Search
vendredi 3 fév 2023
  • :
  • :

Effort, polyvalence, collectif et reconnaissance : trois piliers pour traverser la tempête "A nous tous, je souhaite de réussir cette navigation compliquée "

Écouter cet article
image_pdfimage_print

C’est en effet autour de ces trois axes, de ces fils conducteurs, que le directeur général des services souhaite rallier ses troupes pour traverser la tempête 2023, tout en se montrant confiant : « A nous tous , je souhaite de réussir cette navigation compliquée qui nous attend, mais ça j’en ai aucun doute : nous réussirons ensemble ! » Une métaphore qui nous rappelle, si besoin était, qu’Arnaud Tixier a bien roulé sa bosse au sein du club d’aviron local…

A. Tixier.

A. Tixier.

Concernant l’effort, ce n’est pas non plus un secret, le DGS de Gérardmer est un perfectionniste et sait qu’il faudra chercher « l’efficience« , « que chaque geste, chaque mission doit être effectué au plus juste. (…) Soyons précis, soyons réfléchis, soyons inventifs et prenons des initiatives. » En matière de polyvalence, la difficulté de recruter va impliquer encore plus de solidarité et de connexion(s) entre les services et que « pendant quelque temps il faudra accepter de faire autre chose que ce que nous avons fait, en fonction des priorités des élus et du moment« . Mais Arnaud Tixier se veut rassurant, précisant qu’il ne s’agira pas de changer de métier au gré des tâches, mais de remplacer et de renforcer ponctuellement un service en difficulté. Pour ce qui est du collectif, le DGS souhaite que les agents forment une véritable équipe et fait appel à la solidarité, à la polyvalence précédemment citée, et incite à « cesser les querelles« , ajoutant que s’il y en a peu, il y en a toujours trop. « Soyons attachés au devoir de réserve, en tout cas moi je le suis ! » déclare-t-il, afin d’éviter que certains propos, proférés à l’extérieur, ne mettent à mal l’esprit collectif.

Enfin, la reconnaissance, quatrième pilier qui s’élèvera dans le sillage des trois premiers, condition pour que le travail des agents soit amélioré « et les Gérômois, je l’espère, en seront reconnaissants car nous aurons fait notre part pour la traversée de cette crise. » Le décor est donc planté pour l’année 2023, année pour laquelle le premier magistrat de Gérardmer a appelé, plus que jamais, au rassemblement plutôt qu’à l’affrontement, adressant à son tour ses chaleureux remerciements à l’ensemble des services. Ravi que ces derniers soient à nouveau réunis pour cette cérémonie que Stessy Speissmann Mozas a souhaité symboliquement sobre, question de cohérence, c’est dans l’air du temps…

C'est en effet autour de ces trois axes, de ces fils conducteurs, que le directeur général des services souhaite rallier ses troupes pour traverser la tempête 2023, tout en se montrant confiant : "A nous tous , je souhaite de réussir cette navigation compliquée qui nous attend, mais ça j'en ai aucun doute : nous réussirons ensemble !" Une métaphore qui nous rappelle, si besoin était, qu'Arnaud Tixier a bien roulé sa bosse au sein du club d'aviron local...

[caption id="attachment_199481" align="alignright" width="170"]A. Tixier. A. Tixier.[/caption]

Concernant l'effort, ce n'est pas non plus un secret, le DGS de Gérardmer est un perfectionniste et sait qu'il faudra chercher "l'efficience", "que chaque geste, chaque mission doit être effectué au plus juste. (...) Soyons précis, soyons réfléchis, soyons inventifs et prenons des initiatives." En matière de polyvalence, la difficulté de recruter va impliquer encore plus de solidarité et de connexion(s) entre les services et que "pendant quelque temps il faudra accepter de faire autre chose que ce que nous avons fait, en fonction des priorités des élus et du moment". Mais Arnaud Tixier se veut rassurant, précisant qu'il ne s'agira pas de changer de métier au gré des tâches, mais de remplacer et de renforcer ponctuellement un service en difficulté. Pour ce qui est du collectif, le DGS souhaite que les agents forment une véritable équipe et fait appel à la solidarité, à la polyvalence précédemment citée, et incite à "cesser les querelles", ajoutant que s'il y en a peu, il y en a toujours trop. "Soyons attachés au devoir de réserve, en tout cas moi je le suis !" déclare-t-il, afin d'éviter que certains propos, proférés à l’extérieur, ne mettent à mal l'esprit collectif.

Enfin, la reconnaissance, quatrième pilier qui s'élèvera dans le sillage des trois premiers, condition pour que le travail des agents soit amélioré "et les Gérômois, je l'espère, en seront reconnaissants car nous aurons fait notre part pour la traversée de cette crise." Le décor est donc planté pour l'année 2023, année pour laquelle le premier magistrat de Gérardmer a appelé, plus que jamais, au rassemblement plutôt qu'à l'affrontement, adressant à son tour ses chaleureux remerciements à l'ensemble des services. Ravi que ces derniers soient à nouveau réunis pour cette cérémonie que Stessy Speissmann Mozas a souhaité symboliquement sobre, question de cohérence, c'est dans l'air du temps...




8 réactions sur “Effort, polyvalence, collectif et reconnaissance : trois piliers pour traverser la tempête

  1. COROMON

    C’est toujours une histoire de piliers…
    Le disque est rayé!
    Faut-il accepter cette pseudo tempête et la fin de l’abondance voulue par nos dirigeants? NON

    répondre
      1. COROMON

        Houla, vous connaissez le proverbe : « charité bien ordonnée commence par soi-même », arrêtons déjà de donner des milliards aux autres comme à l’Ukraine par exemple si c’est pour en France ne pas pouvoir s’occuper convenablement des plus faibles (Retraités, handicapés, etc.).

        répondre
        1. christian

          ce qu on a donné à l Ukraine ne représente par 0,3% du montant des retraites. Ca fait pas beaucoup pour aider les plus faibles….Ne seriez vous pas légèrement démago doublé d un poutiniste?

          répondre
  2. Oyé

    Bonsoir.

    La population diminue constamment jusqu’à 7.800 habitants aujourd’hui.
    Pourquoi ne pas montrer l exemple et faire des économies pour être plus en accord avec la nouvelle population.
    Baisse du parc automobile, de la masse salariale, de la mairie.

    Je précise que la bibliothèque médiathèque, gestion de l eau, et déchèterie ne sont plus du ressort de la commune mais je ne l ai pas senti sur les impôts locaux. .

    Bonne soirée

    répondre
    1. Houlà.

      L’argent ne pousse pas sous les sabots des cheveaux.
      Sauf martinguale de derriére les fagots, la baisse des dotations de l’ état et la suppression de la taxe d’habitation entrainera fatalement une hausse des impots fonciers.

      répondre
      1. Oyé

        ….je ne pense pas que il s’agisse de la seule solution
        Les baisses des dotations de l État sont une chance !
        Il faut arrêter de vivre au dessus des moyens. Charge aux communes de sortir les électrochocs et penser à ce qui est utile et surtout plus utile et diminuer le train de vie.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.