Search
dimanche 27 nov 2022
  • :
  • :

Granges-Aumontzey : une formidable mobilisation pour accueillir et accompagner 13 déplacés ukrainiens Le Toit Vosgien a mis à disposition un immeuble dont les logements ont été embellis et meublés grâce aux associations et bénévoles venus en renfort auprès la Commune

Écouter cet article
image_pdfimage_print
les élus ansii que Mme la sous-préfète ont également rendu visite aux familles ukrainiennes.

Les élus ansi que Mme la sous-préfète ont également rendu visite aux familles ukrainiennes.

 

Exemplaire, admirable, les superlatifs manquent sans doute pour décrire cette initiative citoyenne qui permet actuellement d’accueillir et d’accompagner 4 familles ukrainiennes à Granges-Aumontzey. Ce jeudi matin, à l’invitation du Maire Frédéric Thomas, le Président du Toit Vosgien David Valence et son directeur Patrick Schmitt ainsi que Mme la sous-préfète Carole Dabrigeon se sont rendus sur place pour rencontrer les Ukrainiens et féliciter les acteurs de ce projet, à commencer par les bénévoles.

Les familles ont été accueillies officiellement en mairie lors d'un pot de l'amitié.

Les familles ont été accueillies officiellement en mairie lors d’un pot de l’amitié.

Rappelons que cette belle histoire a débuté le 4 mars dernier lorsque la commune a sollicité Le Toit Vosgien (Société d’HLM) par l’intermédiaire de son président afin que soit mis à disposition un immeuble voué à la déconstruction. « J’ai appelé Patrick (Schmitt – NDLR) qui s’est rendu sur les lieux le jour-même afin de constater l’été des logements et envisager les travaux à effectuer en priorité » précise David Valence. Immédiatement, un accord a été trouvé et Le Toit Vosgien a mis 4 logements T4 gracieusement à la disposition de la commune de Granges-Aumontzey. Des logements qui ont ensuite été embellis et équipés grâce aux bénévoles locaux, membres d’associations ou simples particuliers. Près de 1 050 heures de travaux ont été nécessaires et plusieurs milliers d’euros ont été récoltés pour acquérir matériaux et produits de premières nécessité. Un expatrié aux États-Unis a même participé à cette chaîne de solidarité et près de 7 000 € de dons ont été versés sur un compte dédié géré par la Commune, comme l’a spécifié Frédéric Thomas.

« Nous avions des difficultés de locations sur ce bâtiment depuis quelques temps et nous pensions le démolir puis le reconstruire avant que cette demande nous soit adressée. Nous avons investi 6 200 € pour le remettre aux normes, notamment avec 2 chaudières qui n’étaient plus fonctionnelles » explique Patrick Schmitt. « Nous sommes dans le rôle de l’habitat solidaire cher au Toit Vosgien » déclare David Valence, rappelant que la structure qu’il préside avait déjà su se mobiliser avec célérité et efficacité suite au démantèlement de Sangatte. Mais c’est surtout la solidarité et la réactivité locales que le président du Toit Vosgien a souhaité louer, qu’il s’agisse des élus et des techniciens de la commune comme des bénévoles qui se sont impliqués, permettant ainsi à ces familles ukrainiennes de bénéficier de la bienveillance des habitants et d’un accompagnement durable. « Un engagement citoyen qui a fait concorde » déclare le maire Frédéric Thomas, partageant sa joie de constater un tel élan de générosité et de solidarité au lendemain des résultats d’une élection présidentielle qu’il jugeait décevants, un certain parti étant arrivé en tête à Granges-Aumontzey. « Je suis fier d’être le maire de cette commune si accueillante et généreuse. (…) Ce sont nos amis que nous accueillons aujourd’hui » ajoutera-t-il lors du pot de l’amitié organisé en mairie.

Des propos que prolongent Mme la sous-préfète, rappelant l’importance de l’accompagnement des déplacés ukrainiens, que ce soit en matière de scolarisation (200 mineurs accueillis dans le département sur 489 déplacés), de la santé et donc de la vaccination, de la formation au français en tant que langue étrangère, ou encore de l’emploi car beaucoup sont volontaires et prêts à reprendre une activité dès que possible. A Granges-Aumontzey, un couple travaille d’ailleurs déjà dans un camping… La chaîne de solidarité s’est donc mise en place ici comme dans de nombreuses communes du département où actuellement 128 Ukrainiens sont hébergés dans des logements sociaux et 354 par des particuliers ou suite à des propositions d’élus locaux. Espérons que, comme le déclarait David Valence, dans un département qui a été largement touché par la guerre « nous serons être à la hauteur de ceux qui nous ont précédés ».

Extrait du discours en mairie du maire Frédéric Thomas :

[caption id="attachment_189291" align="aligncenter" width="960"]les élus ansii que Mme la sous-préfète ont également rendu visite aux familles ukrainiennes. Les élus ansi que Mme la sous-préfète ont également rendu visite aux familles ukrainiennes.[/caption] [gallery type="thumbnails" size="medium" link="file" columns="2" ids="189293,189292,189289,189291"]  

Exemplaire, admirable, les superlatifs manquent sans doute pour décrire cette initiative citoyenne qui permet actuellement d'accueillir et d'accompagner 4 familles ukrainiennes à Granges-Aumontzey. Ce jeudi matin, à l’invitation du Maire Frédéric Thomas, le Président du Toit Vosgien David Valence et son directeur Patrick Schmitt ainsi que Mme la sous-préfète Carole Dabrigeon se sont rendus sur place pour rencontrer les Ukrainiens et féliciter les acteurs de ce projet, à commencer par les bénévoles.

[caption id="attachment_189306" align="alignright" width="340"]Les familles ont été accueillies officiellement en mairie lors d'un pot de l'amitié. Les familles ont été accueillies officiellement en mairie lors d'un pot de l'amitié.[/caption] Rappelons que cette belle histoire a débuté le 4 mars dernier lorsque la commune a sollicité Le Toit Vosgien (Société d’HLM) par l'intermédiaire de son président afin que soit mis à disposition un immeuble voué à la déconstruction. "J'ai appelé Patrick (Schmitt - NDLR) qui s'est rendu sur les lieux le jour-même afin de constater l'été des logements et envisager les travaux à effectuer en priorité" précise David Valence. Immédiatement, un accord a été trouvé et Le Toit Vosgien a mis 4 logements T4 gracieusement à la disposition de la commune de Granges-Aumontzey. Des logements qui ont ensuite été embellis et équipés grâce aux bénévoles locaux, membres d'associations ou simples particuliers. Près de 1 050 heures de travaux ont été nécessaires et plusieurs milliers d'euros ont été récoltés pour acquérir matériaux et produits de premières nécessité. Un expatrié aux États-Unis a même participé à cette chaîne de solidarité et près de 7 000 € de dons ont été versés sur un compte dédié géré par la Commune, comme l'a spécifié Frédéric Thomas. "Nous avions des difficultés de locations sur ce bâtiment depuis quelques temps et nous pensions le démolir puis le reconstruire avant que cette demande nous soit adressée. Nous avons investi 6 200 € pour le remettre aux normes, notamment avec 2 chaudières qui n'étaient plus fonctionnelles" explique Patrick Schmitt. "Nous sommes dans le rôle de l'habitat solidaire cher au Toit Vosgien" déclare David Valence, rappelant que la structure qu'il préside avait déjà su se mobiliser avec célérité et efficacité suite au démantèlement de Sangatte. Mais c'est surtout la solidarité et la réactivité locales que le président du Toit Vosgien a souhaité louer, qu'il s'agisse des élus et des techniciens de la commune comme des bénévoles qui se sont impliqués, permettant ainsi à ces familles ukrainiennes de bénéficier de la bienveillance des habitants et d'un accompagnement durable. "Un engagement citoyen qui a fait concorde" déclare le maire Frédéric Thomas, partageant sa joie de constater un tel élan de générosité et de solidarité au lendemain des résultats d'une élection présidentielle qu'il jugeait décevants, un certain parti étant arrivé en tête à Granges-Aumontzey. "Je suis fier d'être le maire de cette commune si accueillante et généreuse. (...) Ce sont nos amis que nous accueillons aujourd'hui" ajoutera-t-il lors du pot de l'amitié organisé en mairie. Des propos que prolongent Mme la sous-préfète, rappelant l'importance de l'accompagnement des déplacés ukrainiens, que ce soit en matière de scolarisation (200 mineurs accueillis dans le département sur 489 déplacés), de la santé et donc de la vaccination, de la formation au français en tant que langue étrangère, ou encore de l'emploi car beaucoup sont volontaires et prêts à reprendre une activité dès que possible. A Granges-Aumontzey, un couple travaille d'ailleurs déjà dans un camping... La chaîne de solidarité s'est donc mise en place ici comme dans de nombreuses communes du département où actuellement 128 Ukrainiens sont hébergés dans des logements sociaux et 354 par des particuliers ou suite à des propositions d'élus locaux. Espérons que, comme le déclarait David Valence, dans un département qui a été largement touché par la guerre "nous serons être à la hauteur de ceux qui nous ont précédés".

Extrait du discours en mairie du maire Frédéric Thomas :




5 réactions sur “Granges-Aumontzey : une formidable mobilisation pour accueillir et accompagner 13 déplacés ukrainiens

  1. John

    On a pensé aux soignants Francais suspendus qui se sont battus pour leur population ? Il va falloir y mettre les moyens aussi.

    répondre
  2. Randonneur

    Cette semaine j’ai randonné dans le coin de Granges ,le long de la Vologne . Magnifique coin , beaux panoramas , mais oh découverte un amas de débris en tous genre , béton , restes de murs , restes de routes , racines de haies ou d’arbres, agrémentés de plastiques , masques mouchoirs témoins de passage « w-c »,…….Tout cela à proximité de la départementale ! Une nouvelle déchetterie , j’en doute pour l’instant mais la saleté entraînant la saleté cela risque de le devenir !
    Si vous n’entrez pas dans apparemment une impasse au niveau des evelines (plaque sur la D) vous e vous apercevez de rien . Quel dommage !!!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.