Search
jeudi 23 mar 2023
  • :
  • :

(Vidéo) Fête des Jonquilles : les 1ers tests sont concluants pour les constructeurs de chars Au milimètres près !

Écouter cet article
image_pdfimage_print

Samedi matin, les constructeurs de chars basés dans les locaux de la Société des Fêtes de Gérardmer (SDF) ont procédé aux premiers tests d’emboîtement afin de s’assurer qu’il n’y aurait pas problème de dernière minute le jour J. A environ un mois de la Fête des Jonquilles, c’est un peu « le rituel » nous confirme l’un des opérateurs des camions grues présents pour procéder à cette opération délicate mais indispensable : « Sinon, après, avec les jonquilles et toute la décoration, on ne voit plus rien et c’est beaucoup plus compliqué de faire des modifications en dernière minute » poursuit le technicien. Ce que nous confirme Panda, l’un des constructeurs présents : « Des fois, ça passe pas quand on fait les tests, alors ont modifie tout, on refait des trucs, et le jour de la fête ça marche toujours pas, il faut s’y remettre juste avant le défilé. Je me souviens, pour le char des Mystérieuses Citées d’Or c’était exactement ça ! » cette année, le plan devrait se dérouler sans accroc pour Panda et son équipe, la tête de son char s’emboîte sans problème et en matière de hauteur, il y a de la marge pour sortir des anciens abattoirs.

emboitement chars fete des jonquilles gérardmer 2023 (5)Ce qui n’était pas le cas pour l’immense gâteau d’anniversaire de la fête, char d’Alex qui est passé littéralement au millimètre près à la sortie des locaux ! C’est ce qui s’appelle avoir le compas dans l’œil, mais on en attendait pas moins de ces constructeurs expérimentés, bien aidés par les services techniques de la Ville pour la phase d’emboîtement. La dernière ligne droite va donc pouvoir être abordée sereinement, sachant que certains chars sont déjà quasiment opérationnels. Également présent ce samedi, le représentant de la SDF Jérôme Hirth a également eu le plaisir de présenter le fameux char de la reine et de ses dauphines qui sera en deux parties liées par une passerelle, permettant ainsi au trio de se promener d’un bout à l’autre pendant le défilé. Un projet ambitieux et sans doute une première en matière de conception pour le char de la reine qui ne devrait pas passer inaperçu !

Samedi matin, les constructeurs de chars basés dans les locaux de la Société des Fêtes de Gérardmer (SDF) ont procédé aux premiers tests d'emboîtement afin de s'assurer qu'il n'y aurait pas problème de dernière minute le jour J. A environ un mois de la Fête des Jonquilles, c'est un peu "le rituel" nous confirme l'un des opérateurs des camions grues présents pour procéder à cette opération délicate mais indispensable : "Sinon, après, avec les jonquilles et toute la décoration, on ne voit plus rien et c'est beaucoup plus compliqué de faire des modifications en dernière minute" poursuit le technicien. Ce que nous confirme Panda, l'un des constructeurs présents : "Des fois, ça passe pas quand on fait les tests, alors ont modifie tout, on refait des trucs, et le jour de la fête ça marche toujours pas, il faut s'y remettre juste avant le défilé. Je me souviens, pour le char des Mystérieuses Citées d'Or c'était exactement ça !" cette année, le plan devrait se dérouler sans accroc pour Panda et son équipe, la tête de son char s'emboîte sans problème et en matière de hauteur, il y a de la marge pour sortir des anciens abattoirs. emboitement chars fete des jonquilles gérardmer 2023 (5)Ce qui n'était pas le cas pour l'immense gâteau d'anniversaire de la fête, char d'Alex qui est passé littéralement au millimètre près à la sortie des locaux ! C'est ce qui s'appelle avoir le compas dans l’œil, mais on en attendait pas moins de ces constructeurs expérimentés, bien aidés par les services techniques de la Ville pour la phase d'emboîtement. La dernière ligne droite va donc pouvoir être abordée sereinement, sachant que certains chars sont déjà quasiment opérationnels. Également présent ce samedi, le représentant de la SDF Jérôme Hirth a également eu le plaisir de présenter le fameux char de la reine et de ses dauphines qui sera en deux parties liées par une passerelle, permettant ainsi au trio de se promener d'un bout à l'autre pendant le défilé. Un projet ambitieux et sans doute une première en matière de conception pour le char de la reine qui ne devrait pas passer inaperçu ! [gallery type="rectangular" size="medium" link="file" ids="201969,201968,201967,201966,201965,201964,201963,201962,201961,201957,201958,201959,201960"]



11 réactions sur “(Vidéo) Fête des Jonquilles : les 1ers tests sont concluants pour les constructeurs de chars

    1. Jean-Paul Petit

      Précision, libre pensée: le « jonquiocide » n’est pas annuel, mais bisannuel. Et même, pour cause de dictature coronaïque, la fête n’a pas eu lieu depuis 2019.
      Quant aux Verts…le Gérômois peut être vert, vert de rage ou vert de gris, vert d’eau ou vert de terre, vert de prairie ou de forêt, mais il peut tout aussi bien être jaune, bleu, rouge ou blanc. Quelle que soit sa couleur, il aime sa jonquille, sans aucun narcissisme puisqu’il fait partager sa beauté à tous.
      La jonquille, c’est son emblème, c’est son drapeau, c’est son identité.
      Le « jonquiocide », libre pensée, en dépit des apparences, n’est pas causé par la cueillette massive bisannuelle. Inquiétez vous plutôt de la rafle des prés à jonquilles effectuée par les bétonneurs pour cause de bonne soupe immobilière. Là est le vrai malheur de la jonquille, et la calamité pour les Gérômois.

      répondre
      1. libre pensée

        Affirmatif mon adjudant !…
        Et le « brimbelliocide », ce petit fruit violet innocent, arraché trop souvent sans douceur, qui fait la joie des dentifrices et marchands de lessive?

        répondre
        1. Jean-Paul Petit

          Idem, mon capitaine.
          Enfants, nous allions cueillir les brimbelles dans nos forêts, que la maman transformait aussi sec en marmelades, tartes et confitures. Le bonheur.
          Ou bien nous allions vendre ces brimbelles à la coopérative. Avec les quatre sous gagnés, nous achetions, en fin d’après-midi, après la baignade dans le canal d’amenée de l’usine, des glaces au marchand ambulant qui passait fort à propos. Le bonheur.
          Je ne sache pas que les tétras, renards et autre petit peuple de la forêt eussent été affectés outre mesure par ces cueillettes innocentes.
          Aujourd’hui, quels parents oseraient laisser leurs enfants sans surveillance dans la forêt? Les enfants ne cueillent plus, ils sont cueillis. Cueillis par les zéros sociaux, par l’industrie numérique, ils sont la proie. Au mieux, ils deviennent des crétins digitaux, au pire, ils tombent dans les addictions offertes par les malfaisants.
          Evidemment, aujourd’hui, la cueillette massive ( et illégale) où l’on rafle à la rifle toutes les brimbelles uniquement par appât du gain est condamnable.

          répondre
      2. Schmit

        M Petit, en effet! La Jonquille! Qui se souviendra de cette jolie petite fleur sauvage qui couvrait nos prés d’or au printemps….A la vitesse ou on la sacrifie sous le béton …nos petits enfants ne sauront jamais à quoi elle ressemblait … Comme vous le dites si bien, c’était notre identité, notre emblème, bientôt perdus à jamais ..

        répondre
        1. Houlà.

          Toujours autant dans la nuance et l’objectivité.. :)
          Il y a dans notre vallée et aux environs proches, des centaines de milliers de m2 de prés à jonquilles situés dans des zones inconstructibles
          Lesquelles, vu la tendance sur l’évolution des régles locales d’urbanisme, le resterons .

          répondre
          1. Schmit

            A Houlà: « Toujours autant dans la nuance et l’objectivité » Mais oui Madame ou Monsieur! Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître et ne connaîtront jamais….
            Je vous parle de Gérardmer! Certes il y a encore des prés de jonquilles dans les environs, inconstructibles mais pour combien de temps?
            Quand à l’évolution des règles locales d’urbanisme, comme on aurait aimé qu’elles s’appliquent bien avant le saccage de nos coteaux! Là elles arrivent trop tard, le mal est fait et irréparable!
            Je ne suis pas bornée ni passéiste. Je comprends fort bien que notre ville devait se développer mais pas à une telle vitesse méprisant notre flore et faune locale. Je reste persuadée qu’on pouvait ménager notre patrimoine local tout en le développant d’une façon raisonnée.
            Il suffisait qu’il y ait une volonté politique pour préserver notre environnement.

          2. Bingo.

            Réponse à mme Schmit .
            Relisez mon commentaire plutot que de réguesser à nouveau à tors et à travers.

    2. LEROY Jacques

      Bonjour madame ou monsieur libre pensée.
      Libre à vous de penser, mais il est possible que le 16 avril prochain, en constatant que la Fête des Jonquilles est aussi très appréciée par les Verts, vous puissiez quand même rire JAUNE……??

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.