Search
jeudi 11 août 2022
  • :
  • :

La force de l’eau

image_pdfimage_print

drop-of-water-gd51bd2b18_1920Un vieil adage voudrait que les alpinistes  reculent en montagne face au danger. La sagesse du grimpeur n’est parfois qu’un pis aller mais il est  souvent salvateur et surtout applicable à notre quotidien.  Le montagnard le sait, le marin aussi, la nature est plus forte que l’homme et notre bonne vieille terre est en état de rébellion. Sa colère se fait entendre aux quatre coins de la planète, sur terre comme sur mer, malheureusement sans beaucoup d’échos auprès des dirigeants des grandes puissances mondiales. La COP 26 semble n’être qu’un dédouanement, un droit à l’obtention d’un passeport avec accès à l’auto-destruction. Et pourtant,  le déséquilibre écologique s’amplifie chaque jour un peu plus, à l’échelon du globe, il est aujourd’hui devant notre porte. Nous sommes au pied du mur, à Gérardmer  comme dans la plus petite des îles de l’océan pacifique menacée de disparition avec  la montée  des eaux suite à la fonte des glaces polaires. Les Vosges manquent d’eau et sa Perle s’invite au robinet des assoiffés. Le constat est implacable, nous avons tous loupé notre rendez-vous avec notre conscience personnelle. A vouloir trop, nous avons oublié l’essentiel, oublié notre devoir de protection et de transmission,  notre devoir tout simplement de citoyen (pas la peine de rentrer dans le détail). Car demain,  c’est à  dire dans quelques semaines, la situation hydrologique s’annonce catastrophique : elle semble déjà actée. Les intempéries ne remplissent pas les réservoirs d’eau en quelques jours surtout pour alimenter une ville en accueil touristique.  La force de l’eau nous fait aujourd’hui plier l’échine, courber la tête,  l’heure est au mea-culpa, au coming-out. L’instant crucial est à l’analyse transactionnelle comme dans une famille dans la difficulté à la recherche de la clé  libératoire capable d’ouvrir une porte vers un  avenir serein et un peu plus confraternel.

BF




8 réactions sur “La force de l’eau

  1. Gourguillon C.

    Vos propos sont tellement vrais !!!! L’Homme manque en effet d’humilité face à la nature, et l’argent prime sur la sagesse mais jusqu’à quand ?Nous sommes effectivement au pied du mur.

    répondre
    1. Ouille.

      Trop simpliste et pratique d’accuser l’argent.
      Dans les pays riches,Il y a surtout un confort de vie que personne n’est vraiment pret à perdre.Y compris beaucoup de donneurs de lecons.
      Exemple, prendre sa petite bagnole pour faire le kilometre qui sépare notre domicile de la grande surface.

      répondre
  2. Jean-Paul Petit

    La faiblesse de l’eau ne compensera ni la force du vent ni la violence du feu ni la soif de la terre.
    C’est à croire que les éléments se concertent et se conjuguent pour rappeler au petit homme qu’il a un devoir de respect envers la nature dont il dépend.

    répondre
  3. THOMASK

    C’est étrange, dans le même sujet, on parle de manque d’eau et de montée des eaux en même temps.
    A trop vouloir globaliser, on se contredit

    répondre
    1. a ke kuku.

      La raréfaction de l’eau douce sur terre et la montée du niveau des oceans sont liés à la meme cause :
      le réchauffement climatique.

      répondre
      1. Jean-Paul Petit

        C’est vrai, mais la raréfaction de l’eau douce, ce n’est pas forcément partout. Demandez aux habitants du Kentucky…
        Le changement climatique perturbe différemment les écosystèmes selon qu’on se trouve en zone océanique ou continentale tempérée, en zone aride, ou polaire, ou intertropicale, ou de mousson…
        Rareté de l’eau ici, surabondance là, et souvent de façon chaotique et aléatoire. Vouloir généraliser, c’est s’exposer à des a priori plus idéologiques que scientifiques.

        répondre
        1. a ke kuku.

          Hormis pour certains idéologues négationnistes, le rechauffement climatique et ses conséquences est soutenu par des preuves scientifiques. .

          répondre
  4. a ke kuku.

    La situation du lac de Longemer est également catastrophique et quasiment plus rien ne s’écoule du déversoir .
    Contrairement à celui de Gérardmer qui dispose d’une vanne permettant de réguler ( un peu ) à la fois le niveau du lac et le debit de la jamagne, il n’y a pas cet equipement à Longemer.
    Pour limiter la casse, entre autres par rapport à la faune aquatique de la Vologne, n’ y a t’il possibilité de monter aussi ce dispositif à Longemer ?

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.