Search
mardi 9 août 2022
  • :
  • :

46 déplacés ukrainiens sont arrivés à Gérardmer dans la nuit Une réactivité sans faille pour mettre en place la chaîne de solidarité

image_pdfimage_print

Ce lundi 14 mars, 46 « déplacés » ukrainiens ont été accueillis à Gérardmer dans l’ancien Ermitage du lycée hôtelier où le Préfet des Vosges Yves Séguy s’est rendu ce matin pour venir à la rencontre des équipes présentes sur le terrain. Hébergées provisoirement sur ce site, les familles devraient ensuite être logées dans différentes communes du département d’ici vendredi.

La perle des Vosges et les différents acteurs de ce lieu d’hébergement temporaire ont donc fait preuve d’une réactivité remarquable, comme le précisait le maire de Gérardmer ce matin. Tout a été décidé et mis en œuvre en 2 heures sur place et la Ville a fait le nécessaire pour le nettoyage préalable des locaux, le tout en faisant appel à certains professionnels du secteur pour contribuer à accueillir décemment les familles ukrainiennes. Linvosges a répondu favorablement pour la literie (draps, taies d’oreiller etc.) ainsi que le Jacquard Français pour les serviettes de bain alors que le groupement Hôtelier s’est mobilisé, plusieurs restaurants ayant fourni et même parfois servi des repas récupérés et amener à l’Ermitage par la Croix Rouge.

La Croix Rouge qui joue un rôle logistique très important par l’intermédiaire de sa cellule de crise départementale ainsi que l’antenne locale composée de 17 bénévoles sous la houlette d’André Jacquelin. Une équipe qui va assurer ici une permanence, avec tout que cela implique en matière de soutien et éventuellement de premiers soins, sans oublier la mise en place des tables sur les repas futurs ou le café, ou plus simplement accompagner certaines personnes pour une petite sortie au bord du lac.

Gérardmer ainsi que le Département des Vosges et la Région (à qui appartient le bâtiment) sont donc présents « au rendez-vous de la solidarité » comme le précisait M. le Préfet venu au contact d’une équipe d’accueil organisée qui se veut efficace. Yves Séguy a précisé que l’Ermitage était un lieu d’hébergement d’urgence provisoire, destiné notamment à pouvoir évaluer la situation des personnes déplacées et leur permettre de disposer d’un titre de séjour (allant de 6 mois à 2 ans et permettant de travailler sur le sol français) avant de pouvoir les orienter « vers un logement avec un accompagnement social durable. » « Une équipe prend en compte les états civils et la situation de ces personnes ainsi que le nombre d’enfants qui est d’ailleurs important (17 enfants sur 46 personnes accueillies – NDLR), ce qui témoigne de la mise à l’abri des plus vulnérables. Il y a également une évaluation sur le plan de la santé qui comprend entre autres des tests COVID ainsi qu’une vaccination éventuelle » précise M. Le Préfet qui a tenu à louer l’appui des collectivités et du Conseil départemental, mais aussi des socio-professionnels ou encore de l’Éducation Nationale qui était présente également ce mardi matin et qui aura son rôle à jouer dans l’accompagnement des enfants.

« Nous prenons notre part de solidarité dans les Vosges » ajoutera Yves Séguy avec un Leitmotiv qui s’articule autour de trois piliers : accueil, accompagnement et intégration. Une démarche qui va commencer avec une première étape : la stabilisation du logement qui va s’effectuer par le biais de la DDESTPP et de la FMS présentes sur place à Gérardmer. Pour l’heure, 170 personnes en provenance d’Ukraine ont été accueillies dans le département, mais ce n’est sans doute qu’un début. A Strasbourg, on enregistre déjà 300 arrivées par jour actuellement.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la Préfecture : https://www.vosges.gouv.fr/Actualites/Ukraine-Solidarite-et-Accueil-des-ressortissants-ukrainiens-deplaces

Si vous voulez participer à la chaîne de solidarité et que vous avez des capacités d’hébergement, une adresse mail : pref-ukraine-accueil@vosges.gouv.fr

Interprétariat : les différents dispositifs d’accueil souffrent d’un déficit en matière d’interprétariat. N’hésitez surtout pas à vous signaler si vous pouvez bénévolement servir d’interprète.

 




4 réactions sur “46 déplacés ukrainiens sont arrivés à Gérardmer dans la nuit

  1. Jacques Valentin

    Bravo, et très belle initiative.
    Enfin ce bâtiment va servir à des causes nobles et utiles.
    L’Ermitage est (selon mes informations) de la propriété de la Région comme les bâtiments du lycée hotelier.
    Il pourrait être à l’avenir, par exemple : maison inter générationnelle, maisons des associations, habitat provisoire pour les familles monoparentales ou pour familles en difficulté, logements pour les travailleurs saisonniers, logements pour personnes âgées dépendantes, lieu de réunion et d’accueil, maison associative, logement pour étrangers en attente, tout cela est possible et le tout en même temps.
    La situation centrale de ce bâtiment, son équipement, sa disposition se prête évidemment à cette utilisation.

    C’était une proposition faite en juin 2018 qui n’avait pas trouvé d’écho de notre maire autre que « on verra lorsqu’il sera en vente ».

    J’ose espérer qu’avec cette opportunité d’accueillir des réfugiés ukrainiens, ce bâtiment trouve enfin un bel avenir.

  2. ROESCH Mathias

    Je me joins entièrement à vous pour saluer cette initiative. En revanche, je trouve inapproprié de « saisir l’occasion » de l’accueil des réfugiés pour discuter de la question de l’utilisation future d’un bâtiment. Cette question est certes légitime, surtout dans une optique sociale et solidaire, mais le contexte tragique exige plutôt qu’on fasse tous bloc autour de la cause de l’accueil des réfugiés.

    1. Jacques Valentin

      Nous sommes bien d’accord. C’est une superbe initiative, et tout le monde fait bloc. Les actions sont remarquables et nombreuses.
      Je tiens simplement à préciser que nous avons demandé en 2018 d’échanger, de travailler ensemble de formuler des idées des propositions pour bâtir un projet d’avenir pour ce bâtiment.

      La réponse de notre maire a été « on verra lorsqu’il sera en vente ».

      Je ne dis pas qu’il faut « saisir l’occasion », mais qu’avec cette opportunité d’accueillir des réfugiés ukrainiens, ce bâtiment trouve enfin un bel avenir.
      Le problème est simple et trop compliqué : de nombreuses administrations sont parties prenantes (Région, Département, Ministère de l’enseignement…). La Préfecture a fait son job, bravo.

      Mais si on parlait ensemble ?

  3. Xavier vervisch

    Une belle initiative de la région et de la commune de Gérardmer, la croix rouge est solidaire des réfugiés, on sait pouvoir compter sur elle.

Les commentaires sont fermés.