane Brogniard lors de l’avant-première à la MCL de Gérardmer.

Jeudi soir avait lieu la projection en avant-première du film « La Course  » réalisé par Pierre Médy (lire notre précédent article ICI !) et qui met en vedette le Massif Vosgien à travers une chevauchée fantastique (au propre comme au figurée !) de Stéphane Brogniart.

Dans le sillage de « Jean-Mi » réalisé dans le cadre du festival du Film fantastique de Gérardmer, AV Start a donc remis le couvert, mais cette fois dans une veine totalement différente pour ce projet que le réalisateur avait en tête depuis bien longtemps : »Ça faisait longtemps que je voulais filmer un coureur face au paysage, à la nature. J’ai rapidement pensé à Stéphane, que je ne connaissais pas à l’époque, pour le rôle principal du film et il a tout de suite était d’accord. Mais il avait déjà pas mal de projets sportifs en cours, ajoutez à cela le COVID, c’est pour ça que le tournage a mis un peu de temps à se mettre en place. Au final, nous avons tourné pendant 4 jours à la mi-septembre 2020 dans les secteurs de Gérardmer, La Bresse, St-Dié et les Crêtes où l’aventure s’achève sur le parking de la chaume d’Herrenberg. (…) L’histoire est assez simple et le fil rouge tient dans le fait que le voyage vaut mieux que la destination. Nous avons inscrit le film, d’une durée de 9 minutes 15, dans une quinzaine de festivals en espérant qu’il soit sélectionné. Et si nous avons un prix, ça sera la cerise sur le gâteau… » précise Pierre Médy.

On ne vous en dira pas plus sur le contenu pour ne pas vous gâcher la surprise du « twist » un peu fantastique de « La Course » qui s’annonce avant tout comme un hymne au massif vosgien. Sans vous gâcher le plaisir de la découverte, les images sont de toute beauté, et même si vous êtes déjà fatigué rien qu’en regardant quelqu’un courir, pas de panique, la sensation s’estompera rapidement pour laisser place au plaisir des yeux et à ce parcours qui se révèle un peu mystérieux… Du côté de Stéphane Brogniart, l’expérience a été plaisante, d’autant plus qu’il a parfois pu apporter sa petite pierre à l’édifice, être force de proposition : « Pierre m’a finalement donné assez peu d’information au début. Il m’a juste donné un fil conducteur alors qu’il y a plein d’idées dans le film et que les scènes ont été filmées dans le désordre. Il fallait que je puisse avoir les bonnes attitudes pour maintenir ce fil conducteur. Ce n’était pas un exercice facile parce qu’après tout, je ne suis qu’un sportif. Il fallait que je puisse avoir les bonnes expressions, la bonne gestuelle et je n’étais finalement que le serviteur d’une proposition artistique. Et ça a été plaisant je dois dire, j’ai même parfois pu être force de proposition pour appuyer certains effets dans le ressenti du personnage que j’incarnais. » Force est de constater que l’ultra traileur s’en sort plus que bien en tant qu’acteur sur ce court-métrage qu’une petite brochette d’invités ont pu découvrir sur grand écran jeudi soir. L’occasion pour le réalisateur de remercier tous ceux qui ont participé à ce beau projet, figurants, techniciens et partenaires dont la Ville de Gérardmer, l’ODCVL, Events Coordination ainsi que les communes qui ont accueilli le tournage.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.