Search
jeudi 11 août 2022
  • :
  • :

Une page se tourne avec la fermeture du centre d’hébergement des déplacés ukrainiens à Gérardmer "Distiller de l'humanité"

image_pdfimage_print

depart ukrainiens Gérardmer SAS

Alors que le centre d’hébergement des déplacés ukrainiens de Gérardmer (SAS) fermera prochainement ses portes, le Préfet des Vosges Yves Séguy est venu à la rencontre des bénévoles de la Croix Rouges et des salariés de la FMS, deux structures qui ont conjointement géré le dispositif.

C’est désormais officiel, ouvert depuis le 14 mars dernier, le SAS de Gérardmer fermera le 15 août prochain. La Région, propriétaire des lieux, en reprendra possession afin de pouvoir préparer l’accueil d’une partie des internes de la cité scolaire de la Haie Griselle dont l’internant doit subir des travaux prévus de longue date. Alors que les derniers déplacés ukrainiens quittent progressivement les lieux pour s’installer dans des logements sociaux (principalement situés sur le secteur d’Épinal et Thaon), le Préfet Yves Séguy s’est rendu sur place ce jeudi matin. L’occasion de saluer l’investissement de la Fédération Médico-Social (FMS 88) et des bénévoles de la Croix Rouges représentés par le responsable de l’antenne locale André Jacquelin, mais aussi par Jean-Luc Gaudel son homologue de l’antenne de Fraize venue en renfort, ainsi que Jean-Louis Daoulas, vice-président de la Croix Rouge des Vosges.

depart ukrainiens SAS Gérardmer (4)Une équipe d’une quinzaine de bénévoles a donc œuvré sept jours sur sept depuis l’ouverture du centre gérômois. Une structure unique dans les Vosges, qui a permis d’accueillir en urgence pas moins de 121 déplacés au total, soit 42 ménages, 47 enfants et 74 adultes précisait Virginie Lefebvre du service le 115. Présente la veille de l’arrivée des premiers ukrainiens, la Croix Rouge a assumé de nombreuses missions sur place (lire nos précédents articles ICI ! & ICI !), qu’il s’agisse du service des repas dont les petits déjeuner le matin qui est pris en charge par l’association d’aide humanitaire. Au total, ce sont près de 1 500 heures de bénévolat qui ont été totalisées pour souvent, au-delà du soutien logistique ou de l’aide administrative, « distiller de l’humanité » pour reprendre les mots de M. le Préfet. Une présence, une écoute, une approche qui ont contribué à la qualité de l’accueil de ce SAS qui restera dans les mémoires de beaucoup comme une grande aventure humaine. Un épisode singulier avec en toile de fond la solidarité, mais aussi le courage et la résilience du peuple ukrainien évoqués par Yves Séguy et les bénévoles de la Croix Rouges.

Lusinié (au centre) a été embauchée sur place par a FMS en qualité de maîtresse de maison.

Lusinié (au centre) a été embauchée sur place par a FMS en qualité de maîtresse de maison.

Ce jeudi, un nouveau départ était programmé avec des déplacés qui allaient élire domicile à Thaon. Ils ne sont désormais plus que 9 en tout à Gérardmer, dont Lusinié, ukrainienne qui faisait partie des tous premiers arrivés au centre d’hébergement. Elle n’avait pas souhaité quitter le SAS afin d’attendre son fils qui a fini par arriver et même trouver un emploi depuis. Première arrivée, dernière partie, Lusinié a pour sa part été embauchée par la FMS sur place en qualité de maîtresse de maison, mission dont elle s’acquitte avec sérieux. Esthéticienne de métier, elle espère pouvoir ensuite trouver un emploi en lien avec sa formation. Elle pourra compter sur l’aide la FMS, représentée par Sophie Kéba en charge du dispositif ukrainien sur les Vosges. La structure qui s’est notamment occupée de la partie logement à travers le 115, service dont la directrice Stéphanie Morel était sur place en compagnie de Virginie Lefebvre lors de la visite préfectorale. Visite qui s’est achevée par une traditionnelle photo sur le perron du centre d’hébergement.

Certains déplacés étaient sur le départ ce jeudi matin, ils prenaient la direction de Thaon où ils emménageront dans des logements sociaux.

Certains déplacés étaient sur le départ ce jeudi matin, ils prenaient la direction de Thaon où ils emménageront dans des logements sociaux.