Search
jeudi 28 oct 2021
  • :
  • :

Un soutien appuyé au quartier des Charmilles et ses habitants Le projet Perce Neige mobilise

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Le dossier de l’urbanisme est au cœur de l’actualité gérômoise depuis plus d’un an et demi sous l’impulsion de l’association Gérardmer Patrimoine Nature mais aussi de tous les collectifs qui se sont créés aux quatre coins de la vallée. A l’initiative des habitants du quartier des Charmilles, assis sur les contreforts de la Rayée, un peu plus d’une centaine de personnes s’est réunie devant l’hôtel de ville avec pour but de manifester pacifiquement contre le projet « Perce Neige » soit la construction de deux immeubles sur le coteau gérômois. Pour rappel, la commune s’était opposée à délivrer un permis de construire au promoteur immobilier qui avait assigné avec succès la ville devant  le tribunal administratif.

Quoi qu’il en soit, la lutte déterminée des habitants de la montée des Charmilles (un membre du collectif avoue « nous irons jusqu’au bout ») se poursuit avec la volonté de sensibiliser la population, mais aussi les décideurs sur fond d’une situation plus généralisée à Gérardmer.

A noter, la présence sur les lieux de Eric Defranould pour le groupe Gérardmer Solidaire et Thomas Gion fraîchement élu en qualité de conseiller départemental




16 réactions sur “Un soutien appuyé au quartier des Charmilles et ses habitants

    1. Marie

      Contrairement à ce que vous pensez, les manifestants, et toutes les personnes sensibles aux problématiques actuelles de GÉRARDMER, ne sont pas contre les touristes.
      Ils sont contre un tourisme de masse irrespectueux des habitants et contre des promoteurs qui massacrent leur environnement et leur qualité de vie.
      STOP au profit immédiat qui nous emmène à la catastrophe !

      répondre
  1. Indigné

    Après avoir vendu leurs terrains ,ils s’étonnent que l’on construise .
    Vous saviez quand même que ces terrains n’ont pas étés achetés pour en faire des potagers!!!! Il fallait réagir beaucoup, beaucoup plus tôt.
    Il y a quelques mois c’était « haro » sur ceux qui critiquaient la venue trop importante de touristes à Gérardmer et maintenant vous leur donnez raison et pis encore vous voulez que ces mêmes touristes ne construisent pas . Savez-vous ce que vous vous voulez???? L’argent mais pas les personnes, les habitations et leurs nuisances!!!!

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Excusez moi Monsieur dit « l’Indigné » mais il convient de se renseigner de s’instruire des différentes composantes des différents dossiers avant de prétendre donner des leçons…
      Je suis , comme mes amis du Collectif du Chemin des Charmilles dont je suis, à votre disposition si vous nous jugez dignes bien sûr….

      répondre
  2. Pouha

    Nous sommes tous concernés par ces dérives immobilières. A LIÉZEY, village de montagne de 282 habitants , à 10 mn de GERARDMER, un permis de construire à été accordé à une SCI pour un chalet de près de 1400 m de surface de plancher et de 12 m de hauteur !
    Et ce, dans un endroit magnifique, route du Grand Liézey, en face des magnifiques étangs !
    C’est un vrai scandale ! Toutes ces constructions démesurées vont peser sur la problématique de l’eau qui, ne l’oublions pas, est un bien commun et non pas individuel .

    répondre
    1. pe

      Très juste, Pouha. Le bien commun, qui se soucie encore du bien commun?
      Liézey connaît un drame invisible. Depuis 2000, sa population de plus de 60 ans est passée de 19% à 37%. Un doublement. Toutes les autres tranches d’âge baissent, en particulier les jeunes. Les Pouhas ont laissé fermer leur école, ils ont transformé leur église en musée. Les terres autrefois agricoles sont vendues au plus offrant.
      A qui as-tu vendu ton âme, brave Pouha? Ne l’as-tu pas troquée pour l’artifice, le faux, le toc?
      Le « charmant » village devient une réserve d’Indiens. Le vieux Pouha, fier et droit, bras croisés, regarde en silence passer le badaud et croître le « chalet » de vacances. Bientôt, le visiteur lui jettera des cacahuètes.

      répondre
      1. Bingo.

        Beaucoup de jeunes géromois seraient prêt à venir s’installer à Liezey.
        Pourquoi pas alors la creation d’un lotissement communal dédié à la residence principale ?

        répondre
        1. Corto Maltes

          Vous écrivez n’importe quoi, il faut vous reprendre. Et un centre commercial qui va avec sans oublier la pharmacie et un bureau de police.

          répondre
          1. Bingo.

            Une chose est certaine.
            On ne peut à la fois déplorer le vieillissement de la population d’un village et ne pas faciliter l’installation de jeunes couples.

  3. Gaston

    Gerardmer, 7800 habitants en 2018. Sur le cliché, 40, 50 manifestants à tout casser. Un bien tassé 0,65%, il fallait mobiliser les si nombreux et impliqués adhérents de GPN pour apporter un peu de crédibilité à ce rassemblement.

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Monsieur Gaston ,
      Comptés hier par nos soins nous étions 98.
      Bien sûr les personnes âgées assises au dernier plan habitantes du quartier….ont échappé à votre œil de lynx si aiguisé….
      Réunissez donc le même nombre pour une cause semblable ( vue le nombre des projets cela ne devrait pas manquer d’arriver….) et nous comparerons….

      répondre
    1. Fr. Laubacher

      Vous n’avez donc pas compris, Cedric, que ce qui se joue en ce moment à Gérardmer que ce soit dans le Chemin des Charmilles ou ailleurs dans la ville …c’est l’avenir de notre Perle.

      Quand en 1944, 80 % des maisons du centre ville ont été détruites par l’occupant juste avant son départ, malgré le grand malheur qui s’abattait sur les gerômois de l’époque … tous les espoirs étaient permis puisqu’il s’agissait désormais de reconstruire la ville…

      Je ne me permets pas de juger ici du reconstruit qui le fut dans la hâte, le manque de moyens et des contingences ou exigences d’une époque passée.

      Aujourd’hui en 2021 soit plus de 70 ans plus tard, alors que Gérardmer est encore et toujours attrayante et belle (par endroits), alors que ici ou là des stigmates de ses souffrances passés sont encore visibles …
      On fait,
      On laisse faire,
      On autorise,
      On permet,
      On favorise,
      On baisse les bras …et

      On assiste donc à une hyper-constuction avec densification maximum des surfaces par des bâtiments comme ici qui n’ont rien à voir avec les villas dites « remarquables » qui entourent ce projet et qui aboutira, si cela se fait, à une convergence du regard vers ce qui tache et qui fâche ou un abandon du regard pour le tourner vers ce qui plaît à l’œil où les espaces verts dignes de ce nom ponctuent harmonieusement et généreusement l’habitat et créent un certain bien être tant recherché….

      Si ce projet se fait, Cédric, le glas pourra alors sonner, les yeux pourront pleurer, on montrera du doigt tous les responsables, des architectes aux décideurs mais le mal sera fait et pour plusieurs siècles sans doute…

      Voilà donc bien la différence avec le premier châtiment de notre ville de 1944.
      L’un, fait de désespoir du moment et de plein d ‘espoir du futur, l’autre celui que nous vivons aujourd’hui ,… plein d’espoir pour une poignée d’aveugles et le plein de désespoir pour tout le monde dans le futur…

      « Réagissons », « unissons-nous » donc comme l’écrivait un certain Maurice Marchetti (le promoteur de ce projet…), en 1988 dans les colonnes de l’Echo des Vosges quand il organisait la lutte contre le projet de Maurice Yung qui voulait judicieusement, pour soulager et faciliter l’accès aux pistes de ski, construire un téléphérique de la Maison Joyeuse à la Mauselaine….

      Faites comme je dis …quant à la suite poussez-vous !…

      Et si, aujourd’hui, Cédric,vous préférez rire plutôt que pleurer il est urgent de vous interroger sur le pourquoi il fait (faisait) bon vivre à Gérardmer !…

      répondre
  4. Mathilde

    Et qui dit constructions dit travaux. Ça fait 2 ans qu’il y a des travaux h24, PARTOUT de 7h du matin à 20h, du lundi au dimanche, jours fériés, les gens ne respectent pas DUTOUT les horaires réglementaires. Si on faisait déjà respecter ça, ça serait déjà pas mal.
    À la rayée il y a un champs avec au mois 10 chalets qui s’est construit en 2/3ans, les uns sur les autres. Alors imaginez , quand ce n’est pas l’un qui scie toute la journée , c’est l’autre qui débroussaille, pareil pour les travaux de jardins. Donc finalement le calme devient ultra rare. Sauf qu’on est pas en ville. La vie doit évoluer je suis d’accord, mais en respectant les autres. Autre problème : plus de chalets/locations/touristes plus de déchets. Et je ne sais pas pour quelle raison il est logique pour certains de bien fermer les sacs poubelles ainsi que les conteneurs qui les accueillent. Les gens posent leur merde à même le sol, sauf qu’il y a des animaux ici, oiseaux, renards etc. Après chaque week-end de location , on retrouve toujours plus de déchets partout , qui s’envolent etc…

    Encore une fois, le geromois n’a rien contre le tourisme, il n’aime juste pas qu’on défonce la nature et qu’on manque de respect à d’autrui. Ça me parait quand même assez normal et basique

    Peace and love

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.