Search
mardi 5 juil 2022
  • :
  • :

Sensibilisation au développement durable à l’ordre du jour du conseil municipal On ne peut jamais être contre, mais est-ce suffisant ?

image_pdfimage_print

Le point numéro 4 à l’ordre du jour portait sur la demande d’une subvention au Conseil Départemental pour la réalisation d’un projet partenarial de sensibilisation au développement durable et d’éducation à l’environnement. Dans le cadre de son engagement pris dans l’Agenda 21, la Commune souhaite en effet « associer la communauté éducative gérômoise et les associations locales autour d’un projet intitulé ‘’Développons les mobilités douces et durables à Gérardmer ‘’ », le tout à travers différentes actions/animations menées auprès des scolaires mais aussi en extra-scolaires.

Ces actions éducatives viseront à sensibiliser l’ensemble de la population gérômoise et des environs aux principaux enjeux liés au développement des mobilités douces et durables sur le territoire. Au programme (sans être exhaustif), une exposition, l’inauguration d’une ancienne passée communale, une soirée-débat ou l’organisation d’une « Vélorution ». l’ensemble devrait être en entrée libre lors de la semaine « Gérardmer Durable » du 27 juin au 2 juillet, et des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre prochains.

Le montant des dépenses directes pour ce projet de sensibilisation dans sa globalité est de 9 500 € et la Commune est susceptible de recevoir une subvention de 2 000 €. André Jacquelin du groupe Gérardmer Notre Perle a souhaité réagir, ne réfutant pas l’utilité de la sensibilisation et de la pédagogie : « On ne peut jamais être contre, mais je pense que cela ne suffit pas et qu’il faut changer de braquet, rentrer dans le concret. (…) Les jeunes sont déjà sensibilisés, ils le sont plus que jamais. Ce type d’action n’est pas à la hauteur de l’enjeu sur notre territoire » regrettera l’élu sans pour autant s’opposer ou s’abstenir lors du vote, de manière logique étant donnée sa déclaration. L’adjoint à l’environnement Grégory Bonne rappellera pour sa part que «  avec les jeunes, la sensibilisation, c’est un peu Sisyphe, c’est un éternel recommencement… »