Search
mardi 19 oct 2021
  • :
  • :

Gérardmer rend hommage aux Harkis Une exposition visible jusqu'au 24 septembre à l'hôtel de ville

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print
Vernissage de l'exposition en présence du maire de Gérardmer et des représentants des harkis de Gérardmer.

Vernissage de l’exposition en présence du maire de Gérardmer et des représentants des harkis de Gérardmer.

Samedi 25 septembre, la ville de Gérardmer rendra hommage aux Harkis en présence de porte-drapeaux et présidents d’associations patriotiques du secteur. En préambule de cette grande première, une exposition de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC-VG) est actuellement visible dans le hall de la mairie, et ce jusqu’au 24 septembre.

A l’initiative de cette exposition dédiée aux combattants Harkis et à leurs familles dont le vernissage a eu lieu ce mardi soir, on retrouve l’actuel adjoint au maire Djamel Ghomerani, lui-même fils de Harki : »C’est quelque chose qui me tenait vraiment à cœur et que je souhaitais faire dans le cas où nous serions élus. J’en ai parlé à Anne (Chwaliszewski – adjointe à la culture) qui était favorable. Par la suite, cela a été voté en bureau municipal. (…) Je suis vraiment heureux et honoré que ça ait pu être possible, c’est une reconnaissance importante pour la communauté, c’est important que l’on parle des Harkis, de leur parcours de vie et du courage dont ils ont fait preuve » précise-t-il.

« Cela rajoute une date de commémoration, mais comme les Harkis de Gérardmer ne sont pas fédérés en association, cette demande n’était jusqu’alors pas remontée. Nous sommes a une encablure du soixantième anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie et, le temps passant, les derniers Haris ne sont plus très jeunes ni très nombreux. Il était largement temps et nous tenons à remercier les descendants et représentants qui sont présents » ajoute Anne Chwaliszewski. Actuellement, 7 familles descendantes de Harkis vivent à Gérardmer et ils ne sont plus que 3 encore vivants à avoir connu les combats : Messieurs Kouchi, Ghomerani et Mehraz qui ont également vécu une arrivée en France dans les conditions qui sont notamment décrites dans cette exposition : passage dans les camps de fortune avec des tentes, pas d’électricité, le froid, la précarité et de nombreux nouveaux nés qui sont décédés, près de la moitié selon certaines estimations.

A Gérardmer, les Harkis ont eu la chance d’être accueillis par les familles Laheurte grâce aux « réseaux sociaux de l’époque ». Mais d’autres n’ont clairement pas eu cette chance, comme l’a évoqué le maire de Gérardmer, ravi de pouvoir « rappeler l’histoire, inconnue des plus jeunes ou parfois oubliée » grâce à cette initiative. A la fin de la guerre, sur près de 200 000 Harkis que la France refuse de rapatrier, seuls 42 000 Harkis et leurs familles seront évacués en France et 40 000 s’y rendront par leurs propres moyens entre 1962 et 1965. Ils connaîtront des conditions de vie terribles alors que ceux qui sont restés en Algérie seront victimes de représailles sanglantes… C’est l’histoire de ce peuple que vous pouvez retrouver dans cette exposition gracieusement prêtée par l’ONAC – VG et à travers ce projet d’hommage qui date de Mars 2021, dont le point d’orgue sera la cérémonie programmée ce samedi matin.

Exposition visible dans le hall de l’Hôtel de ville du jusqu’au 24 septembre, en entrée libre et aux horaires d’ouverture de l’accueil de la mairie.




4 réactions sur “Gérardmer rend hommage aux Harkis

  1. françoise DIDIER

    Merci à M. Le Maire et son Conseil Municipal de rendre hommage à ces familles qui ont très vite trouvé leur place dans notre Gérardmer. Je me souviens d’eux quand j’étais jeune, au Quartier Kléber, des personnes gentilles, accueillantes et sans histoire. Des gens de chez nous quoi !

    répondre
    1. Mustapha Fekir

      Bonjour cette reconnaissance arrive alors que ne dans les vosges en 64 et fils de harki ayant fais le débarquement en provence a 19 ans puis l indochine et l algerie n ayant eu aucune concideration ni pour lui ni ses enfants il sais eteint en decembre 2018 a 93 ans alors c est trop tard

      répondre
  2. BOUSKINE

    Très bonne et intelligente initiative à la mémoire d’un génocide caché.
    Plus que l’ouverture de mémoire dans nos livre d’histoire pour que les générations future.

    répondre
  3. Omari

    Bonjour,
    J’aimerais bien que cette reconnaissance et la nouvelle loi sera bientôt applicables car il ya beaucoup de famille qui souffrent en Algérie et leurs parents et grands-parents sont des anciens combattants pour qui ?
    Pour la France et enfin de compte se retrouve à l’oublie par la France et par l’histoire.
    Peut être que j’ai pausé quelques point je ne sais pas si le bon moment où je suis à l’avance.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.