Search
mardi 24 mai 2022
  • :
  • :

Un Plan d’Actions National en faveur du lynx Rétablir l’espèce dans un bon état de conservation

image_pdfimage_print

bobcat-g12c043a41_1280Depuis sa tentative de réintroduction dans les années 80,  le lynx boréal est devenu l’Arlésienne du massif vosgien. Non seulement le félin est difficile à apercevoir dans la nature, mais sa survie à long terme est particulièrement compliquée compte tenu de nombreux paramètres clairement  identifiés. Le ministère de la transition écologique lance une consultation avec pour but de porter à la connaissance du public le projet de Plan national en faveur du Lynx boréal (2022-2026)… « dont l’aire de présence en France présente des situations contrastées suivant les massifs : la population du massif des Vosges a décliné de façon dramatique, celle du Jura est stable et celle des Alpes peine à progresser »

Ainsi le document met en exergue :

« L’impact des collisions routières, des destructions illégales, le manque de connexion entre les populations ainsi que le manque d’acceptation constituent des menaces pour la conservation à long terme de l’espèce. Ce plan d’actions détermine les actions à mettre en œuvre en France afin de rétablir l’espèce dans un bon état de conservation sur l’ensemble de son aire de présence actuelle et les nouveaux espaces de colonisation spontanée. Pour cela, 14 objectifs ont été définis, répartis en 4 axes d’intervention » :

1. Amélioration des conditions de coexistence avec les activités humaines
2. Réduction des menaces sur la viabilité de l’espèce et suppression des freins à son expansion
3. Communication, sensibilisation et valorisation
4. Animation du PNA

Dans la plaquette téléchargeable on apprend :

UN PREMIER PLAN D’UNE DURÉE DE 5 ANS, QUI VISE :
l’amélioration de la connaissance de la dynamique de l’espèce sur l’ensemble des
massifs où le lynx est présent, en particulier sur le massif alpin, ainsi que sur les zones récentes de recolonisation ;
sur le massif jurassien et le massif alpin, le maintien/rétablissement d’une dynamique

démographique interannuelle positive ;

sur le massif des Vosges, où le Lynx boréal est en danger critique d’extinction, car ses
effectifs sont très faibles, l’enrayement de la dynamique démographique négative, en travaillant prioritairement à l’amélioration de la perception de l’espèce par les acteurs locaux.

Qu’en sera-t-il d’une réelle réintroduction du Lynx Boréal notamment dans les Vosges ?

Pour lire le document dans son intégralité : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/plan-national-d-actions-en-faveur-du-lynx-boreal-a2513.html




7 réactions sur “Un Plan d’Actions National en faveur du lynx

  1. Jean-Paul Petit

    Le lynx dans les Vosges, c’est mort, il faut faire une croix dessus. Une seule femelle et moins de dix mâles, il n’y a aucun espoir de survie de l’espèce. Requiem ad vitam aeternam.
    Et comme la mode, en matière de réintroduction, est davantage aux boboïdes à trottinettes et vélos électriques qu’aux espèces animales menacées, il faut renoncer.
    La forêt sacrée, c’est bien dans les films de fantasy. Dans la vraie vie, il faut que ça rende, et que ça rende, et que ça rende encore. Faire de la toute petite forêt vosgienne un immense parc d’attractions pour urbanoïdes connectés, voilà un magnifique projet, et qui va rapporter des tombereaux d’oseille.
    Le temps présent est au profit. La vie sauvage, c’est terminé, comme les neiges d’antan et comme les calendes grecques.

    répondre
    1. Bingo.

      Difficile pour la faune sauvage de trouver sa place dans les forets des Hautes Vosges quand des hordes à deux roues et à 120 Db déboulent au moindre WE de beau temps.

      répondre
      1. Marre de ceux qui ne voient rien!

        Tout à fait d’accord avec vous Bingo . Il est temps que l’on réagisse non seulement pour la faune et la flore mais aussi pour les adeptes de randonnées tranquilles sur de petits sentiers où la rencontre avec ces bolides finira un jour par un accident !

        répondre
        1. Bingo.

          On rencontre tres peu d’engins motorisés sur nos chemins et sentiers.
          Je pensais surtout de mon coté au barouf insupportable de certaines motos en mode bol d’or dans les cols Vosgiens.

          répondre
      1. Jean-Paul Petit

        Désolé pour votre moral, jack.
        Soyons lucides. La forêt vosgienne constitue un tout petit massif, profondément fractionné par des vallées fortement peuplées tant du côté lorrain que du côté alsacien.
        Tant que les habitants vivaient en harmonie avec la nature dans des activités traditionnelles telles que le bûcheronnage, la chasse, la cueillette des champignons…, le maintien de la diversité biologique était possible.
        Aujourd’hui, l’invasion touristique massive produit une rupture brutale de nos écosystèmes fragiles. Le lynx, ou le grand tétras, ne sont que les symboles les plus visibles et les plus désolants des ravages de la flore et de la faune commis par une surpopulation incontrôlée.
        Un seul exemple: considérez l’état désastreux de nos rivières; n’importe quel pêcheur vous dira sa consternation. Et qui s’aventurerait à s’y baigner?
        Nous avons fait des choix calamiteux, il faut en subir les conséquences.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.