Search
vendredi 9 déc 2022
  • :
  • :

Conseil municipal : révision du PLU : les Gérômois bientôt consultés

Écouter cet article
image_pdfimage_print

Parmi les questions diverses, le groupe Gérardmer Notre Perle par l’intermédiaire d’André Jacquelin souhaitait également évoquer la procédure de révision du PLU : « Il est prévu prochainement une restitution du diagnostic dans le cadre de la procédure de révision. Trouvez-vous normal que ce diagnostic ait été confié exclusivement à un cabinet extérieur sans que n’ait été réunie une seule fois la commission urbanisme, sans qu’il n’y ait eu aucun échange avec les habitants qui pourtant connaissent mieux que quiconque leur territoire ? »

« Sur ce point, nous ne savons pas faire sans le privé, nous n’en avons pas le savoir-voir-faire. (…) Nous avons fait un appel d’offre pour ce diagnostic, et ce ne sont pas des Gérômois qui ont été retenus, ce qui est sans doute mieux afin d’avoir un regard extérieur. Mais c’est une société qui a l’avantage d’avoir une expérience sur les communes de montagne. Il y a un planning qui fait que ce diagnostic sera prochainement présenté aux élus, ainsi qu’aux personnes publiques associées, et fin octobre,  les ateliers participatifs seront lancés, c’est prévu » précise le maire de Gérardmer sur le sujet. Et André Jacquelin de regretter que la commission urbanisme n’ait été réunie sur ce sujet : « On ne nous réunit pas, la commission urbanisme voit le train passer ». « Le diagnostique nous dégrossit le travail, nous l’attendons pour ensuite travailler sur ce qui peut l’être dans un cadre légal » rétorque l’adjoint à l’urbanisme Pierre Imbert. « Allons nous réunir la commission urbanisme ? » demande André Jacquelin. La réponse du maire est claire : « Si c’est une demande : oui« .

Parmi les questions diverses, le groupe Gérardmer Notre Perle par l'intermédiaire d'André Jacquelin souhaitait également évoquer la procédure de révision du PLU : "Il est prévu prochainement une restitution du diagnostic dans le cadre de la procédure de révision. Trouvez-vous normal que ce diagnostic ait été confié exclusivement à un cabinet extérieur sans que n’ait été réunie une seule fois la commission urbanisme, sans qu’il n’y ait eu aucun échange avec les habitants qui pourtant connaissent mieux que quiconque leur territoire ?" "Sur ce point, nous ne savons pas faire sans le privé, nous n'en avons pas le savoir-voir-faire. (...) Nous avons fait un appel d'offre pour ce diagnostic, et ce ne sont pas des Gérômois qui ont été retenus, ce qui est sans doute mieux afin d'avoir un regard extérieur. Mais c'est une société qui a l'avantage d'avoir une expérience sur les communes de montagne. Il y a un planning qui fait que ce diagnostic sera prochainement présenté aux élus, ainsi qu'aux personnes publiques associées, et fin octobre,  les ateliers participatifs seront lancés, c'est prévu" précise le maire de Gérardmer sur le sujet. Et André Jacquelin de regretter que la commission urbanisme n'ait été réunie sur ce sujet : "On ne nous réunit pas, la commission urbanisme voit le train passer". "Le diagnostique nous dégrossit le travail, nous l'attendons pour ensuite travailler sur ce qui peut l'être dans un cadre légal" rétorque l'adjoint à l'urbanisme Pierre Imbert. "Allons nous réunir la commission urbanisme ?" demande André Jacquelin. La réponse du maire est claire : "Si c'est une demande : oui".



13 réactions sur “Conseil municipal : révision du PLU : les Gérômois bientôt consultés

  1. Lili

    Ah bon ..ya encore des geromois a gerardmer…ou ( Chamonix) comme on veut…je savais pas et il vont être consultés…non …sans blague.. cest déjà trop tard…malheureusement..tout les jeunes se barrent..triste constat. Par contre dans les ecole geromoises.. se serait bien d’apprendre le belge ou le luxembourgeois en deuxième langue.. lol..enfin dans les écoles..encore existante…bref

    répondre
  2. Jean-Paul Petit

    Les Belges wallons parlent français, les Belges flamands parlent en néerlandais, comme les Hollandais aux Pays-Bas voisins. Les Luxembourgeois ont trois langues administratives, le français, l’allemand et le luxembourgeois. Il n’y a pas de langue officielle, la seule langue nationale reconnue est le luxembourgeois ou lëtzebuerguesh (si!).
    Toutes ces jolies langues germaniques enchantent nos oreilles à longueur d’été, mais je doute que leur apprentissage soulève l’enthousiasme de notre jeunesse.
    Reconnaissons aux Luxembourgeois une très belle devise nationale : « Mir welle bleiwen wat mer sinn », c’est-à-dire « Nous voulons rester ce que nous sommes ».
    On devrait bien adopter une telle maxime à Gérardmer.

    répondre
    1. Schmit

      Très juste M Petit, on aimerait rester ce que nous sommes, ou plutôt ce que nous étions: bien dans notre perle…
      Pour les Luxembourgeois, quand on sait que chez eux, un petit studio est vendu plus de 300000€, alors acheter une maison à Gérardmer à 600/800000€ pour eux est une broutille… Comme leurs grosses cylindrées que même bien garées, elles prennent la place d’un camion!
      Bonjour la pollution engendrée..
      Hélas toujours l’argent qui pourri tout, dans tous les domaines…
      Aujourd’hui, notre perle est bien galvaudée… Et la concertation proposée aux Gérômois sur le PLU est bien trop tardive, le mal est fait !
      Jusqu’alors, les Gérômois ont été ignorés et méprisés dans les décisions. Nos jeunes sont obligés de partir entrainant la fermeture des écoles et Gérardmer est maintenant une ville de vieux (dont je fais partie) .. avec des myriade de chalets fermés la moitié de l’année.. Bien triste tout cela!.

      répondre
    1. Schmit

      Mais c’est vrai que ces propriétaires ont vendus leurs terrains au plus offrant, c’est à dire aux promoteurs immobiliers! Quand je disais que l’argent pourrissait tout !!
      Il reste à espérer que ces mêmes vendeurs le regrettent un jour en voyant leur ville appartenir à des Belges, Luxembourgeois ou autre Allemands…et non plus à nos enfants..

      répondre
      1. Bingo.

        Comme d’habitude madame Schmit.
        L’histoire du verre à moitié plein ( trop de tourisme et difficulté pour les jeunes de se loger ) ou à moitié vide ( sans le tourisme, Gerardmer ville fantome et donc exil des jeunes).

        répondre
        1. Schmit

          Bingo, ce serait courageux de votre part de décliner votre nom au lieu de vous cacher derrière un pseudo.. Ainsi, je pourrais vous répondre Madame… ou Monsieur …. ?

          répondre
          1. Bingo.

            Schmit,Claudel, Poirot, ou tout autre patronyme non accompagné d’un prénom, c’est aussi de l’anonymat.
            Quand à ce dernier, dés lors qu’il n’est ni outrageant ni insultant, je ne vois pas quel peut etre le probléme.

  3. Pour Rire

    Plutôt que d’appeler les habitants de Gérardmer, les Géromois et Géromoises Certains devraient se faire appeler les Pasnous. Individus nombreux à Gérardmer et souffrant d’amnésie passagère.

    répondre
  4. Jean-Paul Petit

    Madame Schmit, je ne reprocherais pas à Bingo de s’exprimer sous pseudo. L’intolérance généralisée et la dictature de la pensée unique, ou de la pensée molle, ou de la pensée flasque sont devenues si lourdes que c’est devenu risqué de s’exprimer à découvert.
    Sur le fond, je dis à Bingo, respectueusement, qu’il commet à mon avis deux erreurs.
    Premièrement, ce n’est pas le trop plein de tourisme (bien que ce soit une réalité) qui empêche les jeunes de se loger, c’est la préhension du domaine foncier et du parc immobilier par les promoteurs et les investisseurs à l’affût de bonnes affaires. On ne saurait d’ailleurs reprocher à ces derniers de profiter de l’impéritie qui règne dans notre bonne ville.
    Deuxièmement, Gérardmer, AVEC le tourisme et non pas SANS le tourisme, devient une ville fantôme, et les jeunes s’exilent. De toutes les villes vosgiennes comparables, c’est celle qui a la population âgée la plus importante, qui a la population qui diminue le plus vite, qui a la proportion la plus faible de jeunes.
    Certes, l’apparence estivale est plus spectaculaire que spectrale ou sépulcrale, bien que certaines apparitions néandertaliennes dans nos rues aient pu surprendre.Il n’en demeure pas moins que l’indigène gérômois devient une espèce en voie de disparition.
    Toutes les villes du monde qui ont fondé leur avenir sur l’industrie touristique de masse ont connu le même sort: elles ont provoqué la défiguration de l’âme de leur cité et le malheur de leurs habitants. L’exemple le plus illustre est Venise. Gérardmer, petite bourgade, ne fait donc pas exception.

    répondre
    1. Bingo.

      Je ne nie pas que l’hyper tourisme est un probléme (notamment pour ce qui concerne le logement des jeunes ).
      Mais desormais les 2/3 des emplois directs et indirects sur la vallée doivent dépendre de cette activité touristique. Sans cela ce serait cortége de commerces aux rideaux baissés, hopital fermé, medecins aux abonnés absents.
      Le tout est de trouver les solutions idoines pour permettre aux jeunes de pouvoir se loger. Avec un état incapable de modifier certaines regles absurdes cela n’est pas evident.

      répondre
      1. Schmit

        A Bingo… Ce site, (que je remercie au passage) permet aux Gérômois de donner leur avis sur des choses importantes qui se passent dans notre ville. Je suis d’accord avec vous quant aux échanges qui doivent rester respectueux même si nos avis divergent, ils sont tout à fait respectables et judicieux.
        Naturellement, je suis bien d’accord qu’il faut du tourisme à Gérardmer qui donne des emplois et apporte une dynamique, mais en même temps génère pollution et nuisances sonores…
        Cela profite à certains et d’autres en souffrent, ainsi que la faune et la flore sacrifiées à jamais sous les constructions excessives.. (pardonnez moi, mais j’avais envie de le répéter ..) C’est fait !!
        Notre ville change à une telle vitesse qu’on se sent dépassé…
        L’idéal, serait de trouver un bon équilibre dans un tourisme raisonnable et durable sans excès… Mais ce problème à gérer, c’est un casse tête à venir….

        répondre
        1. Bingo.

          D’accord avec vous.
          Pas facile de gerer l’équilibre entre l’apport indispensable de l’economie touristique pour les hautes Vosges, et certaines de ses mauvaises conséquences.
          Mais il est clair qu’il faut commencer à faire certains arbitrages.

          répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.