Search
mercredi 26 jan 2022
  • :
  • :

La pression hospitalière en hausse dans les Vosges 11 patients hospitalisés en réanimation

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Actuellement, onze patients COVID-19 sont hospitalisés en réanimation et dans les unités de soins continus (USC) dans les hôpitaux vosgiens.

La pression hospitalière commence à être assez forte face à la 5ème vague. Le docteur Jean-François Defoin a dressé hier lundi le bilan de la situation sanitaire des patients atteints de la COVID-19. A Epinal, 7 sont en réanimation, 3 en USC à Remiremont et 1 patient à Neufchâteau. «  le plan blanc a été déclenché jeudi dernier. Pour l’instant il n’y a pas de déprogrammation actées mais une réunion doit avoir lieu en fin de semaine et certaines interventions risquent d’être déprogrammées. On va tout faire pour limiter le retentissement sur la prise en charge des pathologies habituelles ».

L’hôpital d’Epinal a une capacité de douze lits en réanimation actuellement occupés à 100%. Une capacité que l’établissement peut augmenter à 18 lits en cas de nécessité.




20 réactions sur “La pression hospitalière en hausse dans les Vosges

      1. l'esbaubi

        Mille excuses, un malheureux coup de vent et hop, me voila planté …

        A moins que ce soit ma pauvre teste qui me joue des tours.

        Et voila, ça me reprend.

        répondre
        1. jean-paul petit

          C’est tout le problème de notre belle langue, une vraie prise de tête en effet. Mais ça fait tout son charme. Par exemple tous ces accents qui s’envolent de-ci de-là, la faute sans doute au vent d’hiver. Et voilà qu’on finit par les retrouver.

          répondre
      2. Schmit

        Merci Mr Petit, pour cette précision.. Encore eut il fallu que nous le succions … ( je crois que c’est correct non ?) Corrigez moi si non …
        Notre langue française et sa conjugaison sont bien surprenantes !!!

        répondre
        1. Jacques Litaize

          Je penche plutôt pour : « eût-il fallu (avec accent circonflexe et trait d’union) que nous le sussions (si vous parlez du verbe savoir) ou que nous le suçassions (si vous parlez du verbe sucer) », mais en aucun cas « que nous le succions ». Mais j’attends le verdict de M. Petit.

          répondre
          1. Schmit

            Dans ce cas, il s’agit du verbe savoir à l’imparfait du subjonctif et effectivement eut prend un accent circonflexe donc; eût!
            Mais avouez tout de même que phonétiquement, il est bien difficile de parler un langage châtié car, cela peu devenir risible…ou incompris!
            .

        2. Jacques Litaize

          C’est tout le problème des homophones. Si vous écrivez « encore eût-il fallu que je le susse », il n’y a pas d’équivoque, sauf à vous suspecter d’une orthographe défaillante. Mais à l’oral, en fonction du contexte, l’expression peut donner lieu à une confusion potentiellement embarrassante si votre interlocuteur ne maîtrise pas bien l’imparfait du subjonctif.

          répondre
          1. Schmit

            Effectivement! Un peu d’humour, et de légèreté en ces temps difficiles fait du bien.
            Un grand humoriste que fut Raymond Devos maniait avec talent et virtuosité notre belle langue. C’était un régal de l’écouter!

          2. jean-paul petit

            En conjuguant nos efforts, on va y arriver. C’est Jacques qui dit juste sur ces formes verbales.
            Mais Madame Schmit a raison sur un point, ces conjugaisons un peu lourdes sont plutôt à réserver à la langue écrite, surtout si on écrit à son député ou à un ministre. Cela peut attirer l’attention sur le fond de ce qu’on a à dire.
            Sinon, autant s’amuser avec les joyeusetés gaillardes du verbe savoir, entre autres.Si ça peut mettre notre esprit en réanimation, et d’abord notre esprit critique, ce sera toujours ça de gagné.

  1. Hesse Michèle

    Il y a 11 patients répartis dans trois hôpitaux dans les Vosges et on veut nous faire croire qu’il y a une pression assez forte ????jusqu’à déclencher le plan blanc ‽?????????????

    répondre
    1. Modéré

      Avant d’écrire Mme Michèle Hesse , renseignez-vous sur le nombre de lits en réa et surtout le nombre de soignants nécessaires pour prodiguer les soins aux malades covid quand ils se trouvent dans ce service .
      Comme l’a écrit Mr Marchal , nous sommes pauvres en lits de réa par rapport aux nombres d’habitants . Il ne suffit pas d’avoir les lits , il faut aussi les soignants . Mais bon pour vous c’est encore une profession qui n’a rien à faire sans doute et ils veulent se faire passe pour des « héros ». Cela a déjà été écrit par d’autres . Portez-vous bien car là vous comprendrez à vos dépens l’importance d’un bon service hospitalier.

      répondre
      1. Arlette Guedin

        Oui, je suis tout à fait d’accord avec vous !
        Heureusement que nous avons ce personnel soignant.
        Ces Toubibs et infirmières, pour certains vont devoir passer aussi les Fêtes de fin d’année au chevet de tous ces malades qui parfois ne sont pas vaccinés et se retrouvent hospitalisés !
        Pas mal de personnes sont vraiment inconscientes et ne veulent pas voir la véritè en face. Je ne leur souhaite pas de tomber malades ou qu’ un de leurs proches le soit car ils comprendront que malgrè leurs critiques, ils seront soignés comme les autres et seront bien contents de l’être.
        Il y en aura dans le lot qui vont se retrouver à l’hopital et, ils prendront conscience à ce moment la de leur bètise !
        Je vois que dans les commentaires, certains trouvent qu’il n’y a pas beaucoup de lits de rea ! Personnellement, je suis vaccinèe et, ne souhaite pas m’y retrouver !

        répondre
    2. Rollin

      Quand on sait pas, on se tait…
      Nombre de lits de réa, personnel formé pour ce service bien particulier, on est vite à saturation malheureusement.

      répondre
      1. PLUS RIEN NE M ETONNE

        Et qui a supprimé des lits?
        ET qui supprime encore des lits?
        Et quelles leçons ont été tirées par nos politicards (oui je dit bien politicards!!) depuis les 1ères vagues de COVID.
        Ils sont comme ces mauvais élèves à qui on tire les oreilles au conseil de classe et qui recommence à ne rien faire que des conneries à la rentrée. OUI CE SONT DES CANCRES. Il faut voter pour le retour du bonnet d’âne!!!

        répondre
          1. Cap Canaveral vous m'entendez.

            Ce qui est surtout etonnant c’est de voir beaucoup de francais s’imaginer que les coffres de notre pays debordent,et qu’il suffit de claquer des doigts pour satisfaire leurs exigences.

  2. michel marchal

    il y a 361031 habitants dans Les Vosges ref 2019

    il y en avait 393 474 en 2009..

    .et combien de lits de réanimation pour le département?

    le rapport « nbre lits réanimations-nombre d’habitants » est-il pertinent?

    répondre
  3. Soeur Theresa

    Merci aux 200 soignants qui se sont rassemblés à Remiremont le 27 novembre ainsi que d’avoir fait l’aller et le retour entre Paris et la cité des chanoinesses.
    Scandaleux !
    Les chiffres étaient déjà déjà énorme avec Delta avec une augmentation exponentielle et on parlait déjà de Omicron.
    Rien , absolument rien ,ne pouvez justifier une telle prise de risques en période d’augmentation de transmission virale

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.