Search
samedi 4 déc 2021
  • :
  • :

L’équatorienne Lisbeth Perez visite Artisans du Monde Rencontre avec la représentante d’une petite organisation de commerce équitable basée à Quito

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Lisbeth Perez, la représentante d’une petite organisation de l’économie sociale et solidaire de commerce équitable basée à Quito en Équateur, était présente ce samedi après-midi à la « Maison de la Montagne » pour présenter et promouvoir les produits des petits producteurs et artisans équatoriens.

Coup de projecteur sur les producteurs locaux et artisans équatoriens

Lisbeth Perez

Proposée par le réseau de magasins associatifs « Artisans du Monde » ce samedi 20 novembre après-midi à la « Maison de la Montagne » de Gérardmer, cette animation mettait en lumière les paysans et artisans équatoriens, en expliquant comment le commerce équitable joue son rôle pour lutter contre le réchauffement climatique et inclure la solidarité vis-à-vis des petits producteurs. Le public pouvait profiter de l’occasion pour admirer l’exposition photographique intitulée « visages et paysages des dérèglements climatiques ».

Lisbeth Perez, la directrice commerciale de « Maquita », une petite organisation de l’économie sociale et solidaire de commerce équitable qui regroupe 538 coopératives et 2500 producteurs locaux en Équateur, s’est exprimée dans un français parfait pour présenter les petits producteurs locaux issus des différentes provinces d’Équateur. Propriétaires de petites parcelles, les paysans équatoriens produisent de manière durable et sans pesticides, des fruits et des légumes tels que des oranges, du cacao, des cacahuètes ou du sucre de canne, sans oublier les produits finis tels que le chocolat et l’artisanat local.

Le débat, sur la thématique « pour le climat et l’alimentation, place au commerce équitable », permettait de comprendre comment le commerce équitable est bénéfique pour les petits producteurs équatoriens qui génèrent des revenus  décents de leur activité tout en produisant de manière pérenne et durable sans l’usage de pesticides. En revanche la question de l’empreinte carbone liée au transport des marchandises venus de l’autre coté de la planète n’a pas été abordée.




2 réactions sur “L’équatorienne Lisbeth Perez visite Artisans du Monde

  1. Artisans du Monde Gérardmer - Patricia ANDRE

    En réponse à la conclusion, de l’article :
    Les organisations de commerce équitable, et notamment Artisans du Monde, utilisent le transport maritime comme moyen de transport pour acheminer les marchandises.
    Les transports représentent 23% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le transport maritime, lui, représente entre 3.1 et 4.1% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. Ce n’est donc pas ce mode de transport qui perturbe le plus l’environnement mais le transport par camion qui concerne les 3/4 des émissions liées au transport (mode de transport particulièrement utilisé dans les échanges nord/nord, et de proximité).
    Par ailleurs, comme il s’agit principalement de produits exotiques, qu’on ne peut pas produire chez nous (café, cacao, chocolat, banane…) libre à chaque consommateur de s’en passer pour réduire à zéro l’empreinte carbone.
    Pour avoir une réponse, il suffit parfois de poser la question !
    Nos modes de transport sont tout à fait assumés et ne sont pas « tabous ».
    Merci toutefois pour votre bel article et la mise en avant des petits producteurs des filières de commerce équitables.

    répondre
    1. VALERIE BARBIER

      Bonsoir:
      Effectivement, cela peut avoir un effet sur le carbone et effectivement il faudrait arrêter de manger du chocolat; de la quinua; des bananes; des mangues etc…

      Néanmoins, le transport maritime est le moins polluant et peut être faudrait il marcher plus ou faire du vélo.

      Aider les petits producteurs est important mais 2500 producteurs c’est quand même beaucoup.

      Et le local français est un petit peu risible car cela s applique souvent aux produits finis et quasiment jamais aux matières premières; ce qui démontre toujours une attitude colonialiste. Sans oublier que ce sont en général les pays industriels qui polluent le plus.

      Point de vue personnel.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.