Search
samedi 4 déc 2021
  • :
  • :

APPEL À RASSEMBLEMENT DEMAIN VENDREDI 26 NOVEMBRE 2021 "Migrants, l'hécatombe"

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Communiqué

APPEL À RASSEMBLEMENT DEMAIN VENDREDI 26 NOVEMBRE 2021

18 HEURES PLACE DES DROITS DE L’HOMME

Migrants, l’hécatombe

Ce mercredi 24 novembre à 21 h 43, alors qu’elles tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne par la Manche, 27 personnes sont mortes dans le naufrage de leur embarcation au large de Calais. Un énième drame, le plus meurtrier depuis 2018.

Nous ne sommes pas sur les côtes libyennes, mais bien en France. Et pourtant, comme la Libye, la France n’est pas, dans le cas présent, un pays de destination, mais bien un pays que les exilés, qui ont ainsi péri, cherchaient à fuir. Depuis le début de l’année, ils sont 31 500 à avoir quitté la France par la Manche pour rejoindre la Grande-Bretagne, et 7 800 ont eu besoin d’être secourus face au péril de leur embarcation, selon les chiffres enregistrés par la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. Côté anglais, on dénombre 22 000 personnes ayant réussi la traversée durant les dix premiers mois de l’année.

Et pourtant, les autorités françaises ont aussitôt répondu par des promesses de mesures répressives, alors que celles-ci sont précisément, pour partie tout du moins, à l’origine de la décision des exilés de quitter la France au péril de leur vie.

 
«Le gouvernement s’entête dans une politique répressive et sécuritaire qui amène à des drames»

Le naufrage au large de Calais s’ajoute à la litanie des drames aux frontières de l’UE. A la sidération ont succédé l’oubli, l’habitude et l’indifférence.

Pourtant, des solutions existent.

Pour Juliette Delaplace, chargée de mission au Secours catholique, la mauvaise gestion politique face aux départs risqués vers le Royaume-Uni entrave le travail des associations au mépris de la vie des personnes exilées.

« Les réseaux de passeurs sont criminels, mais la France et l’Europe aussi », dénonce une autre association.  » Cette politique de fermeture a pour conséquence d’enchérir le prix du passage, d’enrichir les passeurs et de rendre plus dangereux, évidemment, ce passage. C’est un drame absolu ».

Il faut que la France et le Royaume-Uni trouvent une solution alternative. « Cette solution alternative, c’est l’ouverture de voies de migration légales pour un certain nombre de personnes qui sont en besoin d’asile ou qui doivent rejoindre leur famille qui est de l’autre côté. »

Signataires :

Ligue des Droits de l’Homme

Comité contre le racisme de Gérardmer

Gerardmer-Ecologie-Solidarité




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.