Search
lundi 6 déc 2021
  • :
  • :

Le patois de Gérardmer, un patrimoine à transmettre et à partager Les membres de l’Académie de Patois des Hautes Vosges au chevet de notre langue patoise

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Le temps qui passe ne joue pas en faveur des langues patoises, les anciens parlent du patois roman avec beaucoup de passion tel un patrimoine à transmettre et à partager, force est de constater que le patois intéresse peu la jeunesse mais paradoxalement beaucoup de mots en langue d’oïl perdurent dans le langage courant des jeunes géromois.

L’Académie de Patois des Hautes-Vosges tenait son Assemblée Générale ce mercredi 20 octobre à la mairie de Gérardmer. C’était l’occasion de rencontrer les membres de cette association crée en 1994 à l’initiative de Pierre Gégout qui œuvrait avec les Ménestrels, un groupe d’Arts et Traditions Populaires dirigé par Jean Grossier. Forte de 120 adhérents lors de sa création, l’Académie compte aujourd’hui une trentaine d’adhérents. Serge Renou, son président, regrette « que l’on ait perdu les anciens qui étaient de véritables encyclopédies, le patois était leur langue maternelle. »

Assemblée Générale de l’Académie de Patois des Hautes-VosgesLes montagnes ne se rencontrent pas, dit-on, les patois vosgiens non plus, jadis chaque village ou presque avait son parlé. « Notre langue est la langue d’oïl, une langue romane qui regroupe la plupart des parlers romans d’une moitié Nord de la France, ainsi que ceux de la Belgique romane, de Suisse romande et des îles Anglo-Normandes » souffle Serge Renou. En patoisant averti, il précise que dans les Vosges, les mots ont varié d’une vallée à l’autre à cause d’un manque de communication et que le patois est une langue de tradition orale.

L’Assemblée Générale de 2020 n’ayant pas eu lieu en raison de la crise sanitaire, c’est après une longue période que Serge Renou et son adjoint Yvon Martin ont pu enfin renouer le contact avec les adhérents de l’académie. Suite à la minute de silence observée en mémoire à André Thomas, un ancien membre de l’association, c’est Anne Chwaliszewski, l’Adjointe à la culture et à l’animation de la Ville de Gérardmer, qui a pris la parole en guise de préambule.

Parmi les points figurants à l’ordre du jour, on pouvait noter la reprise des réunions hebdomadaires du mercredi à l’Espace Tilleul ainsi que la possible participation de l’Académie à un colloque des patois romans organisé à Porrentruy en Suisse en septembre 2022. Le point sur les documents « Walter » a également été abordé : il s’agit de sauvegarder un inestimable travail de recherches effectué par la regrettée Pascale Boespflug, dans le cadre d’une thèse sur le patois de Gérardmer. La réunion s’est ensuite terminée dans la joie et la bonne humeur avec le traditionnel pot de l’amitié.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.