Search
jeudi 11 août 2022
  • :
  • :

Gérardmer Durable ou les écoliers et la mobilité Inciter à la mobilité douce : "un véritable enjeu en France"

image_pdfimage_print
animation Gérardmer Durable (5)

L’enseignant Anthony Curien a endossé le rôle (et la casquette !) du chauffeur de bus pour cette animation à la Cercenée.

 

C’est parti pour la semaine Gérardmer Durable organisée par la Ville de Gérardmer et ses nombreux partenaires qui proposent des animations ouvertes au grand public ainsi que des actions spécifiquement à destination des écoliers. Top départ donné ce lundi avec déjà les Cycles Picart qui ont distillé de précieux conseils sur l’entretien d’une bicyclette car rappelons que le thème de la semaine et le développement des mobilités douces. Et cela va se poursuivre jusqu’à vendredi pour les scolaires avec des écolo-jeux, des projections, une animation « bike, trot & quizz » à la Mauselaine ou encore un grand jeu sur le thème des déplacements pour aller à l’école (et accessoirement en repartir).

Ce mardi après-midi, c’est la classe d’Anthony Curien qui est venue des Bas Rupts pour retrouver Nicolas, l’animateur de l’association Etc…Terra qui les attendait du côté de la piste cyclable pédagogique de la Cercenée. A travers une simulation de la mobilité à l’école mélangée à un jeu de rôle, l’idée et de se poser la bonne question et enter d’y répondre : comment mieux faire ? Plus de bus, plus de co-voiturage, plus de vélo, de marche, les solutions existent mais ne sont pas toujours applicables. « Certains enfants habitent loin de l’école, certaines écoles ne sont pas desservies par des bus/transports scolaires malheureusement. Mais inciter à la mobilité douce et à l’économie d’énergie, de pétrole notamment, est un énorme objectif, un énorme en jeu en France. Il faut savoir que 50% des enfants viennent à l’école en voiture seul (un seul enfants par voiture – NDLR). Moins le trajet est sécurisé, plus les parents ont tentés d’accompagner leurs enfants en voiture, et plus il y a de voitures, plus c’est accidentogène, c’est un peu le serpent qui se mord la queue, un cercle vicieux dont ne peut sortir qu’en s’organisant mieux » explique l’animateur entre deux sessions. A méditer…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.