Search
mercredi 17 août 2022
  • :
  • :

Voie Verte de la Vallée de la Vologne : une situation qui s’éclaircit L'association compte sur une nouvelle Communauté de Communes plus cohérente pour soutenir activement le projet

image_pdfimage_print

 

 

L’assemblée générale de la Voie Verte de la Vallée de la Vologne avait lieu ce samedi 2 juillet du côté de la salle des fêtes de Granges -Aumontzey où le président Michel Georges a pu faire un point sur une situation qui semble s’éclaircir étant donné que celle des Communautés de Communes se stabilise (voir vidéo ci dessus).

Michel Georges entouré de David Valence et Thomas Gion

Michel Georges entouré de David Valence et Thomas Gion

L’association continue donc de solliciter les différents élus des nombreuses collectivités susceptibles de s’impliquer dans ce projet qui est tout de même dans les tuyaux depuis une dizaine d’année et qui devrait pouvoir d’intégrer à d’autres projets déjà en marche ou en place concernant les mobilités douces, non polluantes : « Il est important de rappeler que la Voie Verte est un dossier à part entière qui peut et qui doit se raccorder à d’autres projets dédiés aux moyens de circuler non polluants. Il doit être traité indépendamment du schéma de la Communauté de Communes Gérardmer Hautes Vosges, mais l’ensemble doit bien sûr s’articuler. J’ai souvent parlé de maillage, c’est cette vision que nous défendons, celle d’un maillage à intégrer au niveau départemental, régional, et peut-être même voir plus loin. C’est un projet qui viendrait s’intégrer déjà dans le schéma cyclable des Hautes Vosges et du Département, il faut maintenant passer à l’étape suivante et nous attendons des élus un planning » précise Michel Georges. Et un premier pas serait, selon lui et l’association qu’il préside, la signature rapide d’une convention de mise à disposition de l’emprise ferroviaire entre la Communauté de Communes et SNCF Réseau (voir vidéo ci-dessous), ceci afin que les travaux d’enlèvement des rails et des traverses puisse intervenir rapidement. C’est une procédure bien rodée et le député David Valence a rappelé qu’elle avait été mise en œuvre il y a quelques années pour le tronçon Anould- Saint-Léonard.

voie verte vallé de la vologne (2)Michel Georges a même stipulé que ces travaux pourraient d’ailleurs être réalisés par l’entreprise SNBF de Saint-Dié qui intervient gratuitement car elle se rémunère sur le prix de vente des rails.  L’entreprise nivelle le ballast et peut réserver un passage pour les VTT. Cette première phase pourrait être bouclée rapidement, permettant ainsi de satisfaire une demande exprimée par de nombreux randonneurs. Parallèlement, l’étude de faisabilité pourrait être lancée avec le montage des dossiers de financement. Frédéric Thomas s’est montré ouvert à cette proposition et a indiqué que l’association pouvait saisir la CCGHV à ce sujet afin qu’elle examine cette possibilité.

Michel georges, président de l'association pour la Voie Verte de la Vallée de la Vologne.

Michel georges, président de l’association pour la Voie Verte de la Vallée de la Vologne.

Des élus qui semblent donc globalement favorablse au projet, si l’on en croit les prises de paroles des uns et des autres. Le maire de Granges-Aumontzey, vice-président de la CCGHV,  représentant le président Stessy Speissmann, a confirmé que ce dernier avait réaffirmé récemment son engagement à porter le projet de Voie Verte de la Vallée de la Vologne. Frédéric Thomas, vice-président chargé des finances a par ailleurs ajouté: « je m’engage à ce que ce dossier soit porté le plus vite possible. » Il n’y a donc, à priori, plus d’ambiguïté à ce sujet.

Par ailleurs, Denis Masy, maire de Bruyères a réaffirmé tout l’intérêt qu’il portait à une prolongation de la voie verte par une liaison cyclable entre Laveline et Bruyères. Jean-Louis Mentrel, maire de Champ-le-Duc et Vice-Président de la communauté de communes de Bruyères Vallons des Vosges a abondé dans le même sens… Affaire à suivre

 




42 réactions sur “Voie Verte de la Vallée de la Vologne : une situation qui s’éclaircit

    1. guillaume boehm

      IL me semble que la route d’accès pour aller jusqu’ à Gérardmer n’ est pas assez encombrées pour vous pour souhaiter une connerie pareil. La seule chose qui vous intéresse c’est de pouvoir faire du vélo sur 1 ancienne voie ferrée alors que celle ci serait certainement + utile en ces temps ou l’essence et si chère de faire circuler des trains plutôt que 2, 3 personnes comme vous par jours et seulement par beau temps. Il y a d’ autres alternatives pour en construire 1 que ça L’endroit est si beau et à la place de le préserver vous préférez y faire circuler tout 1 noria de camions et véhicules qui génère en + de la pollution, nuisance et insécurité vous abîme les routes

      répondre
  1. Michel

    Une bien belle connerie ! Surtout en ce moment…

    N’y avait-il pas d’ autres endroits pour la réalisation d’ un chemin ?
    Les créations des pistes vélos oui,
    mais pas au détriment d’un autre moyen de transport,
    surtout que ce chemin ne remplacera en rien un moyen de transport, il sera utilisé certainement plus a des fins de loisir (s) mais concernant le développement pour de « réel » moyens de déplacements
    = ZERO

    répondre
  2. Bruno E.

    Il y a une association concurrente « TG2V » qui va apprécier…
    En attendant le coût ne dera pas anodin, même si les rails sont retirés gratuitement, ce qui paraît douteux vu l’envahissement actuel de la voie…
    Bon courage pour ce projet.

    répondre
  3. guillaume boehm

    Concernant ce projet de voie verte c’est une honte ! C’est typiquement français de mettre toujours en concurrence le train et les pistes cyclables ! Oui à des liaisons douces mais pas sur le tracé ferroviaire bon sang !!

    répondre
    1. Marre

      Mais qu’il est beau ce trajet ferroviaire ! La honte serait d’en faire un de trajet ferroviaire avec effectivement un pelé et trois tondus à bord aux heures de pointe !!!! Vous êtes prêt à payer pour cela car le train coûtera bien plus cher que le projet envisagé actuellement .L’endroit est déjà traversé actuellement par des randonneurs et la nature n’est pas dérangée pour autant .Evidemment certains se permettent le passage à motos , à vélos, d’une propriété privée abandonnée certes mais privée quand même !!!!Alors ne me parlez pas de respect svp.

      répondre
      1. Pierre DEBANO

        Oui un pelé et 3 tondus à bord dse trains si la réouverture est faite façon Grand Est SNCF comme pour St Dié Epinal, c’est à dire façon pipi de chat. Mais si c’est fait intelligemment comme pour de nombreuses lignes à l’étranger, cette réouverture aurait forcément du succès

        répondre
  4. THOMASK

    Partout en Europe, beaucoup d’anciennes lignes de chemin de fer ont été transformées en voies vertes. Ce serait une bonne nouvelle de voir Gérardmer enfin s’impliquer dans ce projet.

    répondre
  5. Marc

    Honteux, pauvre France, pas les mots pour exprimer ma déception…
    Rien ne tourne rond dans ce pays

    Profiter bien de votre loisir a quelques millions € pour un chemin !
    Un chemin, juste un chemin pour promenades alors que celui-ci prouvait etre aménagé à un endroit plus logique et surtout moins gênant pour le retour à un service si important aujourd’hui.
    Écoeuré !!!!!!!!!!!!

    répondre
  6. Frayon Robert TG2V

    Aujourd’hui vu le prix des carburants, beaucoup retrouvent le train pour le travail, pour les vacances….
    Aujourd’hui pour retrouver une qualité de vie, beaucoup s’installent à la campagne, là ou il y a une gare avec un train qui s’y arrête.
    Aujourd’hui des maires demandent la réouverture de lignes pour retrouver le réseau ferré et sa dynamique économique alors que d’autres demandent leur démontage sans s’interroger sur l’avenir de leur commune: baisse démographique, fermetures de l’école primaire, du collège, des commerces. Aujourd’hui pour un développement durable, le train reste la solution d’une mobilité responsable.

    répondre
    1. Marc

      Merci a vous Robert pour votre engagement dans cette action logique qui est le retour du train dans la perle des vosges.

      Si a l’ époque nous avions Mr Poncelet Maire de Gerardmer, le train serait encore présent a Gerardmer et tres certainement le Tgv …

      Il y a bien des décisions étranges de la région a l’ origine derrière toute cette histoire, malheureusement les erreurs du passé reviennent encore aujourd’hui avec le démantèlement de la ligne pour  » un chemin  » !

      Si vous deviez organiser encore des actions je serais derrière vous comme depuis 2004
      Encore Merci

      répondre
      1. Pierre DEBANO

        Il faut rappeler que c’est M. Poncelet qui a tué Remiremont-Cornimont (bon, là c’est vrai, le potentiel était faible), Remiremont-Bussang (et là la ligne était très bien positionnée au milieux de villages à population importante) et Epinal Mirecourt (périurbain d’Epinal et lien vers Vittel), et qu’il n’a rien fait pour Gérardmer sans doute sous prétexte que ce n’était pas une ligne TER (Omnibus à l’époque) alors que le potentiel était important. Les fossoyeurs des lignes vosgiennes sont des Vosgiens, M. LEMAIRE et M.PONCELET, et tous les élus, députés et maires qui ne se sont pas beaucoup bougés

        répondre
        1. BREDINE88Il

          Ha bon … vous croyez !!!
          Mais les premiers à se bouger auraient dû être les vosgiennes et les vosgiens. Si nous avions tous pris le train plutôt que de trouver des excuses à utiliser nos voitures, nous n’en serions pas là. Certes, les horaires n’étaient pas au top puisque sur Bussang/Remiremont, ils dataient pratiquement de la fin de la seconde guerre mondiale.
          Mais l’individualisme des 30 glorieuses a fait le reste.
          Alors maintenant, regardons les choses en face, soyons honnêtes et battons notre coulpe au lieu d’invectiver les autres.

          répondre
        2. Marc

          Effectivement pierre debano,
          Les économies suite aux fermetures des lignes, redistribuées non pas pour la sncf mais pour la région lorraine…
          Mr Poncelet a préféré voir arriver son Tgv a Remiremont ! Déjà dans les cartons a l époque ( logique?)

          répondre
          1. Teuf teuf.

            Quelques chiffres…….

            LA SNCF COÛTE 215 EUROS À CHAQUE FRANÇAIS (MÊME À CEUX QUI NE PRENNENT JAMAIS LE TRAIN)

            En 2018, selon l’ancien magistrat de la Cour des comptes François Ecalle, la SNCF a représenté une charge annuelle de 14,4 milliards d’euros pour l’État et les régions, et donc pour les contribuables.
            Soit 379 euros par foyer fiscal, ou encore 215 euros par Français.

            Selon lui, le coût total de la SNCF pour l’État et les régions (Ile-de-France Mobilités en Ile-de-France), et donc pour les contribuables, s’est établi à 14,4 milliards d’euros en 2018. Sur cette somme, 8,2 milliards d’euros représentent 35% des coûts de fonctionnement de l’entreprise ferroviaire. 3,4 milliards ont également été accordés par l’État et les autorités régionales au titres des subventions d’investissements, soit 42% de l’ensemble des subventions octroyées à la SNCF.

            Ainsi, 11,6 milliards d’euros ont été indirectement payés par les contribuables pour assurer le fonctionnement de la SNCF. Un coût auquel il faut déduire les taxes spécifiques payées par l’entreprise (500 millions d’euros), soit une contribution nette de 11,1 milliards d’euros. Ajouté à cela le versement par l’État d’une subvention d’équilibre de 3,3 milliards d’euros au REGIME SPECIAL DE RETRAITE des cheminots, ce qui correspond à 62% des pensions versées en 2018.

            Au final, lorsqu’il achète un billet, LE VOYAGEUR NE PAIE QUE 20% DU COUT REEL . Le reste est payé par l’impôt.

            Mais la facture pourrait évoluer dans les prochaines années. D’abord,LA REPRISE DE LA DETTE de SNCF Réseau par l’État à hauteur de 25 milliards d’euros l’an prochain entraînera une hausse de la charge d’intérêt, et donc du coût pour les contribuables, d’environ 500 millions d’euros par an.

            Pour conclure, gardons ce qui est ESSENTIEL ( TGV Remiremont, …. ) et essayons d’ameliorer le systéme en coordonnant les horaires des lignes de bus avec ceux des lignes de trains.

          2. Xavier Braud

            Réponse à M. Teuf-teuf et à ses chiffres.

            Vos chiffres ne me semblent pas présenter un grand intérêt en eux-mêmes, pour être bref, pour trois raisons principales :

            1-Comme beaucoup de gens, vous ne semblez pas faire la différence entre l’inefficacité de la SNCF et l’efficacité du ferroviaire. Ce n’est pas parce que la SNCF est inefficace qu’il faut enterrer le ferroviaire, à Gérardmer comme ailleurs.

            2-Vos chiffres bruts, sans comparaison aucune, n’éclairent pas beaucoup le lecteur. Je vous invite à faire notamment des comparaisons :

            -avec l’Allemagne, l’Autriche ou la Suisse (et le Luxembourg) exemples qui montrent que l’investissement public dans le ferroviaire peut-être très efficace, beaucoup plus qu’il ne l’est en France. Plus précisément, savez-vous que la France fait partie des lanternes rouges d’Europe pour l’investissement par tête dans son réseau ferroviaire? Elle dépense quasiment 10 fois moins par tête que la Suisse, 3 fois moins que l’Allemagne. Vous dénoncez une dépense publique excessive alors qu’elle est en réalité très insuffisante au regard des standards européens.

            -avec les dépenses publiques routières en France. Et de vous poser la question : est-il judicieux que depuis plus ou moins un siècle la France investisse beaucoup plus massivement dans le secteur routier que dans le secteur ferroviaire, provoquant un report modal massif rail-> route? avec toutes les conséquences que cela engendre : destruction de la nature par les infrastructures routières, nuisances routières omniprésentes, et surtout contribution massive au réchauffement climatique (le transport est de loin la 1è source d’émissions de GES en France, 31%, quasi exclusivement la route).

            -avec en particulier les dépenses publiques massives et contre-productives en faveur des énergies fossiles (les différents « boucliers » énergie). Pour ne prendre qu’un seul exemple, et pas le plus coûteux : 1 milliard tous les 2 mois de dépenses publiques de l’Etat pour aider les automobilistes et eux seuls (pas les usagers des transports en commun, de la bicyclette ou autres modes écologiquement vertueux) à faire le plein et donc à ne pas réduire leur dépendance nocive et coûteuse à la voiture. 1 milliard, c’est précisément ce qui manque au réseau ferroviaire, par an (et non tous les 2 mois) pour assurer l’entretien du réseau ferré national à un niveau tel que son état cesse de se dégrader.

            3-Il serait utile de vous poser la question sur le lien entre dépense publique et intérêt général. Tout miser sur la route comme vous semblez le souhaiter puisque vous dénoncez la dépense publique ferroviaire, c’est agir, entre autres, pour l’accélération du réchauffement climatique. Le rail est considérablement plus efficace que la route d’un point de vue énergétique, et beaucoup moins dépendant que la route des énergies fossiles. Autrement dit, beaucoup moins d’énergie par personne transportée, et de l’énergie moins sale. Sans doute un détail pour vous.

            Bon après-midi par cette belle journée caniculaire.

            Xavier Braud.

          3. teuf teuf

            Reponse à Mr Braud.

            Il est faux d’affirmer que le transport ferroviaire, nottamment celui par un TER Diesel ( petites lignes ), est plus ecologique que celui par les automobiles.
            Un TER Diesel c’est environ 6000 grammmes de CO 2 par kilométre.
            Une voiture particuliere c’est en moyenne 120 grammes.

          4. Xavier Braud

            Monsieur Teuf teuf,

            Même en reprenant vos chiffres, dont je conteste cette fois la justesse (vous n’en indiquez d’ailleurs pas la source), le TER est plus rentable écologiquement que la voiture dès 50 personnes, ce qui est presque toujours le cas. Si vous preniez des chiffres plus sérieux, cela descendrait à moins de 20 personnes.
            Xavier Braud.

    2. teuf teuf.

      Si le train etait un vecteur fort pour ameliorer l’emploi, pourquoi Saint Dié a t’il alors un taux de chomage superieur de 3 % à la moyenne nationale …
      Par ailleurs, il y a bien d’autres priorités pour un pays aux poches retournées que d’investir des dizaines de millions d’euros dans une ligne à tres faible frequentation.
      Quatriéme age, handicapés, retraites, services de santé, education et recherche, police et justice, formations,…

      répondre
      1. teuf teuf.

        Reponse au commentaire de Mr Braud de 9 Heures 19.

        Ces chiffres sont ceux de Mr Ecalle, ex magistrat à la cour des comptes.

        Concernant l’incidence ecologique moindre d’un TER , Il est totalement utopique d’esperer une moyenne de 50 passagers pour un train Gerardmer Epinal . Enlevons un zero et nous serons tres pres de la verité.

        répondre
        1. Xavier Braud

          Monsieur Teuf teuf,

          Vous avez raison, il faut savoir diversifier ses sources et vous feriez bien d’appliquer ce précepte à vous-même. La Cour des comptes s’y connait en chiffres, moins en ferroviaire… Ce qui a conduit à ce que son rapport de 2019 auquel vous vous référez a suscité une avalanche de critiques du point de vue des modes de calcul pour parvenir à des chiffres souvent très contestables.
          Quant au cas que vous évoquez de Saumur-La Roche, ce n’est pas « un exemple parlant », mais l’illustration la plus extrême en France d’une ligne peu fréquentée et donc écologiquement peu efficace. Il n’y a donc absolument rien de représentatif dans cet exemple, même la Cour des comptes ne le prétend pas.
          En outre, il y a maintes façons, parfois très simples, de faire fortement augmenter la fréquentation de telles lignes et donc d’améliorer son efficacité écologique. Car le plus souvent, cette faible fréquentation s’explique par la volonté de la SNCF de se débarrasser de ces lignes en obtenant leur fermeture. Dès lors, rien n’est fait pour augmenter la fréquentation (correspondances améliorées, horaires adaptés aux besoins, temps de parcours supérieurs aux capacités techniques de la ligne, trains supprimés sans préavis sous divers prétextes etc…)

          répondre
        2. Xavier Braud

          Sur quoi vous fondez-vous pour prétendre que les trains desservant Gérardmer ne seraient pas fréquentés par plus de 5 personnes? Quel bureau d’études (indépendant de la SNCF) a pu écrire cela?
          Vos affirmations successives sont tellement peu sérieuses et non ou mal argumentées, qu’elles cachent mal un dogmatisme anti-ferroviaire que vous pourriez au moins assumer.
          Je vais cesser de répondre à vos absurdités, car il n’y a aucune démarche scientifique de votre part. Contre le dogmatisme, il est inutile d’argumenter.

          répondre
          1. teuf teuf.

            Suite à un lobbying intense des gens de TG2V , Il y a eu il y a 6 ou 7 ans un essai d’une ligne de bus Gerardmer bruyeres pour voir si le retour du train etait une solution viable au niveau de la frequentation.
            Tout cela a débouché sur une absolue et lamentable catastrophe d’un cout de 30 000 euros pour un total d’une quarantaine de passagers transportés….
            Magnifique exploit sur le dos du con-tribuable.

  7. Benitog

    Si le projet du retour du train dans la vallée était une réalité économique viable, il y a bien longtemps que nous entendrions le tchoutchou dans les sapins.
    Si je comprends vos remarques, Guillaume, Michel et Marc il ne devrait plus y avoir de véhicules polluant dans la vallée… Mais un train.
    C’est pas con, la route serait donc réservée au vélos et piétons.

    Rhhhhooooo vous me faites bien rire.
    Bises à vous

    répondre
    1. Michel

      Malheureusement Benitog, il n y a pas que le problème de
       » véhicules polluants  »
      Si seulement …
      La réalité économique que vous citez, je ( nous) la subissons réellement tous les mois a partir du 15 ! Pas la réalité du coût de remise en route du train pour aider certains dans la vie de tous les jours mais apparament cela ne dérange pas l’ injection de milliers d€ pour un chemin !

      Bonne soirée et bon vélo

      répondre
  8. lementor

    et vous croyer qu’un train passe pour aller au boulot a 5h du matin,je ne pense pas, a qui servirait t’il a ceux qui viennent vous pourrir votre quotidien dans les locations, toujours les mémes raleur,alors oui pour une route cyclable !!

    répondre
  9. Pierre DEBANO

    En réponse à Teuf Teuf « Pour conclure, gardons ce qui est ESSENTIEL ( TGV Remiremont, …. ) » : combien de voyageurs dans les TGV entre Epinal et Remiremont (il doit être très faible) et quels coûts d’exploitation, de consommation électrique et d’entretien du matériel roulant à mettre en face du nombre de voyageurs; ce n’est pas pour rien que la SNCF proposait, à juste titre, la suppression de la desserte TGV d’aussi petites villes. Ramenée au voyageur, l’exploitation de la ligne de Gérardmer serait sans doute beaucoup moins déficitaire. Mais pour Gérardmer, la messe est manifestement dite. Cordialement

    répondre
    1. Bingo.

      Qui aurait envie de prendre un train qui va mettre une heure pour faire Gerardmer gare > Epinal gare. Le tout avec horaires contraints.
      Sachant que l’arrivéé en g
      Tout ça, utilisateurs ou pas, avec un cout delirant par billet pour le con-tribuable.

      répondre
        1. Pierre DEBANO

          A Bingo : plusieurs catégories : 1 celui qui n’a pas de voiture et préfère voyager dans un autorail avec WC pour Personnes à Mobilité Réduite, avec une vaste tablette pour y poser son ordinateur ou écrire, et qui est assuré d’arriver à l’heure même en hiver rigoureux (sauf grève je l’accorde, si c’est la SNCF l’exploitant) plutôt que dans un autocar même si ce dernier met 10 mn de moins que le train (la voiture met elle 43 mn pour faire le parcours). 2 celui qui a une voiture, mais qui préfère prendre les transports en commun pour faire des économies, sous réserve qu’ils soient confortables. 3 celui qui veut se déplacer à moindre coût et veut utiliser son vélo pour les parcours terminaux en emportant son vélo dans le train ; Quant au coût délirant, il faudrait donner un chiffre et en profiter pour donner celui du voyageur TGV entre Epinal et Remiremont. Cordialement

          répondre
          1. teuf teuf

            J’ai donné les chiffres dans mon commentaire de ce matin 8 heures 21.
            Avec l’argent public ont peut tout justifier.
            Je prefere de mon coté que celui ci aille dans un meilleur traitement des handicapés et du 4 eme age, ainsi que dans l’education d’une jeunesse, l’avenir d’un pays, lequel en a bien besoin

  10. Pierre DEBANO

    A Teuf Teuf. D’après futura-sciences.com, un litre d’essence rejette 2,28 kg de CO2 et un litre de gazole 2,67kg de CO2. Selon http://www.marietton.com, en moyenne une voiture essence consomme 7,3 litres/100km, une Diesel 6,07 litres/100km. Une voiture offrant 5 places rejette donc 16,6 kgCO2/100km pour l’essence et 16,2 kgCO2/100km pour la Diesel. Un autorail Diesel X72500 offrant 78 places consomme 80 litres/100 km et rejette donc 214 kgCO2/100km ; Vous indiquez 120 grammes de CO2 par km, ce serait plutôt 162 grammes, mais ne chipotons pas, et 6000 grammes de CO2/km pour le train alors que c’est 2140 grammes de CO2/km, 3 fois moins que ce que vous indiquez. A la personne transportée, véhicules pleins, les émissions de CO2 sont équivalentes ; Et il suffit de 24 personnes dans l’autorail pour que les émissions de CO2 soient équivalentes à la circulation de voitures avec 1,8 personnes à bord (si c’est pour le travail, seulement 1,2 personnes par voiture). La contestation est bonne quand elle se fait avec de bons chiffres. Cordialement

    répondre
    1. teuf teuf.

      Bonjour Mr Debano,

      Selon les sources, les chiffres diffèrent.

       »Pour illustrer le phénomène, la Cour des comptes cite un exemple parlant : « Un TER diesel transportant 10 voyageurs entre Saumur et La Roche-sur-Yon émet 539 g de CO2 par voyageur-kilomètre, soit une pollution cinq fois plus élevée qu’une voiture occupée par 1,9 voyageur ». Pour ces 10 passagers, prendre la voiture reviendrait donc peu ou prou au même…  »

      Respectueusement.

      répondre
      1. Pierre DEBANO

        Le problème avec la Cour des Comptes, c’est que parfois (elle est généralement excellente) elle écrit des choses fausses car elle ne connait pas l’exploitation ferroviaire. Dans un rapport, elle fustigeait un train qui partait très tôt le matin vers la montagne avec très très peu de voyageurs à bord. Mais le supprimer, comment aurait fait la peut-être centaine de voyageurs qui se rendaient en ville pour y travailler et qui empruntaient ce train, le précédent, fustigé, étant en fait un train d’équilibre. C’était peut-être le cas de ce Saumur La Roche sur Yon assuré avec 3 autorails pour seulement 10 personnes, mais qui, on peut le penser, étaient pleins au retour. Une exploitation ferroviaire se juge sur sa totalité. Maintenant, c’est vrai que pour les petites lignes, on a un exploitant ferroviaire la SNCF plus proche de la nullité que de l’excellence que l’on constate sur des lignes ferroviaires étrangères similaires. Belfort-Delle rouverte par la SNCF, c’est 200 voyageurs par jour, les Suisses aux manettes en transporteraient 8 à 10 fois plus. Cordialement

        répondre
        1. teuf teuf.

          Lorsque ces messieurs de la cour des comptes émettent un rapport sur un sujet, on imagine qu’ils se sont entourés de specialistes de la chose et que leur dossier est tres bien etayé …. :)

          répondre
          1. DEBANO Pierre

            A Teuf Teuf Vous avez raison, on imagine, et vous avez pu voir le résultat quand on fait le calcul avec des chiffres. La Cour des Comptes a aussi ses faiblesses.

        2. teuf teuf.

          D’apres l’ancien president du syndicat mixte des transports en commun, la ligne Belfort Delle c’est moins de 10 passagers par train. Soit moins de 70 A/R par jour…
          Cout de remise en etat de la ligne : 110 millions……..

          répondre
          1. Debano Pierre

            Teuf Teuf vous avez raison. Quand des branquignols rouvrent une ligne en passant (volontairement?) à coté d’opportunités permettant d’attirer au rail de nombreuses personnes (Belfort Delle, ce n’est pas le désert) et avec des horaires délirants, cela donne ce résultat pitoyable. Bon, en plus de citer des ratés, il serait bon de citer des succès comme celui de la ligne Merano Malles en Italie, ligne de 60 km, fermée en 1991, rouverte en 2005, qui dès la première année de sa réouverture transporte 1 million de voyageurs, et 2,7 millions de voyageurs 5 ans plus tard (voir https://blog.francetvinfo.fr/bureau-rome/2019/04/29/dans-les-montagnes-italiennes-le-train-a-terrasse-la-voiture.html). Merano 40 000 habitants, Naturno 5800 h, Castelbello 2300 h, Silandro 6000 habitants, Sluderno 1800 h Malles 5000 habitants. En densité de population par km de ligne, Mérano non comptée, 21000 habitants pour 60 km cela fait 350h/km. Pour la ligne de Gérardmer, 25160 habitants pour 53 km soit 477h/km, Epinal 46000 habitants non comptés. Quand on ne veut pas voir, on ne voit pas. A noter que c’est toujours intéressant de dialoguer, mais comme les Vosgiens ont, passez moi l’expression, de la m… dans les yeux, dialoguer ne sert à rien et ce sera donc ma dernière réaction. Cordialement

  11. DEBANO Pierre

    A Teuf Teuf en réponse à « Suite à un lobbying intense des gens de TG2V , Il y a eu il y a 6 ou 7 ans un essai d’une ligne de bus Gerardmer ». De mémoire (mais ma mémoire peut être défaillante), les horaires des bus ne figuraient pas sur le site des horaires TER. Cela, c’est le genre d’expérience lancé par ceux qui veulent ne rien faire. On dépense un peu d’argent, on met en place un service, on fait un article dans le journal, mais comme le service n’est connu de personne et notamment des sites d’information transport et des agents des gares SNCF de la Région Lorraine, forcément il n’est quasiment pas utilisé, et automatiquement cela prouve l’inutilité d’une desserte ferroviaire CQFD. Quand on ne veut pas faire, on sait comment faire. Savez vous qu’à une époque les horaires du tram-train vers Sarrebruck n’étaient pas affichés sur le tableau de départ des trains de la gare de Sarreguemines. La ligne 28 de car Gérardmer Bruyères https://www.fluo.eu/ftp/document/ligne28.pdf ne passe même pas en gare de Bruyères et bien évidemment, elle n’est pas mentionnée dans la fiche horaire Epinal St Dié (manque de place sans doute). Et pourtant , les départ de Gérardmer de 7h10, 12h20, 17h35 permettraient de prendre le train à Bruyères vers Epinal. Je vous dis, quand on ne veut pas faire, on sait comment faire. Cordialement

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.