Search
mardi 4 oct 2022
  • :
  • :

Démographie comparée de quelques villes vosgiennes de 2008 à 2019

image_pdfimage_print

« C’est une idée couramment répandue : Gérardmer serait une ville plus dynamique que d’autres bourgades vosgiennes d’importance comparable, comme Rambervillers, Mirecourt ou Neufchâteau. Grâce au tourisme censé générer des emplois et donc de l’activité économique, la cité géromoise offrirait un visage plus jeune que ses voisines.

Voyons ce que disent les chiffres de la population :

De 2008 à 2019, Gérardmer est passée de 8700 à 7807 habitants, Mirecourt de 5906 à 4949, Rambervillers de 5685 à 5096, Neufchâteau de 7034 à 6636.

Nos petites villes souffrent toutes de la dépopulation, nous sommes au cœur de la France périphérique. Gérardmer a perdu 10% de sa population, comme Rambervillers, moins que Mirecourt (-16%), mais plus que Neufchâteau (-6%).

Examinons maintenant les évolutions par tranches d’âge :

Sur la même période, à Gérardmer, la part de la population jeune (0 à 29 ans) est passée de 32,4% à 26, 8%. A Mirecourt, de 36,5% à 31,6%. A Rambervillers, de 37,6% à 33,9%. A Neufchâteau, de 34,7% à 31,5%.

C’est à Gérardmer que la part des jeunes de moins de 30 ans est la plus faible : moins de 27% contre plus de 31% encore dans les 3 autres communes. C’est également à Gérardmer que la part des jeunes chute le plus vite.

Pour ce qui concerne les tranches les plus âgées, que dit la pyramide des âges ? La proportion des plus de 60 ans est passée à Gérardmer de 27% à 37,5%. A Mirecourt, de 24,5% à 32,8%. A Rambervillers, de 25,2% à 30,9%. A Neufchâteau, de 25,4% à32, 9%.

C’est à Gérardmer que la part des vieux (pardon, des seniors) est la plus élevée et qu’elle augmente le plus vite (bientôt 4 habitants sur 10), les autres communes restant encore à moins d’un tiers.

La comparaison avec d’autres villes vosgiennes d’importance similaire, Remiremont ou Raon-l’Etape, confirme les mêmes tendances. Gérardmer n’échappe pas à la chute démographique des petites villes. Pire, le vieillissement y est plus fort et plus rapide qu’ailleurs, de même que la chute du nombre de jeunes. Quant à la natalité, elle est passée d’un peu moins de 100 naissances en 2000 à moins de 50 aujourd’hui. Sur une période si courte, il n’est pas exagéré de parler d’un véritable effondrement.

A chacun de s’interroger sur les causes et les effets de ces évolutions, mais il est clair que le tourisme, aussi massif soit-il, n’a pas apporté à Gérardmer le rajeunissement souhaité.

Certes, les rues sont pleines les weekends et pendant les vacances, les rives du lac débordent de monde même quand le lac se vide, les évènements sportifs ou culturels attirent les foules. Ce dynamisme de façade ressemble à un village Potemkine : derrière la façade, il y a la réalité d’un bourg qui périclite et se meurt ».

Sources : Insee ; Mairie de Gérardmer

Jean-Paul Petit, le 25 août 2022

NB : Pour cette publication, seuls les commentaires signés seront diffusés (pas de pseudo)

 




4 réactions sur “Démographie comparée de quelques villes vosgiennes de 2008 à 2019

  1. Gilbert Schloesser

    Tiens le tourisme miracle de l’emploi, deviendrait il un mirage….
    Nuisances, perte de population, vieillissement de la population dont il faudrait le plus intelligemment possible tirer des orientations pour l’avenir collectivement…
    Commençons peut être par cesser de se bercer d’illusions!

    répondre
  2. Francis Haxaire

    Bonjour à tous, Les stat sont implacables : le tourisme ne sauve pas Gérardmer qui amplifie même les données avec ses 3 consœurs vosgiennes de même taille. Deux indices particulièrement préoccupants : la population vieillit plus vite et, en corollaire, le taux de natalité s’effondre littéralement. Alors les résidants secondaires apportent quoi ? De la monnaie à quelques uns et surtout de la spéculation foncière pour eux. Comment voulez-vous, dans de telles conditions, fixer la jeunesse sur site ?

    répondre
  3. Ripp Isabelle

    Ce serait bon d’avoir les mêmes données pour les villages limitrophes de Gerardmer, comme le Tholy et Granges Aumontzey. Pour savoir où partent les geromois , comme moi, chassés par le coup des loyers.

    répondre
  4. Olivier Bedel

    Tout d’abord, bravo à la rédaction d’avoir évacué les pseudos. La qualité des échanges s’en ressent.
    Chiffres intéressants… Mais pas satisfaisants.
    Un seul exemple, la comparaison entre Gérardmer et Neufchâteau.
    La Perle des Vosges est une ville de montagne, enclavée, avec de très mauvaises conditions de circulation en hiver. Martimprey +Le plafond+Arnould+… Chacun sait de quoi je parle…Pas évident pour un acteur économique de venir s’installer dans le coin. La galère.
    La cité neocastrienne est située à 15 km de l’autoroute A31 et à une quarantaine de km de Nancy.
    Ça change tout !
    1. Pour une entreprise. Au bord d’un axe structurant qui relie l’Europe du Nord au Sud de la France, le jackpot !
    2 . Pour un jeune couple. Il peut facilement travailler à Nancy et vivre à Neufchâteau.
    Attention aux chiffres qui peuvent paraître implacables à première vue, mais qui peuvent être trompeurs…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.