Search
vendredi 2 déc 2022
  • :
  • :

La section locale de la Sidi-Brahim fête son centenaire En 2023, l'amicale posera une plaque en mémoire de Lucien Henri Vichard, chasseur au 21ème BCP

Écouter cet article
image_pdfimage_print

AG Sidi Brahim Gérardmer anniversaire (5)

Programmée ce dimanche matin à la salle des Armes de l’hôtel de Ville, l’assemblée générale de la Sidi-Brahim avait une saveur toute particulière. En effet, la section locale présidée par Jacques Leroy avait le plaisir de célébrer son centenaire, l’occasion de revenir sur sa création et d’honorer quelques-unes des figures emblématiques qui ont fait vivre l’amicale et lui ont fait traverser la douloureuse épreuve de la 2de Guerre.

Outre les habituels rapport d’activité et rapport moral du président, c’est donc autour du centenaire de la Sidi-Brahim que ses assises annuelles étaient articulées. Une amicale qui a vu le jour le 1er mars 1922 sous l’impulsion d’Henri Poignon (1882-1938) après son retour de la guerre 14-18, faisant ainsi de Gérardmer est d’ailleurs l’une des toutes premières villes de France à avoir créé une section, comme le rappelait René Watrin, président national de la FNAC (Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés). Ce centenaire était également l’occasion d’inaugurer un nouveau fanion (lire notre précédent article ICI !), pour remplacer l’original qui est l’œuvre d’André Reggazzoni et qui avait subi les outrages du temps.

Pour mémoire et comme évoqué lors de la présentation du fanion en août dernier, André Regazzoni est un membre illustre de la Sidi-Brahim né le 28 mars 1898 à Gérardmer. Incorporé à 19 ans, il part en avril 1917 comme chasseur et sera combattant de la Première Guerre Mondiale. Médaillé militaire, granitier, fossoyeur et gardien du cimetière, c’est à lui que l’on doit la survie du tout premier fanion de l’amicale. En effet, pendant l’occupation allemande, André Regazzoni avait caché le Fanion dans un caveau funéraire du cimetière local de 1940 à 1945. Ce valeureux soldat et illustre amicaliste est décédé à Gérardmer le 14 septembre 1961 et c’est en sa mémoire qu’une minute de silence a été observée en préambule de cette assemblée générale, mais aussi en mémoire des 99 chasseurs inhumés au cimetière, sans oublier les amicalistes gérômois décédés en 2022 comme Rose Saunier-Poignon, Irène Jacquot et François Lemaire.

Le président de la Sidi-Brahim a ensuite tenu à remercier la municipalité qui était représentée par l’adjointe à la culture Anne Chwaliszewski, déjà présente lors de la présentation du fanion cet été. Présente sur la plupart des cérémonies patriotiques locales, elle continue d’y associer les enfants du conseil municipal des jeunes qui sont souvent en charge des dépôts de gerbes par exemple, et parfois même de la lecture de certains messages, contribuant ainsi au devoir de mémoire.  Une implication de la jeunesse qui est chère à la Sidi-Brahim et son président qui a une nouvelle fois cité Winston Churchill : « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ». La cérémonie s’est ensuite poursuivie au cimetière où les membres de la Sidi-Brahim sont allés se recueillir au Carré des 99 tombes. Enfin, Jacques Leroy a évoqué quelques dates importantes au calendrier de l’amicale pour l’année 2023, avec notamment un temps fort à l’occasion du centenaire de Mémel (Klaipėda) en Lituanie. Suite à une proposition de M. Grégoire du Souvenir Français, une plaque sera posée au cimetière en mémoire de Lucien Henri Vichard, chasseur au 21ème BCP mort à Mémel le 26 décembre 1921. Il faisait partie d’un bataillon en garnison à Gérardmer de 1920 à 1923. Mort pour La France, il a été rapatrié et inhumé à Gérardmer, mais sa tombe n’a pas été retrouvée. La Sidi-Brahim a répondu favorablement à cette initiative qui prendra donc forme l’année prochaine.

 

AG Sidi Brahim Gérardmer anniversaire (5)

[gallery type="thumbnails" size="medium" columns="2" link="file" ids="197160,197159,197161,197162"]

Programmée ce dimanche matin à la salle des Armes de l'hôtel de Ville, l'assemblée générale de la Sidi-Brahim avait une saveur toute particulière. En effet, la section locale présidée par Jacques Leroy avait le plaisir de célébrer son centenaire, l'occasion de revenir sur sa création et d'honorer quelques-unes des figures emblématiques qui ont fait vivre l'amicale et lui ont fait traverser la douloureuse épreuve de la 2de Guerre.

Outre les habituels rapport d'activité et rapport moral du président, c'est donc autour du centenaire de la Sidi-Brahim que ses assises annuelles étaient articulées. Une amicale qui a vu le jour le 1er mars 1922 sous l'impulsion d'Henri Poignon (1882-1938) après son retour de la guerre 14-18, faisant ainsi de Gérardmer est d'ailleurs l'une des toutes premières villes de France à avoir créé une section, comme le rappelait René Watrin, président national de la FNAC (Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés). Ce centenaire était également l'occasion d'inaugurer un nouveau fanion (lire notre précédent article ICI !), pour remplacer l'original qui est l’œuvre d'André Reggazzoni et qui avait subi les outrages du temps. Pour mémoire et comme évoqué lors de la présentation du fanion en août dernier, André Regazzoni est un membre illustre de la Sidi-Brahim né le 28 mars 1898 à Gérardmer. Incorporé à 19 ans, il part en avril 1917 comme chasseur et sera combattant de la Première Guerre Mondiale. Médaillé militaire, granitier, fossoyeur et gardien du cimetière, c'est à lui que l’on doit la survie du tout premier fanion de l'amicale. En effet, pendant l’occupation allemande, André Regazzoni avait caché le Fanion dans un caveau funéraire du cimetière local de 1940 à 1945. Ce valeureux soldat et illustre amicaliste est décédé à Gérardmer le 14 septembre 1961 et c'est en sa mémoire qu'une minute de silence a été observée en préambule de cette assemblée générale, mais aussi en mémoire des 99 chasseurs inhumés au cimetière, sans oublier les amicalistes gérômois décédés en 2022 comme Rose Saunier-Poignon, Irène Jacquot et François Lemaire. Le président de la Sidi-Brahim a ensuite tenu à remercier la municipalité qui était représentée par l’adjointe à la culture Anne Chwaliszewski, déjà présente lors de la présentation du fanion cet été. Présente sur la plupart des cérémonies patriotiques locales, elle continue d'y associer les enfants du conseil municipal des jeunes qui sont souvent en charge des dépôts de gerbes par exemple, et parfois même de la lecture de certains messages, contribuant ainsi au devoir de mémoire.  Une implication de la jeunesse qui est chère à la Sidi-Brahim et son président qui a une nouvelle fois cité Winston Churchill : "Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ». La cérémonie s'est ensuite poursuivie au cimetière où les membres de la Sidi-Brahim sont allés se recueillir au Carré des 99 tombes. Enfin, Jacques Leroy a évoqué quelques dates importantes au calendrier de l'amicale pour l'année 2023, avec notamment un temps fort à l'occasion du centenaire de Mémel (Klaipėda) en Lituanie. Suite à une proposition de M. Grégoire du Souvenir Français, une plaque sera posée au cimetière en mémoire de Lucien Henri Vichard, chasseur au 21ème BCP mort à Mémel le 26 décembre 1921. Il faisait partie d'un bataillon en garnison à Gérardmer de 1920 à 1923. Mort pour La France, il a été rapatrié et inhumé à Gérardmer, mais sa tombe n'a pas été retrouvée. La Sidi-Brahim a répondu favorablement à cette initiative qui prendra donc forme l'année prochaine.  



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.