Search
vendredi 2 déc 2022
  • :
  • :

Conseil municipal – cottage St Rémi : suite & fin

Écouter cet article
image_pdfimage_print
cottage saint rémi

Le point numéro 8 du dernier conseil municipal de Gérardmer appelait au vote de la vente du cottage saint Rémi au couple porteur du projet retenu et au prix de 100 000 €, conforme à l’estimation des domaines. Un projet présenté par Nina Mangeney et Jean-Paul Darani qui regroupe agro-tourisme, maraichage et hébergement pour les randonneurs, le site se trouvant sur un GR.

Un point qui, comme le pressentait le premier magistrat, a suscité des réactions de l’opposition, à commencer par l’élu du groupe Gérardmer Solidaire, sceptique sur l’idée d’implanter un verger à 800m d’altitude, déçu par le choix qui a été fait et le déroulement des opérations : « Je pensais qu’on partait sur un projet essentiellement agricole et bio, là ce n’est pas le cas, on est sur un projet qui inclut de l’agrotourisme, un verger et de l’hébergement. (…) Je pense qu’il aurait été intéressant de se réunir autour d’une table, avec le GAB (Groupement des Agriculteurs Biologiques) également qui proposait ses services pour étudier les dossiers. Et il y avait un agriculteur qui mettait ses vaches sur ce terrain et qui s’en trouve donc privé.  A t-on envisagé quelque chose ? » a questionné l’élu. Des propos prolongés par André Jacquelin du groupe Gérardmer Notre Perle qui a interrogé le premier magistrat sur la pertinence de se passer de l’expertise du GAB, mais aussi sur le prix de vente jugé minime : « Le prix de vente me choque, ne brade t-on pas  le patrimoine de la commune ?« 
En matière d’expertise, le premier magistrat a assuré qu’il a avait eu contact avec le président de la chambre d’agriculture, tout en rappelant que le projet retenu incluait aussi de la culture biologique et que  « au niveau du GAB il y a eu un quiproquo, j’ai d’ailleurs eu le président régional depuis à ce sujet. Concernant le prix de vente, c’est ce qui ressort de la consultation des Domaines. Il y a un fort investissement pour remettre en état les lieux qui n’ont pas été habités depuis très longtemps » a précisé Stessy Speissmann qui, pour répondre également aux inquiétudes quant à une revente potentielle du bâtiment pour en faire de l’hébergement pur, a rappelé qu’il était illégal d’inclure de telles clauses qui n’ont qu’une éventuelle valeur morale, mais aucunement juridique. Sur le point de l’agriculteur, aucune solution de repli n’a pour le moment été envisagée pour le moment… Mais une chose est sûre, le cottage St Rémi ne sera bientôt plus sans famille…
Concernant les votes, les groupes d’opposition ont choisi de s’abstenir, soit 7 abstentions.
cottage saint rémi

Le point numéro 8 du dernier conseil municipal de Gérardmer appelait au vote de la vente du cottage saint Rémi au couple porteur du projet retenu et au prix de 100 000 €, conforme à l'estimation des domaines. Un projet présenté par Nina Mangeney et Jean-Paul Darani qui regroupe agro-tourisme, maraichage et hébergement pour les randonneurs, le site se trouvant sur un GR.

Un point qui, comme le pressentait le premier magistrat, a suscité des réactions de l'opposition, à commencer par l'élu du groupe Gérardmer Solidaire, sceptique sur l'idée d'implanter un verger à 800m d'altitude, déçu par le choix qui a été fait et le déroulement des opérations : "Je pensais qu'on partait sur un projet essentiellement agricole et bio, là ce n'est pas le cas, on est sur un projet qui inclut de l'agrotourisme, un verger et de l'hébergement. (...) Je pense qu'il aurait été intéressant de se réunir autour d'une table, avec le GAB (Groupement des Agriculteurs Biologiques) également qui proposait ses services pour étudier les dossiers. Et il y avait un agriculteur qui mettait ses vaches sur ce terrain et qui s'en trouve donc privé.  A t-on envisagé quelque chose ?" a questionné l'élu. Des propos prolongés par André Jacquelin du groupe Gérardmer Notre Perle qui a interrogé le premier magistrat sur la pertinence de se passer de l'expertise du GAB, mais aussi sur le prix de vente jugé minime : "Le prix de vente me choque, ne brade t-on pas  le patrimoine de la commune ?"
En matière d'expertise, le premier magistrat a assuré qu'il a avait eu contact avec le président de la chambre d'agriculture, tout en rappelant que le projet retenu incluait aussi de la culture biologique et que  "au niveau du GAB il y a eu un quiproquo, j'ai d'ailleurs eu le président régional depuis à ce sujet. Concernant le prix de vente, c'est ce qui ressort de la consultation des Domaines. Il y a un fort investissement pour remettre en état les lieux qui n'ont pas été habités depuis très longtemps" a précisé Stessy Speissmann qui, pour répondre également aux inquiétudes quant à une revente potentielle du bâtiment pour en faire de l'hébergement pur, a rappelé qu'il était illégal d'inclure de telles clauses qui n'ont qu'une éventuelle valeur morale, mais aucunement juridique. Sur le point de l'agriculteur, aucune solution de repli n'a pour le moment été envisagée pour le moment... Mais une chose est sûre, le cottage St Rémi ne sera bientôt plus sans famille...
Concernant les votes, les groupes d'opposition ont choisi de s’abstenir, soit 7 abstentions.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.