Search
mardi 19 oct 2021
  • :
  • :

Kichompré : un point sur le « dossier » des zones d’expansion de crues Au point mort ou affaire classée ?

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

kichompré zones d'expansion (3)

Après avoir tiré la sonnette d’alarme via un courrier en date du 27 avril dernier adressé au maire de Gérardmer ainsi qu’à M. le Préfet, Bruno David a souhaité s’exprimer sur la question des zones d’expansion de crues qui ont/avaient été remblayées par des artisans voisins.

Un dossier qui, selon lui, est au point mort malgré plusieurs relances auprès du Préfet des Vosges comme du maire de Gérardmer, Bruno David ajoutant que concernant le premier magistrat, il n’avait, pour l’heure, reçu aucune réponse : « Mon courrier est resté lettre morte alors que je ne demande qu’une chose : qu’on fasse respecter la loi. (…) j’ai récemment appris qu’une partie de mon terrain était désormais en zone inondable et juste derrière on remblaie deux zones d’expansion de crues en toute illégalité, ce qui est incompréhensible et bien sûr interdit. Ces zones d’expansion sont sensées protéger les secteurs avals dont notre propriété. Une partie de l’ancienne voie ferrée a même été recouverte… L’entreprise voisine a fini de remblayer la zone d’expansion de crue avale en l’utilisant comme décharge (faits constatés, entre autre, par la commission urbanisme )» s’étonne le principal intéressé.

Pourtant, Bruno David est formel et s’appuie sur des documents officiels : « Prescrit par la D.D.T. en 2018, un Plan de Protection des Risques Naturels d’Inondation (PPRNI) a été élaboré pour la Vologne et ses affluents courant 2019 ; rapport bouclé et rendu le 20 décembre 2019 et acté le 06 juin 2020 (rapport est disponible sur Internet). Il définit des zones inondables et recense des Zones d’Expansion de Crues ( ZEC) attenantes à la Jamagne. Ces dernières sont interdites de remblai et le PPRNI s’impose au PLU. De plus, le fait d’aménager ou de construire sur un terrain dans une zone interdite par le PPRNI est puni par la loi de peines prévues selon le code de l’urbanisme ».

De plus, pour Bruno David, les personnes qui ont procédé au remblayage ne pouvaient  ignorer la loi puisqu’une enquête publique concernant le projet de PPRNI a été réalisée en 2019 : « Deux personnes en particulier y ont pris une part active pour le secteur de Kichompré : un artisan voisin, propriétaire de plusieurs parcelles, et sa mère. Lesdites parcelles sont situées entre le ruisseau « la Jamagne » et le chemin de fer, de l’amont de la zone artisanale, côté église, jusqu’à l’arrière de mes parcelles. Une première zone d’expansion de crue a été inventoriée en amont, une deuxième en face de mon terrain. Ces personnes se sont manifestées à plusieurs reprises pendant l’enquête pour invoquer un besoin de les remblayer. La réponse figure dans le rapport, à savoir que le zonage défini serait inchangé ».

Rencontré ce lundi, Bruno David a indiqué que dans un courrier reçu en mai dernier, la Préfecture indiquait « que la Police de l’eau était sur l’affaire et qu’elle avait demandé au maire de Gérardmer d’user de ses pouvoirs d’Officier de Police Judiciaire pour régulariser la situation. Force est de constater que rien ne bouge… » Le garagiste de Kichompré qui a également tenu à évoquer la compétence GEMAPI (GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) nouvellement attribué aux communes avec transfert automatique aux établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre. Compétence obligatoire attribuée via la loi MAPTAM du 27 janvier 2014 et exclusive à la date du 1er janvier 2020… Il est notamment stipulé que parmi les actions entreprises par les intercommunalités dans le cadre de la GEMAPI figurent l’aménagement des bassins versants, l’entretien et l’aménagement des cours d’eau, canaux, lacs et plans d’eau, la défense contre les inondations et la mer ou encore la protection et la restauration des zones humides.

Interrogé sur la question, le maire de Gérardmer a pour sa part indiqué « des procédures et des mises en demeure avec date butoir (à priori le 30 septembre NDLR) avaient été lancées pour que certains remblais non-conformes disparaissent, notamment près du cours d’eau. L’opération a pris un peu de retard, mais les berges ont bien été remises en état et la Police de l’Eau a indiqué qu’elle avait classé le dossier » précise Stessy Speissmann. A priori, le site a donc été remis en état, notamment ces deux fameuses zones d’expansion de crues qui font débat du côté de la Jamagne. Pour « creuser » un peu la question, rappelons que Kichompré est à quelques encablures à peine de Gérardmer, il est  possible de se faire son propre avis à l’occasion d’une petite balade champêtre. De là à dire que nous n’entendrons plus parler de ces fameux remblais qui n’ont sans doute pas contribué à créer de bonnes relations de voisinage, il n’y a qu’un pas. En attendant, le site a échappé à une éventuelle crue centennale, pourvu que ça dure !




7 réactions sur “Kichompré : un point sur le « dossier » des zones d’expansion de crues

  1. david michel

    Bonjour,

    Une fois de plus la mairie de Gérardmer ne fait pas respecter les lois .
    Depuis des années je réclame la suppression d’une haie qui masque la vue au croisement V.C.5 -chemin de la Cleurie.
    Malgré de nombreux courriers ( la plupart sans réponse) rien n’a été fait !!!
    Et pourtant il suffirait de faire respecter le code de la voirie rurale .

    DAVID Michel

    répondre
  2. Jacques Valentin

    On ne peut que féliciter Bruno David de donner et de dire les faits. Mais on ne peut que regretter une absence de réponse du maire à un administré qui lui demande de faire respecter les lois.

    Alors pourquoi Monsieur le Maire ne répond pas à Monsieur David ?

    Monsieur le Maire dit l’affaire est classée. Les berges sont remises en état ! Pour avoir été sur place je ne suis pas du tout de cet avis et il semble que Mr David ne soit pas de cet avis.
    Qui a raison ?

    répondre
    1. david michel

      Bonjour,

      Je confirme que la mairie de Gérardmer a la (bonne?) habitude de ne pas répondre aux courriers et demandes d’informations.

      DAVID Michel

      répondre
      1. Fr. Laubacher

        Toujours au sujet des constructions….

        Peut-on ajouter qu’il en va presque de même de certains médias « d’info » … qui ne veulent souvent pas, malgré la véracité des faits rapportés…., relayer des courriers reçus en raison …

        – de leur signataire…trop prolifique… ?
        – du trop grand nombre de problèmes soulevés.. et
        – des culpabilités trop faciles à mettre en évidence …?????…

        ou alors, peut-être de l’incompréhension… des problèmes soulevés ???

        Pourquoi passer ainsi si facilement et si souvent… en perte (pour Gérardmer) et profit (pour qui ?) toutes ces infos qui, tôt ou tard, viendront abonder publiquement mais trop tardivement … la cause du Gérardmer qu’on aime !…

        répondre
  3. Reibel

    Bonjour,
    Terrains très bien entretenu les artisans ont très bien travailles jolie balades bucolique à faire église mise en valeur je vous conseil pour une jolie promenade

    répondre
  4. DAVID Bruno

    Le dossier du Plan de Protection contre les Risques Naturels d’Inondations ( PPRNI ) et le cadastre sont consultables en mairie ou sur Internet.
    Quiconque peut se procurer le plan cadastral de Kichompré, section AR où apparaît le secteur de la zone artisanale. Y figurent les parcelles G67, G68 , derrière l’Eglise et G66 entre la voie ferrée et la Jamagne.
    D’autre part, imprimer la planche 03/28 du plan de zonage ( dans « cartographie du PPRNI »)
    où sont représentées les 2 zones d’expansion de crues, sur parcelles G67 et G68 en amont et en aval sur la parcelle G66.
    Les mettre côte à côte , venir sur place en empruntant la voie ferrée et rechercher les zones d’expansion des crues recensées par l’étude en 2019.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.